Getty Images

Monaco s'impose face à Strasbourg (3-0) et revient provisoirement à hauteur du PSG

Monaco a fini par trouver la bonne carburation

Le 16/09/2017 à 18:49Mis à jour Le 16/09/2017 à 19:44

LIGUE 1 - Après une entame plus que moyenne, l'AS Monaco a mis Strasbourg au pas (3-0), lors de la 4e journée de Ligue 1. Le champion de France a frappé trois fois, par Lopes (44e) et Falcao (51e, 67e). Le Colombien plane sur le classement des buteurs avec 9 réalisation en six journées. Monaco revient à hauteur du PSG, avant le choc opposant le club de la capitale à Lyon (dimanche, 21 heures).

Monaco a su rebondir. Une semaine après sa déroute face à l'OGC Nice (4-0), le champion de France en titre a retrouvé le chemin de la victoire en s'imposant largement face au Racing Club de Strasbourg (3-0), samedi à Louis-II. Ce succès permet aux hommes de Leonardo Jardim de rejoindre le Paris Saint-Germain en tête de la Ligue 1 (avec 15 points). Le club de la capitale pourra reprendre ses distances en cas de succès face à Lyon, dimanche soir, au Parc des Princes.

L'ASM peut remercier un certain Radamel Falcao. Privé de bonnes situations tout au long de la première période, le Colombien, déjà auteur de la passe décisive sur l'ouverture du score de Rony Lopes (44e), a frappé fort après la pause en inscrivant un doublé porteur pour son équipe (51e, 67e). Avec neuf buts marqués en six rencontres, le capitaine de l'AS Monaco caracole en tête du classement des buteurs.

Glik et Benaglio ont tenu la baraque

Très inégal dans sa prestation, le club de la Principauté a affiché un double visage lors de cette rencontre. Dominateur stérile lors du premier acte, le club asémiste s'est peu à peu enfermé dans une situation inconfortable qui lui a coûté d'être déséquilibré. Souvent prise de vitesse sur les côtés, la défense de l'ASM a passé l'après-midi à se faire peur mais sans rompre. Il faut dire qu'avec un Kamil Glik de gala, et un Diego Benaglio rassurant dans la cage, l'ASM a eu des arguments pour tenir bon.

Il restera de cette rencontre post-Ligue des champions l'idée que Leonardo Jardim cherche toujours la solution pour créer du jeu avec fluidité. Au niveau de la transmission de balle, la copie rendue a été perfectible. Comme à Leipzig, il y a trois jours de cela, Monaco a fait circuler le cuir sans savoir où il voulait aller. Le second acte a finalement remis les choses à leur place dans ce registre.

Jorge (Monaco)

Jorge (Monaco)Getty Images

Ghezzal et Lopes ont montré leurs muscles

Aligné à nouveau en 4-4-2, Monaco a donc trouvé en Radamel Falcao un pilier de luxe sur qui compter pour se sortir de mauvaises situations. Le numéro 9 a quand même eu du soutien : Stevan Jovetic s'est cherché au niveau du positionnement mais il a sorti quelques coups de patte intéressants face au but tout en trouvant le moyen de combiner. Sur les côtés, Rachid Ghezzal et Rony Lopes ont mis du temps avant d'entrer dans leur rencontre mais les deux hommes ont été à l'origine et à la conclusion (grâce à Lopes) de l'ouverture du score quelques instants avant la pause. Laissés sur le banc et en tribunes en Allemagne, les deux joueurs ont abattu leurs cartes samedi.

L'ouverture du score de Lopes a d'ailleurs lancé pour de bon les troupes à Jardim dans la rencontre après avoir passé vingt minutes à tanguer entre la 20e et 40e minute. Strasbourg, lui, a manqué de poids dans l'entrejeu pour faire plus trembler son adversaire. Maladroit mais volontaire, le promu a montré qu'il avait des qualités à exploiter. Face à Monaco, il en faut plus.

0
0