AFP

Roumanie - Espagne (0-0) : Les Bleus sont prévenus, la Roumanie, c'est vraiment du solide

Les Bleus sont prévenus : la Roumanie, c'est vraiment du solide

Mis à jourLe 28/03/2016 à 08:25

Publiéle 27/03/2016 à 22:39

Mis à jourLe 28/03/2016 à 08:25

Publiéle 27/03/2016 à 22:39

Dans cet article

Pas de but ni de vainqueur dimanche soir à Cluj lors de la rencontre amicale entre la Roumanie et l'Espagne (0-0). Les Roumains, futurs adversaires de l'équipe de France au premier tour de l'Euro 2016, ont confirmé leur solidité. Ils sont invaincus depuis le mois de juin 2014.

L'équipe de France ne va pas rigoler le 10 juin prochain. A un peu plus de deux mois du match d'ouverture de l'Euro 2016, la Roumanie, son premier adversaire de la compétition, est parvenue à tenir l'Espagne en échec (0-0), dimanche soir, sur sa pelouse de Cluj. Très solide défensivement et disciplinée tactiquement, cette équipe de Roumanie, désormais invaincue depuis juin 2014, a encore démontré qu'elle un était un adversaire à prendre au sérieux.

Regroupée dans un rigide 4-2-3-1, la formation d'Anghel Iordănescu a fait déjouer une Espagne, volontaire, productive mais complètement impuissante pour amener réellement le danger. Cette impuissance s'est particulièrement ressentie lors de la seconde période où les coéquipiers d'Iker Casillas, titulaire dans la cage et officiellement le joueur européen le plus capé de l'histoire (166 sélections), ont constamment joué à la passe à dix et multiplié les mauvais choix dans les 20 mètres adverses. On ne jettera pas la pierre aux hommes de Vicente Del Bosque pour autant. La recette miracle pour battre cette Roumanie, personne ne l'a trouvé depuis quatorze rencontres.

Stanciu et Tatarusanu ont porté cette équipe de Roumanie

La Roumanie ne s'est pas contentée de défendre bêtement et de vouloir à tout prix décrocher un match nul. Bien dirigée par ses milieux offensifs - Daniel Popa - Nicolae Stanciu et Bodgan Stancu - elle a déployé un jeu en contre particulièrement intéressant et cherché à gagner cette rencontre. Un jeu qui a déséquilibré le bloc-équipe de la Roja à plusieurs reprises. Pour les défauts, on notera surtout cette maladresse chronique dans la surface de réparation, qui s'est répétée à plusieurs reprises. Florin Andone (56e) et Bogdan Stancu (64e) ont notamment manqué le coche après la pause alors que l'Espagne tanguait. En première période, Nicolae Stanciu s'était procuré l'occasion la plus dangereuse mais Iker Casillas a sorti sa tentative in-extremis (33e).

Avant de se montrer opportuniste par à coups dans le camp espagnol, la Roumanie a vécu une moitié de première période un peu plus compliquée. Légèrement secouée par l'Espagne, qui avait procédé à dix changements par rapport au nul obtenu en Italie jeudi dernier (1-1) et son jeu de possession de balle, elle a laissé quelque brèches et montré qu'elle n'était pas une machine impitoyable. Mais c'est là que Ciprian Tatarusanu est intervenu. Le très bon portier de la Fiorentina a mis Marc Bartra (10e), Pedro (11e), puis Gerard Piqué (48e) en échec et pris date pour une place de titulaire à l'Euro (il est en concurrence avec Costel Pantilimon).

Très inégale, malgré les bonnes prestations individuelles d'Iker Casillas et David Silva, la Roja peut regretter de ne pas avoir concrétisé son gros temps fort de la rencontre, lors du premier quart d'heure. Au moment de faire les comptes après cette parenthèse internationale, le double tenant du titre du Championnat d'Europe se pose encore beaucoup de questions et ce malgré les absences de ses cadres. La Roumanie, elle, va s'avancer vers le mois de juin avec beaucoup plus de certitudes.

0 commentaire
Vous lisez :