AFP

PSG-Chelsea (2-1), l'antisèche : si seulement Paris savait tuer ce genre de matches

L'antisèche : si seulement le PSG savait tuer ce genre de matches…

Mis à jourLe 17/02/2016 à 09:15

Publiéle 17/02/2016 à 00:21

Mis à jourLe 17/02/2016 à 09:15

Publiéle 17/02/2016 à 00:21

Article de Vincent Bregevin

LIGUE DES CHAMPIONS – Vainqueur de Chelsea (2-1), le PSG a pris une toute petite option pour la qualification en quart de finale. Les Parisiens ont dominé, se sont créé plus d'occasions, mais peuvent déplorer leur manque de réalisme chronique. Néanmoins, Chelsea a aussi des regrets à avoir. Notre antisèche.

Le jeu : Chelsea a fait un bloc, Cavani l'a fissuré

Chelsea en a étonné plus d'un au Parc. Les Anglais ont mis les ingrédients nécessaires pour poser des problèmes aux Parisiens, avec une grosse densité de joueurs dans l'axe du terrain et beaucoup d'agressivité dans les duels. Sans négliger les contre-attaques grâce à la vitesse de leurs éléments offensifs. Il fallait un grand PSG pour venir à bout de ces Blues, et le PSG l'a été. Dans sa qualité de jeu habituelle, dans l'énergie déployée, et aussi dans la détermination. Une détermination incarnée par Cavani, décrié, mis de côté, et finalement décisif pour donner la victoire à son équipe quelques minutes après son entrée en jeu.

Edinson Cavani face à Thibaut Courtois
Edinson Cavani face à Thibaut Courtois - Imago

Les joueurs : Courtois au presque parfait

Il avait déjà été excellent l'an passé, il l'a encore été cette année. Thibaut Courtois a brillé au Parc des Princes, multipliant les parades de grande classe même s'il n'est pas très net sur le but de Cavani. A l'instar du Belge, Gary Cahill, impressionnant de combativité, et Cesar Azpilicueta ont incarné la solidité des Blues. Devant, Willian et Diego Costa ont posé quelques problèmes à la défense parisienne, Eden Hazard et Pedro aussi, par instants, mais les quatre éléments offensifs londoniens ont manqué de justesse dans le dernier geste.

Thibaut Courtois lors de PSG-Chelsea
Thibaut Courtois lors de PSG-Chelsea - AFP

Paris a lui aussi été efficace derrière, à l'image d'un Kevin Trapp très inspiré et d'un Thiago Silva, comme toujours, impérial. Le retour de Marco Verratti s'est senti dans la fluidité du jeu parisien, comme la grande forme de Lucas, très dangereux sur ses prises de balle. Zlatan Ibrahimovic a été décisif, et s'est avéré précieux dans le jeu en pivot, tandis qu'Angel Di Maria a d'abord semblé dans un mauvais soir. Mais l'Argentin a su monter en puissance petit à petit avant de se montrer décisif avec l'ouverture pour Cavani, auteur d'une entrée déterminante.

01:00
Blanc : "J'espère que ce but de Cavani va le remettre en confiance" - Eurosport

Ce qui aurait pu tout changer

50e minute : Le PSG a encaissé le but égalisateur des Blues juste avant la mi-temps. Et il n'est pas loin de se voir mené juste après la reprise, quand Willian lance Diego Costa dans un duel face à Kevin Trapp. L'avant-centre espagnol parvient à frapper au but, mais le gardien parisien détourne le ballon de la jambe et le score en reste à 1-1. Si Paris avait pris un deuxième coup de massue dès le retour des vestiaires, il ne s'en serait peut-être pas remis.

Diego Costa et Kevin Trapp
Diego Costa et Kevin Trapp - Panoramic

La stat : 49,6%

Malgré sa victoire, le PSG n'est, statistiquement, pas le favori pour atteindre les quarts de finale. Les équipes qui s'imposent 2-1 à l'aller dans un tour à élimination directe de Ligue des champions ne se qualifient que dans 49,6% des cas. Pour Paris, le billet est loin d'être validé avant un match retour qui s'annonce encore très serré à Stamford Bridge.

Le tweet qui résume tout

La décla : Laurent Blanc (entraîneur du PSG)

" Un but d'avance, ce n'est pas cher payé"
01:57
Blanc : "Le grand regret de ce soir, c'est d'avoir pris ce but à la 45e minute" - Eurosport

La question : Quelle équipe a le plus à regretter ?

Difficile à dire. Paris a largement dominé la seconde période, s'est procuré à peu près deux fois plus d'occasions sur l'ensemble du match, et aurait marqué plus de buts sans un grand Thibaut Courtois (au moins jusqu'au but de Cavani). La victoire parisienne pouvait être plus large, et laisse encore, comme lors du revers à Madrid, cette impression que le PSG doit apprendre à tuer les matches qu’il domine. Mais cette victoire a le mérite d'exister, quand même.

Et c'est tout ce que regrettera Chelsea. Car les Blues auraient eux aussi pu s'imposer avec plus de réalisme, notamment sur les deux occasions de Diego Costa, à 0-0 puis à 1-1. Cela aurait validé le plan tactique de Guus Hiddink, qui n'a pas été loin de fonctionner malgré la qualité de l’opposition parisienne. De ce point de vue, la défaite a forcément un goût amer pour les Blues, encore tout proches d'égaliser en fin de match par Pedro.

Il en reste cette impression de déjà-vu dans les confrontations entre ces deux équipes. C'est toujours très serré entre le PSG et Chelsea, et ce 8e de finale aller n'a pas échappé à la règle. Le retour s'annonce lui aussi indécis. Et ce n'est qu'au terme de ce nouveau combat à Stamford Bridge qu'il conviendra de définir l'équipe qui a le plus de regrets à avoir sur ce match aller.

Les joueurs du PSG et de Chelsea au coup de sifflet final
Les joueurs du PSG et de Chelsea au coup de sifflet final - Panoramic
0 commentaire
Vous lisez :