Real Madrid's Portuguese coach Jose Mourinho (up) reacts as Real Madrid's Portuguese defender Pepe (down) falls during the UEFA Champions League second leg semi-final football match Real Madrid against Bayern Munich at the Santiago Bernabeu stadium in Mad - AFP
 
Article
commentaires
Football > Ligue des champions

Ce très cher Clasico...

Ce très cher Clasico...

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 26/04/2012 à 14:57 -
Par Eurosport - Le 26/04/2012 à 14:57
José Mourinho n'a pas caché, sans en faire une excuse, que le Clasico face au Barça samedi dernier avait beaucoup pesé sur ses joueurs, lors de la demi-finale face au Bayern Munich. L'entraîneur du Real Madrid regrette que la rencontre n'ait pas été décalée.
 

José Mourinho n'avait - c'est ce qu'il a dit - aucune critique à émettre après l'élimination du Real Madrid en demi-finale. Mais le Portugais n'avait qu'un mot à la bouche lors de la conférence de presse : Clasico. Ce match disputé il y a quatre jours au Camp Nou face au Barça, calé entre le double affrontement face au Bayern. Ce match que les Merengue ont remporté (1-2) s'envolant ainsi vers le titre en Liga. Mais un match où ils ont tout donné et qui, selon l'entraîneur madrilène, pèse lourd au moment de faire les comptes sur la scène européenne. "Mon équipe, elle, a joué un match à nul autre pareil et il lui a manqué un peu de fraîcheur", a-t-il expliqué.

C'est avec la subtilité qu'on lui connait que le Portugais a remis à plusieurs reprises en cause le positionnement du Clasico entre les deux manches face au club allemand. "Voilà, la finale de Ligue des champions va opposer le cinquième du championnat d'Angleterre et le deuxième à dix points du championnat allemand, qui a joué en fin de semaine avec son équipe réserve pendant que le Real et le Barça disputaient le match le plus important du championnat espagnol". Et même en complimentant l'adversaire, il lance une petite pique. "Les garçons ont été fantastiques, avec un mental incroyable, contre une grande équipe... qui était en vacances cette semaine."

Mourinho : "Je ne cherche pas d'excuses"

Samedi, Jupp Heycnkes avait en effet largement fait tourner son effectif à Monchengladbach (victoire 2-1), sachant le titre destiné à Dortmund. Alors que pendant ce temps-là, le Real Madrid ne devait pas perdre sur la pelouse des Catalans sous peine de les voir revenir à un point. "C'est une chose de jouer juste après un combat de championnat et de jouer loin de toute échéance en championnat, a expliqué Mourinho. Je ne cherche d'excuse pour personne, mais quand on voit Barcelone jouer deux jours après le Clasico... quand on fait trois gros matches rapprochés... il faut vraiment avoir une valeur incroyable pour aller au bout des compétitions."

Sans le dire ouvertement, José Mourinho regrette donc que le Clasico n'ait pas été décalé. "En Italie, j'ai réussi à obtenir des aménagements de calendrier, à faire jouer le vendredi les équipes qui jouaient en Ligue des champions le mardi suivant. Je n'ai pas ce pouvoir en Espagne. Je me rappelle avoir joué et perdu une demi-finale aux tirs au but dans la même situation, contre Liverpool (avec Chelsea en 2007). Chelsea jouait le titre et Liverpool, à 30 points derrière nous en championnat, sortait d'un match contre l'équipe B de Fulham. C'est de notre faute en quelque sorte, nous jouons le championnat à fond." Des problèmes de riches qui ne consolent pas.