Eurosport

PSG - Et maintenant, que faire d’Angel Di Maria ?

Et maintenant, que faire de Di Maria ?

Le 14/10/2017 à 00:41

LIGUE 1 - Titulaire avant l’arrivée de Neymar et Kylian Mbappé puis blessé, Angel Di Maria ne semble plus destiné à figurer dans l’équipe-type du PSG. Pour un joueur de son calibre, difficile de se contenter du banc de touche. Alors, quel avenir pour l’Argentin ?

Celui qui a le plus perdu au change depuis le mois d’août, c’est lui. Assez clairement. Bien sûr, Javier Pastore, Lucas ou Julian Draxler ont pâti de l’arrivée de Neymar et Kylian Mbappé au PSG. Mais Angel Di Maria est bien celui qui a le plus perdu au change. Après une deuxième partie de saison très réussie avec Paris, l’Argentin a vu son statut largement dégradé dans un effectif cinq étoiles.

Arrivé en 2015 en grande pompe, le gaucher avait pour objectif d’amener Paris au sommet de l’Europe. Deux années plus tard, Paris a misé sur d’autres chevaux pour porter ses ambitions XXL. Et, forcément, le sort réservé à Di Maria pose question. Polyvalent par excellence et talentueux à souhait, l’Argentin a tout pour se relancer. Mais à quel poste ? C’est toute la question.

Ailier droit, la concurrence féroce

C’est son poste de prédilection. Celui qu’il occupe depuis son arrivée au PSG. Dans le couloir droit de l’attaque parisienne, Di Maria s’est amusé à volonté durant deux ans. Excellent passeur, l’Argentin s’est régalé dès sa première saison, comme en attestent ses 18 offrandes décisives en L1, record en la matière. Après avoir baissé de pied la saison passée, laissant Lucas lui passer devant dans la hiérarchie, il était revenu au niveau au meilleur des moments : dans le sprint final. Pour finir l’année avec des chiffres plus que corrects (14 buts et 15 passes toutes compétitions confondues). Sa prestation lors du match aller face au Barça (4-0) avait notamment confirmé qu’El Fideo était un virtuose.

Le problème, c’est que cette saison, Di Maria passe derrière Kylian Mbappé, si essentiel dans l’animation offensive du PSG. Le prodige français apporte tout ce que ne faisait pas (ou peu) Di Maria les saisons passées : profondeur, courses vers l’avant et finition. Un profil qui se complète parfaitement avec Edinson Cavani, laissant ainsi les clés du jeu à Neymar.

Pour autant, dans la rotation offensive, Di Maria aura sa place, comme l’a confirmé Unai Emery en conférence de presse jeudi : "Di Maria est un joueur important et quand il est bien, à 100%, il est important pour nous et il jouera c’est sûr". Comme Draxler, il pourrait profiter du calendrier dantesque du PSG pour évoluer à son poste de prédilection. Depuis le début de saison, il dispose du 14e temps de jeu de l’effectif parisien. Mais, quand on dispose d’autant de talent, difficile de se contenter de miettes…

Vidéo - Emery: "Di Maria, un joueur important quand il est à 100%"

01:34

Et si l’avenir passait par le milieu ?

Alors, si Di Maria veut pouvoir jouer la carte de la concurrence, peut-être faudra-t-il reculer d’un cran. Un peu léger au milieu de terrain derrière le trio Motta-Verratti-Rabiot, le PSG pourrait exploiter les formidables qualités de transition de l’Argentin, en vue mardi dernier lors de la qualification de l’Albiceleste.

Et c’est bien là que l’Argentin a le plus de chances de se faire une place. La preuve ? Le repositionnement, réussi, de Julian Draxler face à Bordeaux (6-2). Un choix tactique justifié ainsi par l’entraîneur parisien : "Nous sommes une équipe nouvelle, on a besoin de maîtriser l'équilibre entre les lignes avec ou sans le ballon. C'est pour ça qu'avec Draxler on a fait ce travail, pour être prêts au milieu et aussi être en soutien des joueurs d'attaque". Une définition qui s’applique aussi parfaitement au profil de l’Argentin.

Angel Di Maria à l'entraînement

Angel Di Maria à l'entraînementEurosport

Le départ, seule solution viable pour les deux parties ?

Si la solution est tentante, elle ne résout pas toutes les inconnues. Car, là-aussi, si la rotation aura lieu, difficile de croire que Di Maria parviendra à supplanter Rabiot, essentiel à ce PSG. Surtout, cette position de milieu qui lui va si bien, ne semble pas le remplir de bonheur. En 2014, l’absence de certitudes quant à son temps de jeu en tant qu’ailier au Real l’avait poussé au départ en terre anglaise.

Surtout, l’idée d’un départ pourrait s’avérer alléchante pour le PSG. Joueur à la valeur marchande certaine, encore dans la force de l’âge (29 ans) et expérimenté, il pourrait figurer dans les petits papiers de nombreuses grandes formations, à l’instar du Barça qui a tenté le coup en toute fin de mercato estival. Et, forcément, une grosse somme d’argent pour un joueur remplaçant quand on est sous la pression du FPF, difficile de ne pas succomber… Sauf si Di Maria inverse la tendance. Au milieu ou devant, peu importe, il faudra chahuter l’ordre établi depuis le mercato fou du PSG. Pas la plus simple des missions…

0
0