Champions League 2012/2013 Valencia PSG Pastore - AFP
 
Article
commentaires
Football > Ligue des champions

PSG : Javier Pastore, le bleu de chauffe et l’habit de lumière face à Valence (1-2)

Pastore, le bleu de chauffe et l’habit de lumière

Par Eurosport
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 13/02/2013 à 09:51 -
Par Eurosport - Le 13/02/2013 à 09:51
Irréprochable tactiquement et très actif dans le jeu, Javier Pastore a agrémenté son excellente prestation d’une passe décisive et d’un but face à Valence (1-2), en huitième de finale aller de la Ligue des champions.

C’est une tendance qui se confirme, doucement mais sûrement. A Valence, la victoire du PSG (1-2) a mis en lumière la montée en puissance de Javier Pastore à ce poste de milieu extérieur qu’il occupe depuis maintenant un peu plus de deux mois. L’Argentin n’a pas été le seul Parisien à se montrer à son avantage à Mestalla. Mais sa prestation a été d’autant plus remarquable que son rôle tactique était capital face à l’équipe espagnole. Il n’a pas ménagé ses efforts pour le rempli avec succès. Et pour couronner le tout, il a offert l’ouverture du score à Ezequiel Lavezzi, avant d’aller inscrire lui-même le but du break.

Au coup d’envoi, tout indiquait plutôt que Pastore allait souffrir pendant ce match. Assigné au côté gauche du milieu du terrain, l’Argentin a même passé l’essentiel de son temps à se focaliser sur ses tâches défensives face à une équipe de Valence qui a eu le monopole du ballon : bloquer les montées de Joao Pereira, tout en préservant Maxwell de situations en un contre un face à Sofiane Feghouli. Il s’est très bien acquitté de sa tâche, avec notamment une application particulière à défendre debout qui lui avait fait défaut lors de la dernière sortie européenne du PSG face à Porto (2-1), ainsi que le souci de ne pas se laisser surprendre par les courses de Feghouli vers l’axe du terrain. Et une activité de tous les instants, symbolisée par un total supérieur à onze kilomètres parcourus. Seuls Marco Verratti et Blaise Matuidi ont plus couru au PSG.

Plus à l’aise sur le côté ?

Irréprochable sur le plan défensif, Pastore l’a également été dans le domaine offensif. A la récupération du ballon, il n’a jamais hésité à dézoner pour se rapprocher de ses attaquants. C’est notamment ce qui lui a permis de se retrouver côté droit pour combiner avec Ezequiel Lavezzi sur l’ouverture du score de l’attaquant argentin. C’est également en quittant son côté gauche pour aller chercher l’axe qu’il a pu réceptionner le centre de Lucas pour donner un break d’avance à son équipe juste avant la pause. En plus d’être décisif, il s’est aussi montré très précieux dans l’utilisation du ballon, s’attachant à libérer le cuir le plus rapidement et dans les meilleures conditions possibles pour ne pas ralentir les contre-attaques parisiennes. Il a aussi multiplié les appels, sans pour autant négliger le repli défensif à la perte du ballon.

Cette bonne prestation réalisée par Pastore ne sort pas de nulle part. Cela faisait un moment qu’on parlait moins de l’Argentin. Paradoxalement, c’est pourtant l’une de ses meilleures périodes depuis qu’il porte le maillot du PSG. Directement menacé par le changement de schéma tactique opéré par Carlo Ancelotti avec le passage au 4-4-2, l’ancien joueur de Palerme, présenté comme un milieu offensif axial, semble au contraire avoir trouvé ses marques sur un côté dans ce schéma. C’est d’autant plus net que Carlo Ancelotti ne l’a pas sorti de son onze après l’arrivée de Lucas, Jérémy Ménez faisant la plupart du temps les frais des titularisations du Brésilien. Pastore offre ce profil différent, davantage créateur que dribbleur ou finisseur, qui le rend quasiment indispensable dans l’animation offensive du PSG. Sa performance face à Valence ne fait que confirmer cette tendance.

 
 

commentaires


  • pourlefootpapourunseulclub15/02/2013 21:08

    Je ne jamais dit qu'il avais fait un mauvais match, mais qu'il étais plus nerveux que d'habitude, comme l'à dit Geronimo, il a été frustré de ne pas avoir concrétiser ses tirs au but, d’où l'énervement. Il voulais a tout prix inscrire un but, il aurais dû rester comme il le fait en L1, et tout aurais été pour le mieux, mais a la différence en LDC, il faut se donner a 100% ou + lol.

  • Zi Gui13/02/2013 21:11

    Exactement son profil est différent que celui des autres offensifs du PSG. Le problème dans la stratégie de recrutement du PSG c'est qu'ils ne visent que le même profil de joueur (comme tu l'a cité), ils devraient plutôt s'intéresser à des joueurs capables de tenir un milieu de terrain.

  • darkerthanblack3313/02/2013 19:24

    Pastore est de toute façon indispensable au onze Parisien.. Que ce soit Lucas, Menez, Lavezzi, ce sont tous des "tout droit" et seul Pastore et son style plus posé, plus créatif, sort du lot. On peut pas faire sans lui, mais encore faut-il qu'il garde sa forme du moment... il est capable de si beaux gestes.