Panoramic

Chelsea-PSG (1-2) : Marco Verratti n'était pas là et ça s’est (quand même) vu

Verratti n'était pas là et ça s’est (quand même) vu

Le 10/03/2016 à 18:41

LIGUE DES CHAMPIONS - Marco Verratti était le grand absent de la soirée, mercredi à Chelsea. Si le PSG s’en est autoritairement sorti sans lui, l’Italien a manqué dans l’entrejeu. Il sera indispensable pour les prochaines batailles continentales parisiennes. Assurément. Le club et le milieu de terrain ont besoin de lui.

On n'ira pas jusqu'à dire qu'"un seul être vous manque et tout est dépeuplé" parce que le résultat et la prestation globale du PSG, mercredi à Chelsea, ne nous donnerait pas forcément raison sur toute la ligne. Mais on n'ira pas non plus jusqu'à dire que "les absents ont toujours tort" parce que Marco Verratti, forfait en raison d'une pubalgie dont il ne se débarrasse pas, eut été bien plus utile sur le pré que dans les tribunes de Stamford Bridge.

    On ne va pas revenir sur ce que le jeune Italien apporte au Paris Saint-Germain, on le sait déjà. Mais son absence a pesé sur l'entrejeu parisien qui, s'il a tenu le choc et participé à la bonne marche parisienne, n'a pas eu la flamboyance de ses plus belles nuits européennes. A droite du trident composé de Matuidi, de Motta et de lui-même, Marco Verratti est un métronome technique sur lequel les fondations du PSG peuvent s'appuyer. Sur lequel Blaise Matuidi et Thiago Motta peuvent se reposer en cas de moins bien.

    Eden Hazard et Blaise Matuidi lors de Chelsea - PSG en Ligue des Champions le 9 mars 2016

    Eden Hazard et Blaise Matuidi lors de Chelsea - PSG en Ligue des Champions le 9 mars 2016AFP

    Hier, néanmoins, le lancer dans la bataille eut été une erreur. Après le match, Laurent Blanc a bien résumé cet état de fait : "Nous avions deux blessés. Faire débuter Blaise et Marco aurait été un gros risque. Imaginez qu’au bout de dix minutes, les deux ne puissent plus jouer..." Blanc a finalement opté pour Matuidi car il savait qu’il était plus proche du terrain que l’Italien et que ses qualités naturelles lui "suffiraient" pour tenir sa place. "Marco a fait le maximum pour jouer, révélé Blaise Matuidi en zone mixte. Mais c'était un peu trop compliqué pour lui. Beaucoup de joueurs s'inquiétaient de son absence parce qu'il est très important pour nous. Cela démontre qu'on a un effectif de très grande qualité, avec des joueurs comme Adrien. Il est jeune mais avec un talent fou, et il a su le remplacer."

    Présence et aisance

    Dans l'ouest de Londres, Blaise Matuidi a réussi la prestation qu'il pouvait réaliser dans ces conditions. Ni plus, ni moins. Adrien Rabiot a aussi réalisé la partie que Laurent Blanc attendait de lui, avec les défauts inhérents à sa jeunesse et quelques ballons perdus qui ont fait tressaillir sur le banc parisien. Thiago Motta, lui, a illuminé son match d'une passe lumineuse sur le but de Zlatan. Mais l'Italo-brésilien n'a pas réalisé le match de l'année. Loin de là. Il y a des soirs comme ça… Trop effacé et souvent mal inspiré. D'ailleurs, comme Rabiot, son compère d'un soir au milieu, il est impliqué sur l'égalisation londonienne.

    Thiago Motta n'est pas exactement au niveau qui fut le sien depuis le début de l'année. Son apport dans le jeu, long notamment, n'est pas aussi flagrant qu'il le fut. Mais, comme le reste de son équipe, il se porte mieux quand Marco Verratti est à ses côtés. Parce que, du haut de ses 165 centimètres, l'international italien a des épaules bien plus larges que son gabarit ne le laisse imaginer. Son apport et son aisance font de lui un indispensable qui vont au-delà de ses statistiques, même si celles-ci sont plutôt flatteuses (93% de passes réussies cette saison et 51% de duels gagnés en L1 notamment). Il pallie aussi les insuffisances - passagères ou autres - de ses partenaires. Alors que la route va gentiment s'élever, Laurent Blanc, tout satisfait qu'il est de la prestation d'Adrien Rabiot, ne sera pas mécontent de revoir Marco Verratti sur le pré. Le plus tôt sera le mieux. Mais, a priori, c'est quand même pas pour demain.

    Vidéo - Rabiot, valeur qui monte

    01:19
    0
    0