AFP

Faire tomber le Bayern, un "exploit" dans les cordes de la Juventus

Faire tomber le Bayern, un "exploit" dans les cordes de la Juventus

Mis à jourLe 22/02/2016 à 23:56

Publiéle 22/02/2016 à 23:55

Mis à jourLe 22/02/2016 à 23:56

Publiéle 22/02/2016 à 23:55

Article de Vincent Bregevin

LIGUE DES CHAMPIONS – Malgré son palmarès prestigieux en Europe, la Juventus n'est pas favorite face au Bayern Munich avant le 8e de finale aller entre les deux équipes mardi (20h45). Ce serait même une sorte d'exploit pour les Turinois de sortir l'ogre bavarois. Mais il est à sa portée.

Un vice-champion d'Europe en titre dans la peau du challenger en 8e de finale de la Ligue des champions, ce n'est pas commun. Ça l'est encore moins quand il s'agit d'un poids lourd européen comme la Juventus Turin. Mais le club italien ne part pas favori de sa double confrontation face au Bayern Munich, et pas seulement parce qu'il a perdu l'été dernier trois joueurs essentiels de son parcours européen de l'an passé (Pirlo, Tevez, Vidal). Pour plusieurs raisons, c'est une forme d'exploit que la Vieille Dame va devoir signer pour accéder aux quarts. Et elle a les moyens de le réaliser.

Pourquoi ce serait un exploit pour la Juve

  • Le Bayern est un géant de l'Europe… surtout en ce moment

La Juventus, c'est pas mal avec deux titres de champion d'Europe dans son histoire. Mais le Bayern, c'est encore mieux avec cinq sacres, autant que le Barça et Liverpool. Seuls le Real Madrid (10) et Milan (7) font mieux que le club bavarois. Qui est particulièrement compétitif sur la période récente. Le Bayern a atteint au moins les demi-finales de l'épreuve lors des quatre dernières éditions, avec en point d'orgue une victoire en 2013 et une finale en 2012. En cela, le faire tomber dès les huitièmes de finale serait une forme d'exploit pour la Juve.

Le sacre du Bayern en Ligue des champions en 2013
Le sacre du Bayern en Ligue des champions en 2013 - Panoramic
  • Le Bayern a dominé les dernières confrontations directes

La Juve reste sur un mauvais souvenir face au club bavarois. En 2012/13, la Vieille Dame avait été dominée par les Munichois en quart de finale, s'inclinant sur le même score au match aller comme au match retour (2-0). En 2009/10, le Bayern avait déjà pris le dessus sur les Turinois en phase de poules avec une nette victoire dans le Piémont (1-4) après un nul en Bavière (0-0). Il faut remonter à plus de dix ans, en 2005, pour retrouver la trace d'une victoire de la Juve sur le Bayern en C1 (2-1), avec un doublé de David Trezeguet contre un but de Sebastian Deisler. Une autre époque.

Mario Mandzukic avec le Bayern face à la Juve en 2012/13
Mario Mandzukic avec le Bayern face à la Juve en 2012/13 - Panoramic
  • Le Bayern, lui, a fini premier de sa poule

Un deuxième de groupe qui se qualifie pour les quarts de finale, c'est rare. Sur les cinq dernières éditions, le cas s'est produit une fois en 2011 (Inter), deux fois en 2012 (Milan et Marseille), 2013 (Real et Galatasaray) et 2015 (PSG et Juventus). Et en 2014, les huit équipes qui avaient terminé en tête de leur groupe en phase de poules s'étaient qualifiées pour les quarts de finale. Sortir le Bayern dans ce contexte, avec un match retour en Allemagne, serait une performance d'autant plus remarquable pour la Juve. Mais les Turinois l'ont fait l'an passé, en gagnant à Dortmund (0-3).

Alvaro Morata (Juventus) face à Dortmund
Alvaro Morata (Juventus) face à Dortmund - Panoramic

Pourquoi la Juve peut le faire

  • Ce n'est plus la même Juve

L'automne paraît bien loin. A l'époque, la Juve stagnait en milieu de tableau en championnat, et validait péniblement son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, en terminant deuxième de son groupe derrière Manchester City, avec la plus mauvaise attaque parmi les qualifiés (6 buts). Mais la Vieille Dame a profité de l'hiver pour se refaire une santé : 14 matches toutes compétitions confondues, 13 victoires, 1 nul et 0 défaite. Les Turinois n'ont concédé qu'un seul but en 11 matches en 2016 et promettent d'être un adversaire bien plus coriace qu'en phase de poules.

Paul Pogba (Juventus) et les Bianconeri tout à leur joie
Paul Pogba (Juventus) et les Bianconeri tout à leur joie - AFP
  • Le Bayern est victime d'une hécatombe en défense

Le club allemand a subi des pertes hivernales importantes dans le secteur défensif. Le leader de la défense bavaroise, Jérôme Boateng, est indisponible en raison d'une blessure à l'aine tout comme Javi Martinez, touché au genou, et Holger Badstuber, out pour la saison après une fracture de la cheville. Josep Guardiola peut toujours compter sur l'excellent David Alaba, mais il pourrait être contraint de faire reculer Xabi Alonso ou Joshua Kimmich d'un cran compte tenu du manque de rythme de Mehdi Benatia et Serdar Tasci. Pas idéal pour une telle échéance face à un adversaire aussi redoutable.

Jerome Boateng sort sur blessure
Jerome Boateng sort sur blessure - Imago
  • Le cas Guardiola rend le contexte délicat pour le Bayern

L'hiver du Bayern a aussi été marqué par l'annonce du départ de Josep Guardiola à Manchester City à la fin de la saison. Elle n'a été que moyennement appréciée par les dirigeants bavarois, et la rumeur d'un limogeage du technicien catalan avant la fin de son contrat en juin prochain a même circulé sur la toile. Sans remettre en cause l'implication de "Pep" et des joueurs du Bayern pour atteindre les objectifs du club, cela ne met pas le FCB dans un contexte idéal avant le duel face à la Juventus. Il appartiendra à la Juve d'en profiter pour réussir un exploit dans ces 8es de finale.

Josep Guardiola (Bayern) lors du match face à Darmstadt
Josep Guardiola (Bayern) lors du match face à Darmstadt - Panoramic
0 commentaire
Vous lisez :