AFP

AC Milan - Barça (2-0) : Coup de tonnerre à San Siro

Coup de tonnerre à San Siro
Par Eurosport

Le 21/02/2013 à 00:57

Largement supérieur, l’AC Milan s’est offert le FC Barcelone (2-0) en 8e de finale aller. Le Barça, favori de la compétition, est tout proche de la sortie.

C'est un séisme qui a secoué San Siro ce mercredi soir. Le Barça, favori de la compétition, a été croqué par l'AC Milan (2-0) en huitième de finale aller de la Ligue des champions. Les Catalans, méconnaissables, sont tout près de la sortie. Au vu de ce qu'ils ont montré, ils ne pouvaient pas espérer mieux tant ils ont été dominés dans les intentions et la cohérence collective. Milan, sinusoïdal depuis le début de saison en Serie A, a livré une copie parfaite : grosse solidarité défensive et opportunisme offensif. Boateng (57e), qui a profité d'une main involontaire de Zapata sur l'ouverture du score, et Muntari (81e), au terme d'une action collective que n'auraient pas reniée les Blaugrana,  ont parachevé l'inattendue démonstration lombarde.

Barcelone, qui a concédé sa quatrième défaite de la saison toutes compétitions confondues, a étalé son côté obscur. Comme toujours, le Barça a conservé le ballon mais il s'est montré inoffensif comme rarement. Les Catalans ont tourné autour du pot, à l'image d'un Messi transparent, et ont dû attendre la 75e minute et une frappe d'Iniesta pour inquiéter Abbiati. L'équation est désormais bien compliquée pour des Barcelonais qui devront au moins marquer deux fois et s'imposer par trois buts d'écart si le Milan venait à trouver les filets du Nou Camp. Depuis 1991-1992 et l'instauration de la nouvelle formule de la Ligue des champions, 91% des équipes qui se sont imposées 2-0 à l'aller se sont qualifiées.

Le fantôme de Messi

AFP

Au contraire, Milan, même privé de Balotelli, a forcé son destin. Bien sûr, l'ouverture du score est entachée d'une main flagrante de Zapata mais les Lombards ont eu le mérite de prendre l'initiative. Barcelone a attendu le dernier quart d'heure pour sortir de sa léthargie (Xavi 76e, Puyol 86e). Mais un coup de poignard de Muntari après un énorme travail de Niang puis d'El Shaarawy a scellé le sort de la rencontre. Barcelone ne méritait pas mieux ce mercredi et a clairement hypothéqué ses chances de qualification.

0
0