AFP

Avant Pays-Bas - France - Il est l'heure pour Griezmann de prendre les clés de l'attaque

Il est l'heure pour Griezmann de prendre les clés de l'attaque

Le 24/03/2016 à 23:58

MATCHES AMICAUX - En l'absence de Mathieu Valbuena et Karim Benzema, Antoine Griezmann va endosser le leadership de l'attaque des Bleus. A 25 ans, et seulement 6 buts en 25 sélections avec les Bleus, a-t-il les épaules pour assumer un rôle qu'il endosse plus tôt que prévu ?

Les Pays-Bas, c'est un souvenir particulier pour Antoine Griezmann : sa première sélection en Bleu, sa première titularisation aussi. Un baptême du feu contrasté, où il est apparu emprunté mais qui ne l'a pas empêché d'embarquer pour le Brésil. Après quatre sélections, il démarre la Coupe du monde comme titulaire aux côtés de Benzema et Valbuena. Un an et demi plus tard, ses deux compères ne sont plus là. Antoine Griezmann, lui, est devenu incontournable. Sans que l'affaire de la sex-tape n'y soit pour quelque chose.

S'il est le nouveau patron du secteur offensif des Bleus, c'est d'abord parce que Martial et Coman sont encore tendres, parce que Giroud est à la recherche de son meilleur niveau. Et surtout parce qu'il flambe en Liga. Auteur de 17 buts cette saison avec l'Atlético, il avait déjà bouclé la saison dernière juste derrière les deux monstres Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. A 25 ans, il n'est plus le jeune joker qui détonne autant par son audace capillaire que par sa technique en mouvement. Le voilà installé dans le costume de patron dont il a encore du mal à épouser tous les contours.

Antoine Griezmann lors d'une séance de dédicaces à Clairefontaine (mars 2016)

Antoine Griezmann lors d'une séance de dédicaces à Clairefontaine (mars 2016)Panoramic

Envie "d'être un leader"

Mardi à Clairefontaine, il a dévoilé son envie "d'être un leader". Sauf que ça ne se décide pas. Depuis ses débuts en Bleu, Griezmann est beaucoup plus à l'aise dans un rôle de joker. Celui qui rentre, qui met la pagaille et fait basculer le match. Ce fut notamment le cas face au Nigéria en huitième de finale de la Coupe du monde (2-0). Il a dû attendre octobre dernier et un match contre l'Arménie pour inscrire son premier but comme titulaire.

"Dès que tu mets des buts, tu deviens naturellement un leader sur le terrain", a-t-il avancé. Problème, il marque peu en Bleu et ses statistiques ne sont pas celles d'un leader : 6 buts en 25 sélections, c'est maigre. "En équipe nationale, c’est plus compliqué, tu n’as que dix jours pour préparer les matches", tentait-il de se justifier. "Mais j'essaie de faire de mon mieux pour me rapprocher des performances que je peux livrer avec l'Atlético."

"Je n'ai pas encore fait de top match"

Après des moments de doute, un recadrage de Deschamps ("il doit remettre les pieds sur terre"), il semble avoir trouvé la bonne carburation. Ces dernières associations avec Giroud et Martial face au Danemark (2-0) ou à l'Allemagne (2-0) ont convaincu et dessine un trio plein de promesses.

"J'essaie de faire de mon mieux en Bleu. Même si je n'ai pas encore fait de top match", avoue-t-il lucide. Pas de match référence mais des prestations suffisamment intéressantes pour avoir sa place réservée dans le onze. Il doit désormais viser plus loin. Surtout si Benzema et Valbuena ne sont pas de l'aventure en juin.

Vidéo - Jugé trop chétif, Antoine Griezmann a bien failli passer à côté de sa carrière

01:06
0
0