Getty Images

Ligue des champions : Grippée de toutes parts, la machine madrilène ne tourne plus rond

Grippée de toutes parts, la machine madrilène ne tourne plus rond

Le 02/11/2017 à 00:25Mis à jour Le 02/11/2017 à 00:50

LIGUE DES CHAMPIONS - Doubles tenants en titre du trophée, les Madrilènes ont pris l'eau devant Tottenham et concédé une lourde défaite (3-1) qui confirme leur méforme et met en évidence leurs manquements actuels. L'équipe de Zinédine Zidane a perdu beaucoup de ses forces de la saison dernière.

Cette fois, il faut se rendre à l'évidence. Le Real Madrid n'a plus rien de l'ogre qui a signé le doublé Liga-Ligue des champions la saison dernière et réussi l'exploit de conserver sa Coupe aux grandes oreilles. La récente défaite en championnat chez le promu Gérone lors d'un match au contexte particulier (2-1) avait déjà provoqué une certaine inquiétude.

Le nouveau revers à l'extérieur, en C1 cette fois, face à Tottenham (3-1), a souligné les faiblesses des Merengue en ce début de saison. "On n'a pas fait un mauvais match mais Tottenham a été meilleur", s'est pourtant contenté de résumer l'insouciant Zinédine Zidane au micro de beIN Sports après la première défaite du Real Madrid en phase de groupes de la C1 depuis cinq ans et une invincibilité de 30 matches.

Des absences et un mercato qui font mal

Sur la pelouse de Wembley mercredi soir, le Real Madrid a dû se passer de Carvajal et Varane soit les deux habituels titulaires du côté droit de sa défense. Les Merengue évoluaient aussi sans leur gardien numéro un Keylor Navas. Devant, Gareth Bale est devenu un absent de longue date comme c'était déjà souvent le cas la saison dernière.

Les dirigeants madrilènes ont pourtant souhaité conserver le fragile gallois. Comptant sur les prometteurs Asensio et Lucas Vazquez, Zinédine Zidane n'a pas souhaité recruter de renfort de poids en attaque alors que Morata a filé du côté de Chelsea.

Des performances individuelles en nette baisse

Le coach français du Real Madrid doit s'appuyer sur des seconds couteaux comme le tout jeune Achraf Hakimi, volontaire mais peu rigoureux, ou sur Nacho qui manque clairement de rythme. Surtout, les prestations moyennes de ces deux joueurs s'ajoutent à celles bien plus décevantes des cadres. Déjà curieusement fébrile devant Gérone, le patron Sergio Ramos a encore démontré une cruelle fébrilité contre les Spurs et s'est souvent fait bouger physiquement. Marcelo, lui, évolue à un niveau très éloigné de celui qui était le sien au printemps dernier.

Au milieu, ce n'est pas mieux. Le trident Casemiro-Modric-Kroos ne règne plus. Le Brésilien se bat mais peine à combler les brèches laissées par ses deux compères. Le Croate a perdu son inspiration et ne parvient plus à alimenter les attaquants. L'Allemand, lui, conserve son rôle de métronome précis mais ne fait aucune différence balle au pied. "Non, je ne suis pas inquiet, a malgré tout confirmé ZZ après cette sortie de route londonienne. Et je ne serai pas inquiet cette saison".

Au niveau offensif, outre le rendement moins soutenu de Cristiano Ronaldo et Benzema, ce sont surtout les prestations d'Isco qui posent question dernièrement. L'Espagnol avait marqué contre Gérone en Liga mais son influence sur le jeu des Merengue se fait de plus en plus en mince. Zidane a changé de système pour en faire son meneur et Isco occupe un poste trop important pour se contenter de performances sans relief.

Pas d'appétit ni de capacité de réaction

Les carences madrilènes du moment n'apparaissent pas seulement techniques ou tactiques, elles sont aussi mentales. Face à Gérone, le petit promu catalan, les Madrilènes avaient affiché un manque de détermination criant. Ils n'ont pas su réagir lors de cette affiche européenne à Wembley contre Tottenham malgré une qualification pour les huitièmes de finale en ligne de mire.

Après un match aller disputé (1-1), Zidane et ses hommes savaient tout de la combativité des Londoniens. Ils n'ont pourtant pas souhaité emballer le match et ont payé leur passivité en subissant l'ouverture du score par le mordant Dele Alli qui a pris le dessus sur Ramos et Nacho (30e).

Menés, les Merengue ont enfin décidé de se secouer et sont devenus plus menaçants. Contrairement à ce qu'ils avaient réussi à plusieurs reprises la saison dernière en Ligue des champions, ils n'ont pas réussi à faire trembler leurs adversaires et à renverser la situation. A l'inverse, ils se sont grandement exposés et ont craqué sur deux nouveaux contres de Tottenham (56e et 65e). Il était ainsi déjà trop tard quand Cristiano Ronaldo a réduit la marque (80e).

"En ce qui concerne le mental de l'équipe, les joueurs se sentent mal, nous passons un mauvais moment, mais la saison est encore longue et nous pouvons changer les choses, assure Zinédine Zidane. Il faut garder la tête haute. Il faut accepter que les choses n'aillent pas toujours dans notre sens". Le coach français refuse encore de le reconnaître mais son équipe a perdu la force de caractère qui l'avait mené au sommet de l'Europe lors de ses deux dernières campagnes. Et il va falloir vite la retrouver pour éviter que la grippe ne dure tout l’hiver.

0
0