Panoramic

Manchester City avance masqué : 5 raisons de croire que ça ne le rend que plus dangereux

Manchester City avance masqué : 5 raisons de croire que ça ne le rend que plus dangereux

Mis à jourLe 23/02/2016 à 21:52

Publiéle 23/02/2016 à 19:58

Mis à jourLe 23/02/2016 à 21:52

Publiéle 23/02/2016 à 19:58

Article de Vincent Bregevin

LIGUE DES CHAMPIONS – En déplacement à Kiev en 8e de finale aller (20h45), Manchester City va tenter de franchir ce stade de l'épreuve pour la première fois de son histoire. Dans l'ombre des prétendants au titre, l'équipe de Manuel Pellegrini avance dans une certaine discrétion qui peut lui être bénéfique.

Difficile de situer Manchester City au moment où l'équipe de Manuel Pellegrini affronte le Dynamo Kiev pour tenter d'accéder enfin aux quarts de finale de la Ligue des champions. Le club anglais a plutôt collectionné les désillusions dans cette compétition jusqu'ici malgré un effectif suffisamment riche pour nourrir des ambitions européennes. Mais il y a des raisons de croire que ça peut changer cette année.

1. On ne les attend pas vraiment

Au moment de citer les prétendants à la Ligue des champions de cette année, le nom de Manchester City est rarement évoqué. Parce que Barça est archi-favori pour sa propre succession, mais aussi parce que le club anglais n'a jamais répondu aux attentes sur la scène européenne, où il n'a jamais dépassé le stade des huitièmes de finale ces dernières saisons. Les Citizens abordent ainsi la deuxième phase de cette C1 avec moins de pression que par le passé. Sans être un favori, City était régulièrement considéré comme un outsider, et cela semble être moins le cas cette saison. Cette situation lui convient certainement mieux.

Qui va gagner la Ligue des champions ?

Sondage
4365 vote(s)
Arsenal
Atlético Madrid
FC Barcelone
Bayern Munich
Chelsea
Juventus
Manchester City
PSG
Real Madrid
Autre

2. City progresse sur la scène européenne

La formation de Manuel Pellegrini a franchi un cap au niveau européen cette saison. Pour la première fois, elle a bouclé la phase de poules à la première place d'un groupe loin d'être évident avec la Juventus Turin, vice-championne d'Europe en titre, le FC Séville, double tenant de la Ligue Europa, et les Allemands du Borussia Mönchengladbach. Sa performance n'est pas négligeable, et elle lui a offert un tirage a priori plus favorable en 8e de finale avec le Dynamo Kiev. Ça change du Barça, qui avait stoppé l'élan des Mancuniens en huitième de finale ces deux dernières saisons.

Raheem Sterling (Manchester City), buteur contre Séville
Raheem Sterling (Manchester City), buteur contre Séville - AFP

3. Pellegrini est focalisé sur la C1

La feuille de match du choc face à Chelsea le week-end dernier en Cup ne laisse aucune place au doute. Manuel Pellegrini a titularisé pas moins de six joueurs habituellement utilisés en réserve. Il a clairement montré son intention d'économiser son effectif pour le rendez-vous face au Dynamo Kiev Ligue des champions, quitte à sacrifier une compétition nationale. C'est un choix fort qui a quand même une vertu évidente : l'allégement du calendrier des Citizens dans l'optique du printemps, où les Mancuniens pourront concentrer leurs forces sur le championnat et, éventuellement, la Ligue des champions.

4. A part De Bruyne, tous les joueurs clés sont là

A ce niveau, pouvoir compter sur un groupe au complet est capital. Ce n'est pas le cas de Manuel Pellegrini (Delph, Bony, De Bruyne, Navas et Nasri sont blessés), mais l'entraîneur de City n'est quand même pas loin d'avoir tous ses éléments clés à disposition, notamment depuis le retour de Vincent Kompany. Touché au genou, Kevin de Bruyne fait encore défaut mais le milieu créatif belge pourrait être opérationnel pour un éventuel quart de finale. En revanche, Sergio Agüero, Yaya Touré, David Silva ou Raheem Sterling, pour ne citer qu'eux, sont disponibles pour mener à bien la suite de la campagne européenne de City.

Vincent Kompany (Manchester City)
Vincent Kompany (Manchester City) - AFP

5. Ce groupe veut finir en beauté

Les dés sont déjà jetés. Manuel Pellegrini quittera le banc mancunien en fin de saison et sera remplacé par Josep Guardiola. Avec le technicien chilien, d'autres cadres de City seront vraisemblablement amenés à quitter le club, après avoir travaillé ensemble durant plusieurs saisons. Cela donne une saveur particulière à cette dernière aventure européenne pour ce groupe, justement critiqué pour ne pas avoir su répondre aux attentes en Ligue des champions par le passé. Sa motivation pour accéder une première fois aux quarts de finale, et plus si affinités, n'en sera que plus importante.

Manchester City
Manchester City - AFP
0 commentaire
Vous lisez :