Getty Images

Celtic Glasgow - PSG (0-5) - L'antisèche : Ce n'était que le Celtic mais c'était déjà parfait

L'antisèche : Ce n'était que le Celtic mais c'était déjà parfait

Le 13/09/2017 à 10:05Mis à jour Le 13/09/2017 à 10:10

LIGUE DES CHAMPIONS – Après son mercato pharaonique, le PSG devait envoyer un message sur le terrain pour sa première en C1. C'est fait. Le Celtic Glasgow a été balayé (0-5) avec une facilité déconcertante. Les deux nouveaux joyaux de la couronne parisienne, Neymar et Mbappé, ont marqué. Comme pour étayer la thèse selon laquelle ce nouveau PSG est bien plus terrifiant.

Le jeu : 45 minutes ont suffi au PSG

La première période a ressemblé à un récital. Bien sûr, le Celtic FC est entré sur le terrain en courbant l'échine alors qu'il aurait dû imposer d'entrée un combat physique. Le PSG avait le temps et l'espace pour mettre en place son jeu et étaler son immense supériorité technique. Encore fallait-il le faire avec autant de justesse. Les Ecossais ont attendu le retour des vestiaires pour durcir le ton, chatouiller les chevilles parisiennes et reprendre du poil de la bête. Ils ont enfin joué avec leurs armes mais ont aussi touché leurs limites. Ces deux-là ne jouent pas dans la même cour, c'est évident. Le Celtic a fini par craquer dans les derniers instants. Une issue tout à fait logique.

Thiago Motta et ses coéquipiers du PSG

Thiago Motta et ses coéquipiers du PSGGetty Images

Les joueurs : La classe de Rabiot

Bien sûr, cette Ligue des champions est faite pour les étoiles qui valent des millions. Mais le meilleur Parisien mardi n'a rien coûté au PSG. Adrien Rabiot n'en finit plus de grandir et c'est lui qui a donné le tempo au Celtic Park. Non content d'avoir offert l'ouverture du score à Neymar, il a régné sur l'entrejeu avec une classe naturelle. Neymar et Kylian Mbappé n'ont pas tout réussi mais leurs éclairs ont suffi.

Un but, une passe décisive pour le Brésilien, une 7e réalisation en 10 matches de C1 pour l'ancien Monégasque : ce duo est déjà diabolique. Comme vendredi dernier, Edinson Cavani a signé son doublé et témoigne qu'il est l'homme idoine en pointe de cette armada. Alphonse Aréola, lui, n'a pas toujours rassuré depuis le début de saison. Mais en Ecosse, il a démarré sa campagne européenne par un sans-faute avec trois belles parades et des prises de balle sûres.

La stat : 5, 5, 5

La ligne de statistique de Neymar est déjà affolante. En cinq apparitions, il a déjà marqué cinq buts et délivré autant de passes décisives.

Le tweet qui vous présente le joueur à 465 millions d'euros

La décla : Edinson Cavani

" C'est le match parfait, celui qu'on devait faire ici. J'ai joué dans d'autres équipes, avec d'autres attaquants, mais c'était différent."

La question : Peut-on considérer cette victoire comme un message envoyé à l'Europe ?

Une belle partie de l'Europe attendait un faux-pas, une raison de taper sur ce nouveau PSG. Gagner, bien sûr, c'était la moindre des choses. Il fallait convaincre, marcher sur Glasgow et son équipe de gaillards pour justifier son nouveau statut de prétendant très sérieux à la victoire finale. On a beau passer ce Celtic - Paris au peigne fin, pas la moindre raison de penser que ça ne va pas marcher. Le score ? Sans appel. La qualité de jeu ? Digne du recrutement cinq étoiles. Tout a roulé comme sur des roulettes. Le 4-3-3 a même stabilisé une équipe qui a parfois trop penché vers l'avant en L1.

Neymar et Mbappé ont marqué un but chacun. Les recrues sont déjà au diapason. Le poste faible - ou jugé comme tel -, celui de gardien de but, a donné des gages d'assurance. Et la grande première de ce PSG newlook en Ligue des champions a accouché de sa plus large victoire en C1 (record égalé). Là où le Barça de 2012 avait chuté (2-1). Non, il n'y a vraiment rien à jeter de cette sortie. Paris a marqué son territoire. Il avait envoyé un message cet été sur le marché des transferts. Il a trouvé son prolongement sur la pelouse du Celtic Park. Ce n'est que le Celtic ? Bien sûr. Il faudra attendre la réception du Bayern pour affiner le potentiel réel de cette équipe. Mais Paris ne pouvait pas mieux commencer. Le reste de l’Europe peut se faire des cheveux blancs.

Paris Saint-Germain's Brazilian striker Neymar (R) celebrates with Paris Saint-Germain's French striker Kylian Mbappe (L) and Paris Saint-Germain's Uruguayan striker Edinson Cavani (C) after scoring the opening goal of the UEFA Champions League Group B fo

Paris Saint-Germain's Brazilian striker Neymar (R) celebrates with Paris Saint-Germain's French striker Kylian Mbappe (L) and Paris Saint-Germain's Uruguayan striker Edinson Cavani (C) after scoring the opening goal of the UEFA Champions League Group B foGetty Images

0
0