AFP

De Douglas Costa à Coman en passant par Robben : les ailes 5 étoiles de Guardiola

De Douglas Costa à Coman, les ailes 5 étoiles de Guardiola

Mis à jourLe 16/03/2016 à 16:09

Publiéle 15/03/2016 à 19:35

Mis à jourLe 16/03/2016 à 16:09

Publiéle 15/03/2016 à 19:35

Article de Cyril Morin

LIGUE DES CHAMPIONS – Alors que le Bayern Munich aborde la dernière ligne droite de sa saison, avec son 8e de finale retour contre la Juventus ce mercredi, Pep Guardiola aura des choix à faire. Entre Franck Ribéry, Douglas Costa, Kingsley Coman, Arjen Robben voire Thomas Müller, le coach munichois dispose de nombreuses options pour accompagner Lewandowski. Revue d’effectif.

C’est ce qu’on appelle un problème de riche. Ce mercredi, à l’heure de recevoir la Juventus pour le 8e de finale retour de Ligue des champions (2-2 à l’aller), Pep Guardiola aura l’embarras du choix pour dresser son onze de départ. Surtout pour son trio (voire quatuor) d’attaque.

Le futur technicien de Manchester City prend souvent un malin plaisir à modifier son organisation tactique, passant du 4-3-3 au 4-2-3-1 voire même au 3-5-2, sans changer le rendement de son équipe. Et quelle que soit l’option choisie, ses ailiers sont souvent ultra-performants autour de Robert Lewandowski, le buteur maison (34 buts). Dès lors, Guardiola devra choisir entre tous ces prétendants.

Douglas Costa

Visuel Douglas Costa

C’était le pari de l’été du côté de Munich. Un pari payant six mois plus tard. Acheté contre la bagatelle de 30 millions d’euros, Douglas Costa a brillé dès ses premières minutes sous le maillot munichois. En l’absence de Franck Ribéry, ses 30 matches, 5 buts et surtout 17 passes décisives ont fait de lui le premier choix de Pep Guardiola à gauche. Gaucher, provocateur et surtout décisif, il conserve encore une longueur d’avance sur ses concurrents directs.

  • Bilan : Une acclimatation ultra-rapide et des dribbles dévastateurs. La bonne pioche de l’été, c’est lui. Ribéry ou pas, Guardiola devrait à nouveau lui faire confiance contre la Juventus.

Franck Ribéry

Visuel Ribéry

Oui, parler d’icône à propos de Franck Ribéry peut sembler exagérer vu de France. Mais à Munich, c’est une autre histoire. La preuve, Pep Guardiola lui-même définissait le Français comme « un des joueurs les plus importants de l’histoire du Bayern » au début du mois. Revenu de blessure avec succès (1 but et 3 passes décisives en 8 matches), il revient au meilleur moment de la saison pour aider le club bavarois dans sa quête de Ligue des champions. À son meilleur niveau, difficile de l’écarter du onze. Même quand on s’appelle Pep Guardiola.

  • Bilan : Son retour semble encore trop frais pour qu’il soit titulaire dès ce mercredi contre la Juve. Il va cependant devoir cravacher et revenir à son meilleur niveau s’il veut inverser la tendance.

Arjen Robben

Visuel Robben

Le Néerlandais ne semble plus jouir du même statut d’incontournable depuis l’arrivée de Pep Guardiola. D’ailleurs, à en croire les médias espagnols ces derniers jours, la relation entre Arjen Robben et son entraîneur ne serait pas au beau fixe. La faute aux rotations imposées par l’ancien coach du Barça. Malgré tout, son dribble fétiche prend toujours à 32 ans. La Juventus l’a découvert à ses dépens à l’aller. Blessé en début de saison, il a repris sa place de titulaire depuis son retour mais semble moins fringuant que par le passé (22 matches, 7 buts, 3 passes).

  • Bilan : Il a pour lui l’expérience. À droite, son vrai concurrent se nomme Kingsley Coman et ce dernier semble encore un peu frais aux yeux de Guardiola pour être un titulaire en puissance. Incertain pour le match retour, il devrait cependant être celui qui arpentera le couloir droit munichois lors des prochains tours de Ligue des champions, si prochain tour il y a.

Kingsley Coman

Visuel Coman

Beaucoup n’ont pas bien compris son choix de quitter la Juventus l’été dernier pour rejoindre le Bayern Munich dans le cadre d’un prêt de deux ans. Surtout lorsque la justification tenait dans une volonté de jouer plus, ce qui n’était pas gagné en Bavière. Et pourtant, sept mois plus tard, force est de constater qu’il a eu raison. Avec 27 matches, 5 buts et 10 passes décisives, il a même joué plus qu’attendu, bénéficiant des blessures de ses concurrents sur les ailes. Le week-end dernier, il s’est attiré les louanges de son coach et de Philipp Lahm après ses trois passes décisives. Devenu international, il a franchi un palier à même de faire de lui un prétendant crédible au onze de départ.

  • Bilan : Il pourrait bénéficier du forfait d’Arjen Robben pour jouer ce mercredi. Il risque cependant de ne pas être le premier choix dans les couloirs dans les semaines à venir tant les retours de Robben et Ribéry changent la donne.
0 commentaire
Vous lisez :