AFP

Super League = Super danger

Super League = Super danger

Le 07/03/2016 à 14:21

Le spectre d'une compétition européenne fermée et réunissant les plus grandes formations du Vieux Continent a ressurgi la semaine dernière à Londres à l'occasion d'une mystérieuse réunion. Les difficultés actuelles des cadors de Premier League vont-elles changer la face de l'Europe ? Possible. Mais c'est tout sauf souhaitable. Pour le football.

Un rendez-vous secret. Quelques puissants qui se rencontrent dans un palace londonien à l'est d'Hyde Park. Une poignée de photos volées et une information qui sort dans un tabloïd au cœur de la semaine dernière : l'ancien Big Four (MU, Arsenal, Chelsea et Liverpool) + Manchester City ont répondu à l’invitation d’un milliardaire américain pour discuter de la création d'une nouvelle compétition européenne.

Stephen Ross, l'instigateur de cette petite réunion au coeur de la capitale, n'est pas un inconnu puisque, propriétaire des Miami Dolphins, il est aussi l'organisateur de l'International Champions Cup. ICC pour les avertis. Kezako l'ICC ? C'est la "compétition" estivale qui occupe les géants du continent et se dispute partout où il y a des marchés à conquérir. A savoir : partout sauf sur le sol européen.

Pourquoi cette rencontre a-t-elle mis en émoi l'Angleterre ? Figurez-vous que - selon The Sun - ce petit groupe aurait des envies de sécession. Et le désir de rayer la Ligue des champions de la carte d'Europe pour lui substituer une compétition fermée - type NBA, NFL, etc. - réunissant la "crème de la crème" du football européen qui disposerait, comme le roi de France en d'autres temps reculés, d'un droit divin à disputer une compétition dépourvue de tout sens démocratique.

Ronaldo et Borini à la lutte

Ronaldo et Borini à la luttePanoramic

Plus de PSV, plus de La Gantoise

Charlie Stillitano

Charlie StillitanoImago

Charlie Stillitano, président de Revelent Sports (qui organise l'ICC) n'a lui pas caché son intérêt pour - a minima - une restructuration de la Ligue des champions et son désintérêt pour un club comme Leicester : "C'est une merveilleuse histoire mais vous pouvez aussi prendre le point de vue de Manchester United. (…) C'est très spectaculaire, sauf si vous êtes un supporter de Manchester United, de Liverpool… ou de Chelsea." Avant d'ajouter, sur les ondes de SiriusXM : "Cela va vous sembler arrogant mais quand vous voyez les équipes que l'on réunit lors de l'ICC cet été, vous avez envie de secouer la tête et de dire : 'Ce n'est pas la Ligue des champions ? Non, la Ligue des champions, c'est le PSV et La Gantoise'."

" Pourquoi une petite équipe comme Leicester fait mieux que nous ?"
Les joueurs de Manchester United après leur élimination de la Ligue des champions contre Wolfsburg

Les joueurs de Manchester United après leur élimination de la Ligue des champions contre WolfsburgAFP

Interrogé sur le sujet, Claudio Ranieri a été, comme souvent, excellent quand il a dû défendre les Foxes (si tant est qu'il y ait à défendre quoi que ce soit). Et une certaine idée du football.

" Je comprends que les grosses équipes soient désireuses d'avoir de l'argent et ne veulent pas vivre une année sans Ligue des champions, mais c'est le sport. La Ligue des champions se mérite. Parce qu'ils n'y parviennent pas une année, il faudrait créer quelque chose de différent ? Je pense que ce n'est pas juste. Si tu as peur, c'est que tu n'es pas fort. Leur idée est peut-être bonne mais ils devraient aussi se poser la question suivante : ‘pourquoi une petite équipe comme Leicester fait mieux que nous ?’"

Efficace. Et incontestable. Tout comme cette saillie du nouveau président de la FIFA, Gianni Infantino, très au fait des affaires continentales par son vécu et son ancienne maison : "La Super League existe déjà. Elle s'appelle la Ligue des champions". Apparemment, les gros - anglais en tête - jugent qu'elle n'est plus si super que ça. En 1999, l’UEFA l’avait ouverte à un contingent de quatre clubs par championnat majeur. A l'époque, l'institution européenne avait donné un doigt aux géants du continent. Près de deux décennies plus tard, ils réclament le bras entier.

Le trophée de la Champions League
0
0