Getty Images

Falcao dépendant ? Peut-être plus Lemar dépendant

Et si Monaco était finalement plus dépendant de Lemar que de Falcao ?

Le 01/11/2017 à 00:43Mis à jour Le 01/11/2017 à 15:20

LIGUE DES CHAMPIONS – Alors que Monaco retrouve Besiktas mercredi dans un match où l'ASM n'a plus le choix, Thomas Lemar est revenu en forme après un passage plus compliqué suite à une blessure. Et c'est une excellente nouvelle pour le champion de France, qui semble très dépendant des performances du gaucher en ce début de saison.

Falcao ne sera pas là. Encore une fois, le monsieur but de l'AS Monaco va manquer à l'appel. Un vrai coup dur pour l'ASM, qui est dos au mur en Ligue des champions. Et pourtant, ce n'est peut-être pas si grave pour le champion de France. Le vrai souci aurait été une absence de Thomas Lemar. On l’avoue : on exagère un peu. Mais à peine. Depuis le coup d'envoi de la saison, l'équipe de Leonardo Jardim semble en effet vivre au rythme de l'état de forme du gaucher de l'équipe de France, même si une groupe ne se résume pas à un seul homme.

Un coup d'œil sur le début d'exercice du tout dernier roi de la L1 l'illustre à la perfection. Thomas Lemar a débuté cette saison par le bon bout, enchaînant les prestations de qualité et signant deux passes décisives. Dans son sillage et avec l'orgie de buts de Falcao, l'ASM a accumulé les succès en L1. Le point d'orgue de cette période ? Son match époustouflant contre les Pays-Bas avec l'équipe de France fin août. Mais une élongation à la cuisse est venue casser sa dynamique. L'ancien Caennais a dû se reposer et a ensuite mis du temps à retrouver son niveau. Et l'ASM l'a ressenti plus qu'on pouvait l'imaginer.

Thomas Lemar avec l'AS Monaco

Thomas Lemar avec l'AS MonacoEurosport

D'orphelin à orfèvre

A la peine individuellement, l’international français a ainsi sombré avec ses coéquipiers face au FC Porto (0-3) pour son retour aux affaires. Et jusqu'au match face à Besiktas où il a signé une première période intéressante avant de s'éteindre, il a été très loin de son niveau. Se contenant souvent de rester sur son côté. A ce moment, il semblait plus que jamais orphelin de Benjamin Mendy, qui lui permettait de plonger dans l'axe et avec qu'il avait créé une complicité d'exception sur le flanc gauche de Monaco la saison passée.

Durant cette période surtout, les résultats de Monaco n'ont pas été au rendez-vous. Certes, l'ASM a battu Strasbourg et Lille - deux mal-classés -. Mais elle a surtout concédé le nul contre Montpellier (1-1), subi la loi de Lyon (3-2) et est tombé deux fois en C1… Mais Lemar a sorti la tête de l'eau face à Caen (2-0), une rencontre où Jardim a choisi de l'aligner à une position plus axiale. Une semaine après, il a confirmé à Bordeaux (0-2) avec un joli but et en retrouvant son influence sur le jeu monégasque. Comme par hasard, Monaco a enchaîné deux succès. Une coïncidence ? Sûrement pas.

C'est cependant assez logique. Après les nombreux départs de cet été, Monaco a moins de marge de manœuvre. Et a besoin de ses cadres à leur meilleur niveau. Le temps que les recrues mûrissent, s'adaptent et prennent leur pleine mesure sur le Rocher. En attendant, les Lemar, Fabinho, Falcao and co doivent se montrer sous leur meilleur jour. Et quand l'un n'est pas au top, ça se ressent. Par son talent largement au-dessus de la moyenne, c'est d'autant plus vrai pour Lemar, qui a un rôle clef à jouer. Son passage à vide n'est cependant peut-être pas tombé au bon moment pour les Monégasques, qui sont proches de la sortie en C1. Sauf si son retour au premier plan leur permet de rectifier le tir. Même sans Falcao.

0
0