AFP

Maradona, accusé de fraude fiscale en Italie, refuse de payer

Maradona, accusé de fraude fiscale en Italie, refuse de payer
Par AFP

Le 19/10/2016 à 11:01

Diego Maradona, accusé de fraude fiscale en Italie, persiste et signe: "je ne dois rien", affirme-t-il dans un entretien mercredi avec le Corriere della sera.

"Depuis plus de 25 ans, on me réclame injustement plus de 40 millions d'euros dont 35 millions d'intérêts et de sanctions pour une soi-disant fraude fiscale considérée inexistante par tous les juges", assure l'ancien footballeur argentin dans cet entretien au quotidien italien.

Le gouvernement italien a intégré dans son projet de budget pour 2017 une disposition supprimant Equitalia, l'organisme chargé de la collecte de l'impôt en Italie, annulant au passage les sanctions et intérêts dus pour manquement au paiement de l'impôt.

Le gouvernement a démenti toute amnistie fiscale, affirmant qu'il s'agissait d'"améliorer" le rapport entre l'Etat et les contribuables. Interrogé sur le fait de savoir si cette disposition allait l'inciter à régler ses dettes fiscales, l'ancienne légende du ballon rond a catégoriquement écarté cette possibilité.

"Je ne dois rien à personne (...) et bien qu'étant innocent, je suis traité comme le pire des criminels devant tout le monde", affirme-t-il. "Je suis le seul au monde à qui on a pris ses boucles d'oreilles et ses montres", ajoute l'ancien joueur vedette du club de Naples, qui aura 56 ans le 30 octobre.

Le fisc italien avait saisi deux montres de luxe d'une valeur de 11.000 euros de l'ancien joueur et sélectionneur de l'équipe d'Argentine quand il avait séjourné près de Naples en 2006 pour un match de bienfaisance, puis une paire de boucles d'oreilles ornée de brillants lorsqu'il était venu en cure d'amaigrissement en 2009 à Merano dans le nord-est du pays. Elle avait été vendue aux enchères pour 25 000 euros.

Diego Maradona avait été condamné en 2005 par la Cour de cassation à payer 37,2 millions d'euros, dont 23,5 millions d'intérêts de retard, pour n'avoir pas payé régulièrement l'impôt sur le revenu. Une somme ensuite portée à 40 millions avec les intérêts.

0
0