Getty Images

Pour Monaco, rien de mieux que la C1 pour se remettre sur le droit chemin

Pour Monaco, rien de mieux que la C1 pour se remettre sur le droit chemin

Le 13/09/2017 à 00:17

LIGUE DES CHAMPIONS - Demi-finaliste enthousiasmant la saison passée, Monaco retrouve l’Europe ce mercredi face à Leipzig (20h45). Avec la ferme intention de rééditer des performances qui ont fait de l’ASM une équipe très souvent performante en Ligue des champions.

C’est une petite musique que tout le monde connaît. Et qui fait dresser les poils de n’importe quel supporter. L’hymne de la Ligue des champions est de retour. Le parfum des grandes affiches aussi. Au plus grand plaisir de l’AS Monaco.

Le club monégasque retrouve la scène européenne ce mercredi après avoir été humilié par son voisin niçois samedi sur la scène nationale (4-0). Rien de mieux que la C1 pour se remettre dans le droit chemin. Face à Leipzig (20h45), le demi-finaliste de la saison passée devra assumer son statut et reprendre ses bonnes habitudes. Celles d’un club qui passe rarement au travers.

L'ASM a été qualifiée à 14 reprises pour la C1 ou son ancêtre. Et sa régularité est impressionnante. Il y a bien sûr la finale de 2004, perdue face à Porto (0-3). Mais il y a surtout trois autres demies (1994, 1998 et 2017). Ajoutez-y deux quarts en 1989 et en 2015 et un huitième en 2005 et vous aurez presque le panorama complet : en phase de poules, Monaco s’en sort (presque) toujours.

Finale 2003/2004
Demi-finales 1993/1994, 1997/1998, 2016/2017
Quarts de finale 1988/1989, 2014/2015
Huitièmes de finale 2004/2005
Phase de poule 2000/2001
Tour(s) préliminaire(s) ou barrages 2005/2006, 2015/2016

Un ratio plus faible mais des exploits plus grands ?

Vous l’aurez compris, la musique continentale booste l’ASM. Mais où placer l’ASM au niveau des autres clubs français ? Moins régulier que d’autres en termes de présence pure, moins médiatisé aussi, Monaco n’en reste pas moins une équipe de coups. Et de coupe (d’Europe).

Au regard de son ratio de victoire en C1, difficile de ne pas placer Monaco derrière les historiques français, de l’OL à l’OM en passant par le PSG.

Le pourcentage de victoire des clubs français en C1

Pour autant, les chiffres ont beau dire le contraire, l’ASM est l’un des meilleurs représentants de l’Hexagone à l’étranger. Et certains de ses exploits ont marqué les mémoires : la campagne de 2004 avec l’élimination des Galactiques du Real, l’élimination du grand Manchester United en 1998 par un petit jeune nommé David Trezeguet ou encore cette campagne de 2017 où les hommes de Jardim sont partis d’un troisième tour préliminaire pour échouer en demie en ravissant l’Europe de ses talents et son fond de jeu alléchant.

Alors, qu’attendre de ce Monaco 2017-2018 ? La même chose : du sérieux, du talent et un collectif huilé. La poule proposée aux Monégasques, la G (avec RB Leipzig, Porto et Besiktas), n’a rien d’un traquenard et doit permettre à la troupe du Rocher de retrouver les hauteurs européennes. Là où elle parvient à se sublimer à chaque fois.

Falcao, auteur d'un triplé avec Monaco contre Dijon.

Falcao, auteur d'un triplé avec Monaco contre Dijon.Getty Images

0
0