AFP

A 34 ans, Zlatan Ibrahimovic (PSG) trouve encore le moyen de grandir

A 34 ans, Ibrahimovic trouve encore le moyen de grandir

Mis à jourLe 10/03/2016 à 10:24

Publiéle 10/03/2016 à 09:21

Mis à jourLe 10/03/2016 à 10:24

Publiéle 10/03/2016 à 09:21

Article de Vincent Bregevin

LIGUE DES CHAMPIONS - Zlatan Ibrahimovic a porté le PSG vers les quarts de finale en signant un but et une passe décisive face à Chelsea (1-2). Le Suédois, déjà auteur d'une saison exceptionnelle, a su être l'homme fort de Paris au moment où son club en avait le plus besoin. A 34 ans.

Il a trop entendu ce refrain. Cette rengaine qui le poursuit depuis qu'il a posé ses valises au pied de la Tour Eiffel. Mercredi, à Stamford Bridge, Zlatan Ibrahimovic a pris ce vieux disque et l'a jeté aux ordures. Il n'y a plus personne pour lui répéter que les grands rendez-vous européens ne sont pas les siens. Si la France a encore un représentant en Coupe d'Europe, c'est bien au Suédois qu'elle le doit.

C'était face à Chelsea, donc c'est encore plus retentissant. Parce que son expulsion il y a un an sur cette même pelouse, face au même adversaire, avait quand même considérablement ébranlé son statut. Paris avait joué 90 minutes sans lui, et Paris avait signé son plus bel exploit européen de l'ère QSI sans lui. Lui, la figure de proue de ce PSG.

Zlatan Ibrahimovic lors de Cheldea - PSG en Ligue des Champions le 9 mars 2016

Un chef-d'œuvre en forme de continuité

Il l'est plus que jamais aujourd'hui. A Stamford Bridge, Ibrahimovic, passeur puis buteur, a porté le PSG sur ses épaules là où il devait l'emmener : vers un quatrième quart de finale de Ligue des champions consécutif. Ce serait peut-être réducteur pour ses coéquipiers. Cela le serait autant de limiter la performance d'Ibra à ces deux gestes décisifs, tant il a été le leader technique et moral de son équipe sur l'ensemble de ce match à Londres.

Ça signifie beaucoup. Parce que l'œuvre d'Ibrahimovic ne se limite pas à cette rencontre. L'attaquant parisien avait déjà été déterminant à l'aller en ouvrant le score. Il a été à directement impliqué sur trois des quatre buts qui ont fait pencher cette double confrontation en faveur du PSG. Il y a une continuité dans la performance de l'ancien Milanais, sur une scène européenne où il faisait surtout parler de lui par son inconstance.

Jusqu'ici, c'est l'aboutissement parfait d'une saison réussie. Et le mot est faible. Si le PSG peut être sacré champion de France avant la fin de l'hiver, il le doit aussi en grande partie à son avant-centre suédois, meilleur buteur (23 buts) et co-meilleur passeur de Ligue 1 (10 passes décisives). Paris n'a pas été souvent mis en danger en championnat. Et quand il l'a été, il a pu compter sur Ibra. Marseille peut en témoigner.

Zlatan Ibrahimovic face à Thibaut Courtois lors de Cheldea - PSG en Ligue des Champions le 9 mars 2016

Cette saison exceptionnelle se traduit désormais aussi au niveau européen. Et c'est d'autant plus remarquable pour un joueur de 34 ans. Là où la très grande majorité des footballeurs arrive au crépuscule de sa carrière, Ibrahimovic, lui, parvient encore à repousser ses limites pour progresser. Pour certains, comme son président Nasser al-Khelaifi, l'explication n'est pas rationnelle :

"Il est magique. C’est un joueur fantastique. À chaque match, il est de mieux en mieux"

Pour d'autres, elle l'est. Et peu de gens sont aussi bien placés que Thiago Silva, coéquipier d'Ibrahimovic à Milan avant de l'accompagner au PSG, pour savoir à quel point la saison phénoménale du Suédois ne doit rien au hasard :

"Il a toujours envie de gagner. Même si on fait un petit jeu la veille d'un match, il veut le gagner. C'est ce qu'il y a de plus important chez Zlatan."

A Londres, Ibrahimovic avait cette rage de vaincre chevillée au corps. C'était loin d'être la première fois. Mais c'est, au-delà du talent du Suédois, ce qui lui a permis de repousser une limite. Celle de l'échec qui lui collait trop souvent à la peau dans les grands rendez-vous européens. Ce refrain-là est démodé désormais.

0 commentaire
Vous lisez :