AFP

Arsenal-Barça (0-2), l'antisèche : En 12 minutes, Messi a rappelé qu'il était le patron

L'antisèche : En 12 minutes, Messi a rappelé qu'il était le patron

Le 24/02/2016 à 00:25

LIGUE DES CHAMPIONS – Le Barça a pu compter sur un doublé de Lionel Messi, en l'espace de 12 minutes, pour prendre un avantage certainement définitif face à Arsenal (0-2). L'Argentin a encore montré sa capacité à être décisif, en particulier face aux Gunners. Qui peuvent nourrir des regrets après cette défaite. Notre antisèche.

Le jeu : Arsenal a tenu 70 minutes

Face à un adversaire qui lui est supérieur, Arsenal a longtemps su être efficace défensivement, grâce à une bonne organisation, une discipline tactique de tous les instants, et beaucoup de solidarité. Pendant 70 minutes, le champion d'Europe en titre est resté sans solution, aussi par manque d'inspiration. Mais à force de courir après le ballon (65% de possession pour Barcelone), les Gunners se sont usés et ont fini par commettre des erreurs. Face au Barça, et surtout face à Lionel Messi, cela ne pardonne pas. L'Argentin a frappé deux fois en l'espace de 12 minutes pour faire basculer le match, et probablement la double confrontation, en faveur de l'ogre catalan.

Lionel Messi marque sur penalty face à Arsenal

Lionel Messi marque sur penalty face à ArsenalPanoramic

Les joueurs : L'autre star du Barça, c'est ter Stegen

Messi a évidemment été l'homme du match avec son doublé. Mais de l'autre côté du terrain, ter Stegen a lui aussi été décisif avec des parades importantes. L'Allemand a réussi tout ce qu'il a eu à faire. Neymar et Luis Suarez ont été brillants sur le contre qui amène le premier but, mais pas toujours inspirés dans la finition. A Arsenal, les satisfactions sont plutôt derrière. Koscielny a été irréprochable et Cech a sauvé ce qu'il a pu. A l'image de leur équipe, Bellerin et Ramsey se sont essoufflés après une grande première période. Devant, Arsenal a déçu. Giroud a été trop maladroit, Sanchez trop brouillon, et Özil trop inconstant.

Olivier Giroud a passé une soirée difficile face au Barça

Olivier Giroud a passé une soirée difficile face au BarçaPanoramic

Ce qui aurait pu tout changer

22e minute de jeu : Arsenal n'est pas loin de concrétiser sa très belle entame de match. Sur une action collective bien menée, Özil sert intelligemment Bellerin dont la frappe est contrée par Piqué. Ter Stegen a anticipé sur le tir de l'Espagnol et se retrouve au sol alors que le ballon arrivé à Oxlade-Chamberlain. Le Gunner a la balle de l'ouverture du score au bout du pied, mais il manque sa frappe et le portier barcelonais sort vainqueur de ce premier duel.

Marc-Andre ter Stegen s'impose devant Alex Oxlade-Chamberlain

Marc-Andre ter Stegen s'impose devant Alex Oxlade-ChamberlainPanoramic

La stat : 8

Messi est un cauchemar pour de nombreuses équipes, et en particulier pour Arsenal. Avec ce doublé à l'Emirates, l'Argentin en est désormais à 8 buts en 5 matches face aux Gunners. Soit une moyenne de 1,6 but par match. Même l'arrivée de Petr Cech, qui ne s'était pas encore incliné devant Messi en six matches, n'a pas suffi pour interrompre la malédiction des Gunners quand ils doivent se frotter à la Pulga.

Le tweet impérial

La décla : Arsène Wenger (entraîneur d'Arsenal)

" Ils sont meilleurs que nous, tout le monde le sait, mais si nous avions gardé notre discipline, nous aurions pu gagner ce match."

La question : Arsenal peut-il nourrir des regrets ?

Oui. Parce que les Gunners ont pris la rencontre par le bon bout, qu'ils ont su neutraliser pendant longtemps l'attaque barcelonaise et qu'ils méritaient certainement une autre issue par rapport aux efforts fournis. Mais surtout, parce qu'ils commettent deux erreurs qui leurs coûtent deux buts. Encaisser le premier sur une contre-attaque, face à un adversaire dont la caractéristique principale reste la possession, c'est forcément dur à avaler pour les Anglais.

Le deuxième but résulte lui d'une erreur individuelle, avec une relance manquée de Mertesacker récupérée par Messi, qui se fait ensuite accrocher dans la surface par Flamini. C'est certainement cruel pour les Gunners de voir tous leurs efforts gâchés de la sorte en l'espace de 12 minutes, alors qu'ils avaient bien défendu jusque-là. Mais ça symbolise surtout l'écart qui existe entre Arsenal et Barcelone. Sans être dans son meilleur soir, le Barça a su exploiter les erreurs de son adversaire. Les Anglais n'ont pas su le faire. A ce niveau, ça fait une grande différence.

La déception d'Özil et Welbeck

La déception d'Özil et WelbeckPanoramic

0
0