Getty Images

Le président d'Amiens présente ses excuses après sa mise en cause des supporters lillois

Le président d'Amiens présente ses excuses après sa mise en cause des supporters lillois
Par Eurosport

Le 01/10/2017 à 11:23Mis à jour Le 01/10/2017 à 11:40

LIGUE 1 – Au lendemain de l'effondrement d'une barrière qui a provoqué la blessure de près de 30 personnes samedi soir au stade de la Licorne, Bernard Joannin, le président d'Amiens, a regretté ses propos "maladroits". Il avait accusé les supporters lillois d'être responsables.

La gravité de l'incident qui s'est produit au stade de la Licorne samedi soir, lors de la rencontre entre Amiens et Lille, s'était doublée d'une polémique. Alors que 29 supporters lillois sont blessés et que cinq d'entre-eux se trouvent dans un état grave après l'effondrement d'une barrière de sécurité, Bernard Joannin, le président d'Amiens, avait mis en cause les ultras lillois dès samedi soir. Il a rétropédalé dès dimanche matin, devant les réactions provoquées par ses propos.

Dans une vidéo publiée sur le site du Courrier Picard, Bernard Joannin a d'abord tenu à donner des nouvelles rassurantes quant à l'état de santé des victimes. "Il n'y a pas a priori de processus vital engagé", a-t-il expliqué. Mais il a également présenté ses excuses. "Effectivement, j'ai peut-être eu quelques paroles maladroites concernant les supporters lillois et j'en excuse fortement", a déclaré le président du club picard, avant de préciser sa pensée :

" Je voulais juste exprimer que leur joie pour célébrer le but de leur équipe de façon légèrement excessive avait pu mettre en danger leur sécurité. Quand 300 personnes arrivent en descendant 15 marches sur une barrière, c'est une pression de plus de 20 tonnes sur cette barrière."

Lopez : "Je ne vais pas rentrer dans des déclarations tapageuses qui m'ont aussi choqué"

Il a en revanche tenu à défendre sa position et à répondre aux critiques (notamment des dirigeants du LOSC) sur la vétusté du stade de la Licorne. Pour lui, l'incident qui s'est produit samedi ne peut être mis en relation avec un quelconque problème structurel de l'enceinte. "Il ne faut pas faire d'amalgame. Il y a eu un problème de toiture, que nous sommes en passe de régler. Il n'y a jamais eu de problème de barrière de sécurité." Selon lui, ce sera maintenant "à la commission d'enquête qui sera diligentée par le procureur de la République de voir les véritables responsabilités."

Les propos de Bernard Joannin avaient mis hors de lui son homologue lillois, Gérard Lopez qui s'est dit "choqué" par ces déclarations "tapageuses". "Je ne vais pas rentrer dans des déclarations tapageuses qui m'ont aussi choqué. La situation était grave, et après avoir entendu ce que j'ai entendu hier... c'est très très grave", a-t-il dit à l'AFP. Mais Bernard Joannin a fait savoir qu'il avait appelé les dirigeants lillois pour regretter d'avoir été "mal interprété."

Vidéo - Amiens-Lille : "On nous avait prévenus que 200 ultras très énervés étaient dans le parcage"

01:36
0
0