Getty Images

Le vent en poupe, Timo Werner ne peut plus s’arrêter

Le vent en poupe, Timo Werner ne peut plus s’arrêter

Le 09/09/2017 à 15:49Mis à jour Le 13/09/2017 à 00:20

LIGUE DES CHAMPIONS - En plus d’affronter une équipe rodée collectivement, l’AS Monaco croisera mercredi soir (20H45) la route d'un redoutable buteur en la personne de Timo Werner. Grand espoir du football allemand, le jeunot est en train d’exploser au plus haut niveau.

S’épanouir au sein d’un milieu dur et pressant requiert parfois une certaine insouciance. C’est assurément l’un des traits qui caractérise le jeu de Timo Werner, le buteur du RB Leipzig. Il n’est pas encore aussi célèbre que Thomas Müller ou Marco Reus outre-Rhin mais, à 21 ans, le jeune buteur impressionne son monde. Il faut dire qu’il possède quelques fulgurances : dans son jeu, bien sûr, fait de vivacité et de spontanéité, mais aussi dans sa faculté d’adaptation.

Pour sa première saison avec le RB Leipzig, Werner a porté son total à 21 buts en Bundesliga, lui qui a également découvert l’équipe nationale avec une réussite sensiblement similaire (6 buts en 8 sélections). Sacré vice-champion d’Allemagne en mai, l’avant-centre va donc pouvoir découvrir la prestigieuse Ligue des champions mercredi. Il n’y a pas de raison de penser qu’il modifie contre Monaco son attitude de fonceur tant la recette fonctionne pour son collectif.

Werner félicité par Keita contre Hambourg vendredi soir.

Werner félicité par Keita contre Hambourg vendredi soir. Getty Images

Le nouvel avant-centre de la Mannschaft

Si les dirigeants de l’ASM avaient besoin d’une séance de rattrapage (on en doute), ils ont par exemple pu constater que Timo Werner n’a pas perdu la forme avec le passage de l’été. Buteur à Hambourg vendredi soir (0-2), après son doublé face à Fribourg (4-1), l’ancien attaquant de Stuttgart a marqué dans son style caractéristique : une contre-attaque rapide et en solitaire, une conclusion avec un sang-froid face au gardien. Des dommages devenus récurrents dans les défenses adverses.

Sur le plan international, Werner n’a pas ralenti non plus. Il a même légitimé la grande confiance que lui accorde Joachim Löw en marquant trois buts contre la République tchèque (1-2) et la Norvège (6-0) ces deux dernières semaines. Une réussite avec, qui plus est, le statut de nouvel avant-centre de la Mannschaft, preuve que cette Coupe des confédérations disputée (et remportée) en juin dernier avec une sélection bis a eu l’effet escompté. Tout du moins pour Timo Werner.

Timo Werner, l'avant-centre de la Mannschaft.

Timo Werner, l'avant-centre de la Mannschaft.Getty Images

Droit au but

Mercredi soir, cette forme et cette confiance ne seront pas de trop pour celui qui n’est pas (encore) rompu aux joutes de l’exigeante la Ligue des champions. Sans expérience aucune en coupe d’Europe, l’avant-centre allemand aura peut-être du mal à gérer les difficultés nouvelles qu'il risque de rencontrer. C'est d'ailleurs dans ce genre de moments que certains très grands talents se révèlent. Pour l'instant, tout semble se dérouler sans encombre pour lui, avec par exemple une kyrielle de buts inscrits à la faveur de contres favorables ou d'erreurs de la défense.

Cette réussite insolente s'explique toutefois assez simplement au regard du "style Werner" : un jeu ultra-direct, qui fait la part belle à la réactivité et à la spontanéité. Si l'international allemand a rencontré autant de situations heureuses, c'est aussi parce qu'il ne s'arrête jamais de tenter, quitte à afficher beaucoup de déchet au cours d'une rencontre. C'est à noter : Timo Werner raffole des duels et des déplacements, affichant une insatiable soif de buts, parfois au détriment de ses partenaires. Qu'importe pour le RB Leipzig, qui peut compter sur un attaquant imprévisible et difficile à stopper dans sa folle course vers les sommets.

0
0