Getty Images

Un mouvement permanent et 128 ballons touchés : Neymar se régale déjà au PSG

Un mouvement permanent et 128 ballons touchés : Neymar se régale déjà au PSG

Le 14/08/2017 à 00:29Mis à jour Le 14/08/2017 à 00:30

LIGUE 1 - Au-delà de son but et de sa passe décisive, Neymar a eu une influence monumentale sur le jeu du PSG dès sa première apparition sous le maillot parisien à Guingamp (0-3) dimanche.

Le jardin champêtre du Roudourou n’était pas propice à une entrée discrète pour Neymar qui suscite une attente démesurée, au-delà des suiveurs habituels de la Ligue 1. Peu soucieux de ces considérations, le Brésilien a déjà répondu statistiquement avec un but et une passe décisive. Mais surtout, pour des débuts avec le club parisien où il a tenu jusqu’au coup de sifflet final, un chiffre souligne son état d’esprit volontaire : 128 ballons touchés soit, déjà, son meilleur total dans un match de championnat (derrière un match contre Gijon en mars dernier). Au Roudourou, il a uniquement été précédé par Marco Verratti (132), éternelle plaque tournante du PSG.

Aligné dans sa position préférentielle d’ailier gauche du trident offensif, l’ex-catalan n’a jamais été statique et ne s’est pas contenté de rester dans son couloir. La recrue brésilienne a souvent choisi de décrocher ou de se recentrer, peut-être pour mieux coller à son choix de numéro. Cette omniprésence a confirmé que son impatience de jouer, proclamée le jour de sa présentation, n’était pas feinte. Par ses déplacements incessants, Neymar a cherché à se rendre systématiquement disponible pour ses partenaires dès le coup d’envoi. Il a d’ailleurs bien cru enregistrer une passe décisive sur sa première touche, mais son ballon pour Angel Di Maria était trop long.

Des automatismes à parfaire

Usant pour les Guingampais, il a cherché à se rendre libre en décrochant régulièrement vers l’arrière. Son omniprésence et sa volonté d’être au départ des actions ont même poussé Adrien Rabiot à monter d’un cran pour compenser son absence en ligne d’attaque. Neymar n’a en fait jamais cessé de provoquer à l’image de ses dribbles (11 sur 16 réussis). Pas toujours adroit, sa récompense n’est certes arrivée qu’à la 83e minute avec le troisième but parisien inscrit en deux temps après deux services d’Edinson Cavani. Mais auparavant, il a opéré un travail invisible mais influent : sur l’ouverture du score, sa volonté de poursuivre l’action après une passe imprécise s’est transformée en pressing combiné avec Angel Di Maria sur Jordan Ikoko, auteur de l’irréparable.

Si la mécanique a plutôt bien tourné face à Guingamp, Unai Emery devra toutefois se méfier. Dans le courant de l’unique première période, Neymar a perdu 19 ballons. Ce chiffre dénote des automatismes à parfaire avec ses partenaires d’attaque Cavani ou Di Maria. Mais il met aussi en lumière un joueur qui apprécie prendre des risques. Contre des formations moins dociles, le PSG pourrait payer le prix d’avoir dans ses rangs à la fois Neymar et Verratti car Guingamp n’a pas su parfaitement exploiter ses quelques contre-attaques.

Neymar lors de son premier match avec le PSG.

Neymar lors de son premier match avec le PSG.Getty Images

0
0