Panoramic

Avant Nîmes-Metz - Koura : "Tout le monde nous voyait morts mais on est bien là, prêts à se battre"

Koura : "Tout le monde nous voyait morts mais on est bien là, prêts à se battre"

Mis à jourLe 22/02/2016 à 09:08

Publiéle 22/02/2016 à 09:08

Mis à jourLe 22/02/2016 à 09:08

Publiéle 22/02/2016 à 09:08

Article de Martin Mosnier

LIGUE 2 - Meilleur buteur de Nîmois ragaillardis, Anthnoy Koura nous explique comment les Crocodiles ont sorti la tête de l'eau. La petite pépite gardoise est déjà sur les tablettes de plusieurs écuries de L1 mais n'a qu'un objectif : maintenir Nîmes en Ligue 2.

Eurosport Player : Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Comment expliquez-vous l'incroyable retour de Nîmes qui semblait totalement moribond fin 2015 ?

A.K. : Tout le monde nous voyait morts mais on est bien là, prêt à se battre car on a connu un sursaut d'orgueil. On s'est dit qu'on n'avait plus rien à perdre. Des freins ont sauté et on s'est beaucoup plus tournés vers l'attaque. Mais ce n'est pas un miracle pour autant parce qu'il ne nous manquait pas grand-chose jusque-là. On a simplement connu un petit déclic.

Quel était ce déclic ?

A.K. : On s'est fixés sur ses huit points de retard et ça nous a clairement desservis. On s'est mis une pression par rapport à cela parce qu'on a vécu cette pénalité comme une injustice. Quand on a commencé à refaire notre retard, les huit points sont sortis de notre esprit et ça nous a clairement libérés. Aujourd'hui, ce n'est plus du tout dans nos têtes.

L'idée de baisser les bras ne vous a jamais traversé l'esprit ? Notamment lorsque vous comptiez 10 points de retard à la fin de la phase aller.

A.K. : On est un groupe uni avec une excellente ambiance. Dès le début de saison, on se disait que l'année allait être compliquée. Mais on voyait qu'on était au niveau même quand on accumulait les défaites. Il nous manquait un déclic.

Anthony Koura, le buteur de Nîmes en 2016
Anthony Koura, le buteur de Nîmes en 2016 - Panoramic

Vous êtes le cinquième meilleur de Ligue 2 avec 9 réalisations et vous restez sur six buts lors des huit dernières journées. Comment expliquez-vous votre très bonne période actuelle ?

A.K. : L'équipe est beaucoup plus portée vers l'attaque. Il y a quelques mois, je réfléchissais beaucoup trop devant le but mais j'ai arrêté de gamberger. Le nouveau coach a apporté un second souffle avec une philosophie offensive.

Vous êtes passés par toute les sélections nationales chez les jeunes mais vous n'avez pas percé tout de suite. A 22 ans, vous semblez avoir trouvé le bon rythme.

A.K. : Chacun a son chemin. Certains joueurs avec qui j'étais en équipe de France chez les jeunes ne jouent plus aujourd'hui. J'ai aussi côtoyé les Pogba et Kondogbia qui font partie déjà des meilleurs joueurs d'Europe. Je suis en train d'émerger et je préfère avoir connu des difficultés à 20 ans plutôt qu'après.

Saint-Etienne, Lorient, Montpellier vous suivent de près. La Ligue 1, c'est la prochaine étape dès la saison 2016/2017 ?

A.K. : Je laisse faire mon agent Mamadou Bakayoko, j'essaie de ne pas trop y penser. Je fais abstraction de tout ça jusqu'à la fin de saison. Mon but est de maintenir Nîmes en Ligue 2.

Mais plusieurs clubs vous ont fait du pied en janvier…

A.K. : Oui, cet hiver, des clubs m'ont fait part de leur intérêt mais je leur ai répondu que je voulais finir la saison dans le Gard. Bien sûr que j'espère jouer en Ligue 1 l'an prochain mais je me concentre aujourd'hui sur le maintien.

0 commentaire
Vous lisez :