L'heure d'Henry ?

L'heure d'Henry ?
Par Eurosport

Le 27/05/2009 à 00:00Mis à jour

Longtemps incertain, Thierry Henry devrait pouvoir tenir sa place mercredi face à Manchester United en finale de la Ligue des Champions. Une occasion en or d'ajouter à son palmarès l'un des seuls trophées qui lui manque. Face à un adversaire qu'il connaît par coeur, le Barça compte sur lui.

Plus que quiconque, Thierry Henry espère être sur la pelouse du Stadio Olimpico mercredi soir. Car la Ligue des Champions reste la seule ligne qui manque à un palmarès déjà bien fourni. Champion de France (1997), d'Angleterre (2002, 2004) et d'Espagne (2009), Champion du monde (1998) et d'Europe (2000) avec l'équipe de France, l'ancien Monégasque a presque tout gagné. Seule l'Europe semble lui résister. Deux fois déjà, il a échoué en finale avec Arsenal. En 2000 face à Galatasaray en Coupe de l'UEFA (0-0, 4-1 t.a.b.) puis en 2006 en Ligue des Champions. Au Stade de France, il avait alors laissé passer sa chance face à... Barcelone (2-1). Peut-être pour vaincre le mauvais signe, il a fini par passer à l'ennemi en 2007. Mercredi soir, à Rome, l'histoire lui donne une nouvelle occasion d'étoffer un peu plus son impressionnante armoire à trophées.

Avant cela, Henry espère d'abord être rétabli. Touché au ligament croisé du genou droit le 2 mai lors du clasico remporté contre le Real Madrid (6-2), il continue d'entretenir le mystère autour de sa participation à la finale. "Il m'a dit qu'il travaillait comme un fou pour revenir, raconte Patrice Evra dans L'Equipe. Au début, il était pessimiste. Je lui ai dit : 'Déconne pas, faut que tu sois là.' C'est important pour la France. Et puis, deux gars des Ulis sur le terrain, ce serait bien quand même. Ce serait la bataille des Ulis. On serait fiers de ça". Lundi, le Barça a toutefois enregistré une bonne nouvelle. "Andrés Iniesta et Thierry Henry ont participé à tout l'entraînement avec leurs partenaires pour la première fois depuis qu'ils se sont blessés en mai", a ainsi annoncé le club catalan. Si sa présence n'est pas encore assurée à 100 %, la nouvelle suffit aux Barcelonais pour retrouver le sourire.

Oui à l'Europe ?

Mais le talent n'a pas disparu. A 31 ans, Thierry Henry a su se remettre en cause et travailler. Arrivé auréolé de son titre de meilleur buteur d'Arsenal (226 buts en 370 matches), l'ancien Gunner s'est adapté au sein d'un effectif où il n'était plus la seule star. "Avant de comprendre ce que veut dire ce maillot, il faut comprendre le club, la ville. L'an dernier, je l'ai compris tard au cours de la saison. J'étais dans l'hémisphère nord et le club dans l'hémisphère sud" , a-t-il expliqué cette saison. Et il s'est finalement fait une place au poste d'ailier gauche, renvoyant Bojan sur le banc. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : cette saison, il a inscrit 26 buts (19 en Liga, 6 en Ligue des Champions et 1 en Coupe du Roi) contre "seulement" 19 l'an passé.

19e match contre Manchester United

A Rome, alors qu'Eto'o n'arrive plus à marquer en Liga (deux buts en huit matches), Pep Guardiola compte particulièrement sur lui. "Il a été le meilleur joueur d'Arsenal (...) c'est le meilleur buteur de l'équipe de France, un joueur de très haut niveau. Il est humble et accepte de faire des choses qu'il ne faisait pas avant", aime rappeler son fan numéro 1. L'entraîneur sait aussi que Thierry Henry a su être décisif plus d'une fois cette saison : face à Valence (triplé et victoire 4-0), au Real Madrid (doublé et victoire 6-2) mais aussi Lyon en C1 (auteur de l'égalisation à l'aller et d'un doublé au retour). Lors de ce match, il s'était d'ailleurs installé au 4e rang des buteurs de la compétition derrière Raul, Van Nistelrooy et Shevchenko. Face à Manchester United, un adversaire qu'il connaît par coeur pour l'avoir déjà affronté à 18 reprises (5 victoires mais 9 buts inscrits), inutile de dire que le Barça disposerait de l'arme parfaite pour décrocher sa 3e Ligue des Champions...

0
0