Getty Images

PSG - Bordeaux : Areola, la confiance qui change tout

Areola, la confiance qui change tout

Le 30/09/2017 à 00:51Mis à jour Le 30/09/2017 à 15:17

LIGUE 1 – Alphonse Areola est enfin confortablement installé au poste de numéro 1 à Paris. Moins fébrile que l'an passé, il profite de la confiance d'Unai Emery pour démontrer son énorme potentiel.

Il n'a rien laissé transparaître. Visage impassible, voix grave et monocorde. On aurait pu croire qu'Alphonse Areola sortait d'un match tranquille et sans histoire face à un club ordinaire de Ligue 1. Mais non. Le jeune portier du PSG (24 ans) venait de mettre en échec le Bayern Munich (3-0) en Ligue des champions et signer un vrai match de référence un an et demi après un retour jusqu'ici mitigé dans son club formateur.

"J'ai su répondre présent", a simplement noté l'un des héros du soir. Cette vraie performance n'est pas anodine. Après des mois de hiérarchie incertaine qui ont fragilisé les deux gardiens du PSG, cette sortie convaincante creuse un peu plus l'écart avec Kevin Trapp et installe plus confortablement Areola dans le fauteuil du numéro 1.

Pour Christophe Lollichon, en charge du développement des gardiens en Premier League, ce début de saison a marqué un tournant. Et un événement en particulier a fait basculer le rapport de force : "Le déclic, c'est Metz", analyse-t-il. "Ce soir-là, Alphonse est coupable d'une mauvaise relance sur le but messin. Mais Emery le maintient alors que, l'an passé, la remise en cause était immédiate. Aujourd'hui, il a la confiance nécessaire acquise par le temps de jeu et l'attitude du coach à son égard."

Alphonse Areola (PSG) face au Bayern

Alphonse Areola (PSG) face au BayernGetty Images

Il sécurise aussi Thiago Silva

Depuis le début de saison, en neuf matches joués, Areola n'a encaissé que trois buts et sa responsabilité n'est engagée que sur la réalisation messine. Ses progrès sont nets et il enchaine les clean sheet. "Il est très sécurisant désormais", nous a confié Lionel Charbonnier, ancien portier d'Auxerre et des Bleus. "Paris a mis du temps pour donner sa confiance à un gardien. Or c'est un poste, comme celui d'avant-centre, qui en nécessite. Désormais, Alphonse est mis sur orbite."

Meilleure défense du championnat, le PSG peut compter sur son gardien mais aussi sur une charnière efficace. Thiago Silva, irrégulier depuis quelques mois, a retrouvé de sa superbe face au Bayern. Pour Charbonnier, tout est lié : "L'an passé, Thiago Silva avait pris les rênes de la défense, il n'écoutait pas son gardien parce qu'il n'y avait pas de titulaire attitré et il était, du coup, mis en cause dans beaucoup de situations. Aujourd'hui, Areola est installé, c'est le patron des 16 mètres. Thiago Silva est dégagé de certaines responsabilités et tout le monde est beaucoup plus serein."

"Le jeune Barthez non plus n'était pas nickel dans ses sorties aériennes"

Beaucoup moins fébrile que la saison dernière, le Titi parisien a encore quelques progrès à faire dans ses sorties aériennes. Face au Bayern, il a souvent hésité, fait mine de sortir avant de se raviser. "Les sorties aériennes, c'est ce qui s'acquiert le plus tard", le défend Charbonnier. "La jeunesse fait qu'on est toujours décevant dans ce domaine. Regardez Fabien Barthez qui n'était pas nickel dans les airs quand il était jeune."

Pour Lollichon, ce n'est qu'une question de réglages : "Ses sorties ne sont pas mauvaises, il anticipe beaucoup vers l'avant. Il veut montrer sa présence mais il ne doit simplement pas forcer ses décisions." Mais pour lui, Areola va "s'installer parmi les meilleurs." En attendant, le voilà déjà solidement accroché au poste de numéro 1 à Paris. Enfin.

0
0