Getty Images

L1 - Malgré une vague de critiques, Aulas défend Genesio contre vents et marées

Malgré une vague de critiques, Aulas défend Genesio contre vents et marées
Par AFP

Le 30/09/2017 à 23:58

LIGUE 1 - Vivement critiqué, notamment sur les réseaux sociaux, Bruno Genesio bénéficié toujours de l'indéfectible soutien de son président, Jean-Michel Aulas.

Une victoire sur les sept derniers matches : l'entraîneur de Lyon Bruno Genesio est la cible d'un nouveau déchaînement de haine sur les réseaux sociaux mais Jean-Michel Aulas se pose en défenseur de son technicien avant le match à Angers, dimanche. En championnat, comme en Ligue Europa où il vient de concéder son second résultat nul contre l'Atalanta Bergame (1-1), Lyon reste pourtant en mesure de tenir ses objectifs : figurer sur le podium en Ligue 1 et, dans un premier temps, sortir des poules en coupe d'Europe. "Nous allons à Angers avec les crocs et l'intention de faire taire les critiques", a prévenu JMA dans le quotidien régional Le Progrès.

"Lyon n'a perdu qu'une seule fois cette saison"

Incompétent, manquant de charisme, incapable de gérer les aléas d'un match : sur les réseaux sociaux et autres forums internet, Genesio est accusé de tous les maux actuels de son équipe. Sur Twitter, son outil de communication favori, Jean-Michel Aulas revendique son choix et assure que maintenir son entraîneur "est le meilleur pour l'OL". "C'est une situation difficile. Je suis là pour le soutenir et cela me donne une volonté incroyable de montrer que l'on va réussir, a-t-il souligné. Bruno est un garçon suffisamment intelligent pour ne pas se braquer sur certaines remarques et il vaut mieux croire ce que je dis plutôt que ce qu'on peut lire sur Twitter de quelqu'un que l'on ne connaît pas".

Nabil Fekir (Lyon) à la lutte avec Remo Freuler et Mattia Caldara (Atalanta)

Nabil Fekir (Lyon) à la lutte avec Remo Freuler et Mattia Caldara (Atalanta)Getty Images

Il y a quelques jours, l'OL a porté plainte contre un jeune de 17 ans qui avait diffusé sur le réseau social le numéro de téléphone personnel de Genesio. JMA admet bien que son équipe pourrait "avoir plus de points" mais il rappelle que Lyon n'a perdu qu'une fois cette saison (contre le PSG, 2-0). "Nous avons pris beaucoup de buts en fin de match par manque de concentration mais ceci étant, nous avons le plus grand total de points en championnat après sept journées depuis la saison 2011-2012", constate l'homme fort de l'OL. "Les gens demandent un entraîneur étranger, c'est la mode car quelques médias en parlent, mais on a vu dans d'autres clubs que cette stratégie n'est pas forcément la meilleure", a souligné vendredi Jean-Michel Aulas sur OLTV.

Ancelotti ? Juste un fantasme

Genesio s'était lui même amusé, la saison dernière de ce fantasme de supporters. "Quand on gagne c'est grâce aux joueurs et quand on perd, c'est de ma faute. Je devrais m'appeler Ramirez ou Sanchez", avait-il lancé en conférence de presse. Et si certains rêvent de Carlo Ancelotti à Lyon, Aulas a déjà coupé court : "c'est une bonne idée dans l'absolu mais sa rémunération et son statut sont incompatibles avec ceux d'un club français à l'exception du PSG". La réalité du terrain montre que l'Olympique Lyonnais a opéré beaucoup de changements cet été et qu'ils ne sont pas encore digérés.

A l'intersaison, huit recrues sont arrivées et des éléments très importants partis comme le buteur Alexandre Lacazette, les poumons du milieu, Maxime Gonalons et Corentin Tolisso ou encore l'expérimenté défenseur Christophe Jallet. Sur les deux dernières rencontres, face à Dijon (3-3) et l'Atalanta, Lyon alignait quatre novices en élite : Tanguy Ndombélé et Ferland Mendy (venus de L2), Mariano Diaz (de la 3e division espagnole) et Houssem Aouar, réserviste à l'OL (4e division). L'ensemble affiche 21 ans de moyenne d'âge si l'on excepte les défenseurs Marcelo et Jérémy Morel. L'équipe lyonnaise doit donc se forger une expérience à marche forcée dans un club ambitieux où les résultats sont le seul juge de paix.

Jean-Michel Aulas, président de l'OL

Jean-Michel Aulas, président de l'OLGetty Images

0
0