Panoramic

Ligue des champions : Grâce à Cavani, le PSG s'impose 2-1 face à Chelsea en 8e de finale aller

Cette fois, Paris peut chaudement remercier Cavani

Le 17/02/2016 à 00:37

Le PSG s'est imposé 2-1 face à Chelsea en huitième de finale aller de la Ligue des champions, mardi au Parc des Princes. Entré en jeu, Edinson Cavani a donné la victoire au Paris Saint-Germain (78e) au terme d'une rencontre de très haut niveau. Zlatan avait ouvert le score (39e) et Obi Mikel lui avait répondu avant la pause (45e). Les champions de France iront à Londres avec un petit avantage.

Le PSG peut dire un grand merci à Edinson Cavani. L'attaquant uruguayen, à peine entré en jeu, a offert la victoire aux Parisiens face à Chelsea (2-1) mardi au Parc des Princes, en 8e de finale aller de la Ligue des champions. Paris, en tête grâce à Zlatan Ibrahimovic (39e) mais rejoint juste avant la pause sur un but de John Obi Mikel (45e+1), peinait pour venir à bout de la résistance des Blues, incarnée par un énorme Thibaut Courtois. Mais El Matador est arrivé pour libérer Paris (79e), et lui permettre d'avoir une courte mais précieuse avance avant le match retour à Stamford Bridge le 9 mars.

L'histoire est belle pour Cavani. Après avoir perdu son statut de titulaire en 2016, après avoir été vivement critiqué pour ses occasions manquées samedi face à Lille, l'Uruguayen a apporté la plus belle des réponses, cinq minutes après avoir remplacé Lucas. Alerté dans le dos de la défense de Chelsea par Angel Di Maria, l'attaquant parisien est parvenu à glisser le ballon au fond des filets de Thibaut Courtois, malgré l'angle fermé, et donner une victoire méritée au PSG (2-1, 79e).

Courtois était encore très inspiré

Méritée, parce que Paris a accumulé les occasions de but après la pause. Avant, il avait en revanche été mis en difficulté par les Blues malgré une grosse entame de match. Très renforcé dans l'axe, Chelsea a laissé passer l'orage, concédant finalement peu d'occasions de but, avant de placer ses banderilles en contre-attaque. Et il a fallu un réflexe assez exceptionnel de Kevin Trapp pour détourner une tête de Diego Costa sur la barre (23e).

Gary Cahill devance Thiago Motta

Gary Cahill devance Thiago MottaAFP

Paris a cependant trouvé l'ouverture, grâce à l'homme de cette première période : John Obi Mikel. Le milieu nigérian a commis une faute sur Lucas à une vingtaine de mètres de son but avant de dévier le coup franc de Zlatan Ibrahimovic, prenant Thibaut Courtois à contrepied (1-0, 39e). Mais Obi Mikel s'est admirablement racheté. Juste avant la pause, sur un corner de Willian dévié au premier poteau par Diego Costa, le milieu des Blues a remis les deux équipes à égalité d'une demi-volée aux six mètres (1-1, 45e+1).

Fort de ce but marqué à l'extérieur, Chelsea a résisté en seconde période, après avoir quand même vu Trapp remporter un duel face à Diego Costa (51e). Comme l'an passé, Thibaut Courtois a encore été très inspiré. Le gardien belge, impérial devant Angel Di Maria (51e, 67e), Zlatan Ibrahimovic (53e, 90e+2), Maxwell (56e) et Lucas (61e), a aussi pu compter sur la combativité de sa défense incarnée par un sacrifice de Branislav Ivanovic devant Matuidi (64e). Mais comme l'an passé, aussi, Courtois a fini par s'incliner devant Cavani. Le héros que Paris n'attendait plus.

0
0