AFP

Ligue des champions - Et si le match à ne pas rater mercredi était La Gantoise-Wolfsburg ?

Et si le match à ne pas rater mercredi était La Gantoise-Wolfsburg ?

Le 17/02/2016 à 00:52

LIGUE DES CHAMPIONS - Mercredi, en même temps que Roma-Real Madrid, La Gantoise et Wolfsburg s'affrontent et disputent le premier huitième de finale de Ligue des champions de leur histoire. Une rencontre à ne surtout pas manquer. On vous explique pourquoi vous devriez choisir de regarder ce match plutôt que l'autre.

Parce qu'ils vont tous les deux découvrir un monde qu'ils ne connaissent pas

Respectivement deuxième du Groupe H (celui de l'Olympique Lyonnais…) derrière le Zenit Saint-Pétersbourg et premier du groupe B (celui de Manchester United…) en phase de poules, La Gantoise et Wolfsburg vont disputer pour la première fois un 8e de finale de Ligue des champions. Novices à ce stade de la compétition, les deux clubs peuvent écrire une page importante de leur histoire.

Parce que le coach de La Gantoise est un génie tactique

Wolfsburg et La Gantoise sont deux équipes tournées vers l'offensive. Du côté belge, le coach Hein Vanhaezebrouck (52 ans depuis mardi), aussi fort en conférence de presse qu'au bord de la pelouse, a transformé son équipe. Celui qui voit toujours le verre à moitié plein, qui prône un football champagne et qui sait parfaitement gérer "l'humain" au sein de son vestiaire, est considéré comme un génie tactique en Belgique. Son système préféré ? Le 3-5-2, et ce, quel que soit l'adversaire qui se présente. S'adapter ? Vanhaezebrouck, prolongé récemment jusqu'en 2018, ne le fait quasiment jamais et préfère dicter sa loi tactique.

Pour se régaler devant les dribbles de Draxler

Après quatre ans à Schalke, Julian Draxler fait aujourd'hui les beaux jours de Wolfsburg. Pétri de talent, l'Allemand de 22 ans a longtemps été annoncé du côté de la Premier League (Arsenal surtout) ou en Serie A (Juventus Turin) l'été dernier mais il a préféré rester en Bundesliga et rejoindre les Loups pour 36 millions d'euros. Un prix jugé excessif par certains pour celui qui était appelé à succéder à Kevin de Bruyne, parti à Manchester City. Reste que Draxler, comme son prédécesseur, fait partie de ces joueurs qui font lever les foules. Ses dribbles et sa vitesse balle au pied sont ses principales qualités. Cette saison, en 25 matches toutes compétitions confondues, l'international n'a inscrit que cinq buts et délivré cinq passes décisives mais deux d'entre eux l'ont été lors des trois dernières journées de Bundesliga. Le joueur revient en forme. La Gantoise est prévenue.

Parce que La Gantoise possède l'un des plus beaux stades d'Europe

En Belgique, La Gantoise est considérée comme un modèle à suivre. Pour remplacer le vétuste stade Jules-Otten, le club a été le premier à construire une enceinte ultra moderne, la Ghelamco Arena, inaugurée le 17 juillet 2013. Champions pour la première fois de leur histoire la saison dernière, les Bleu et Blanc ont vu les choses en grand. Malgré sa superficie relative (environ 20 000 spectateurs), l'écrin est une petite merveille écologique. Le toit du stade est pourvu de 13 000m² de panneaux solaires photovoltaïques et l'eau de pluie est utilisée pour les sanitaires ou l’arrosage de la pelouse. Et si le foot vous ennuie, sachez que, sous les tribunes, on peut trouver des restaurants, des salles de jeu mais surtout une salle de fitness… et une piste de bowling !

Parce que Sven Kums revient de l'enfer

Prolongé d'un an il y a quelques jours, Sven Kums, qui faisait partie de l'équipe-type de la phase de poules de C1, est un joueur courtisé. Lié désormais aux Buffalos jusqu'en 2019, le milieu de terrain de 27 ans revient de loin. De très loin. Elu Soulier d'Or, trophée qui récompense le meilleur joueur du championnat belge lors de l'année écoulée mi-janvier, Kums a été formé à Anderlecht. Mais il n'a jamais eu sa chance avec le RCSA. Après d'innombrables galères à Courtrai, à Lierse, à Heerenveen et enfin à Zulte-Waregem, il a éclaté sur le tard après son arrivée à La Gantoise. Aujourd'hui capitaine du KAA, Kums s'est rendu indispensable dans l’entrejeu du club belge.

Pour voir ce que vaut l'ancien Nantais Lucas Deaux en C1

Après trois ans et demi à Nantes, et alors que son contrat se terminait en juin 2016, Lucas Deaux a fait ses valises pour la Belgique et La Gantoise lors du mercato hivernal. Un choix assumé par le milieu de terrain de 27 ans, qualifié pour disputer la C1 et déjà courtisé par les Buffalos en juin 2015. Même si, au début, le principal intéressé a eu du mal à y croire : "Ce n’est pas n’importe quelle équipe. La Gantoise est leader du championnat belge (à l'époque…), huitième de finaliste de la Ligue des champions. Si ça se trouve, ils m’ont pris pour laver les chiottes ! " Ou pour apporter un plus en Coupe d’Europe ?

0
0