Panoramic

Pays-Bas - France (2-3) - L'antisèche : Deschamps cherchait un plan B en attaque, il l'a trouvé

L'antisèche : Deschamps cherchait un plan B en attaque, il l'a trouvé

Mis à jourLe 26/03/2016 à 00:26

Publiéle 26/03/2016 à 00:22

Mis à jourLe 26/03/2016 à 00:26

Publiéle 26/03/2016 à 00:22

Article de Vincent Bregevin
Dans cet article

MATCHES AMICAUX – Emmenée par Antoine Griezmann et Dimitri Payet, l'attaque française a donné satisfaction lors de la victoire aux Pays-Bas (2-3). Suffisamment pour soulager Didier Deschamps à moins de trois mois de l'Euro. Même s'il devait se passer de Karim Benzema et Mathieu Valbuena, le sélectionneur tricolore ne manquerait pas d'options. Notre antisèche.

Le jeu : De la maîtrise en première période, beaucoup moins en deuxième

Didier Deschamps peut avoir quelques certitudes sur les 45 premières minutes, où les Français ont été très performants sur le plan collectif, dans l'animation offensive comme dans le pressing, et efficaces devant avec deux buts consécutifs à des coups de pied arrêtés. Il y avait moins de maîtrise après la pause, aussi parce que l'absence d'une vraie sentinelle s'est fait sentir, Diarra ayant été remplacé par Kanté. Les Bleus ont aussi été moins concentrés derrière, à l'image du but égalisateur néerlandais, mais ils ont su faire preuve de caractère sous l'impulsion de Matuidi pour reprendre un avantage définitif dans la foulée.

Les joueurs : Griezmann assume son leadership, Payet marque des points

Buteur et très inspiré par ailleurs, Griezmann a su être le leader attendu de l'attaque tricolore. Il s'est bien entendu avec un Payet très influent pour son retour en bleu. Un ton en-dessous, Giroud a cependant été décisif tout comme Martial, entré à la pause. Au milieu, Matuidi a eu un volume de jeu impressionnant, tandis que Diarra a été impeccable en sentinelle. Pogba a eu du déchet et des fulgurances, mais aussi une présence importante au pressing. Derrière, Evra a été la plus grande satisfaction. Chez les Néerlandais, Cilessen n'a rien à se reprocher sur les buts français, Klaassen a beaucoup tenté sans réussite, et de Jong, buteur, a aussi été précieux dos au but.

Blaise Matuidi fête son but face aux Pays-Bas
Blaise Matuidi fête son but face aux Pays-Bas - AFP

Ce qui aurait pu tout changer

Une entame digne de ce nom des Pays-Bas. Peut-être un peu ailleurs, les Néerlandais ont été totalement absents des débats, notamment dans le premier quart d'heure où ils ont concédé deux buts. Avec un manque d'implication générale et une organisation tactique très bancale que Danny Blind a su corriger après la pause. La belle réaction des Oranje en seconde période donne presque davantage de regrets de ne pas les avoir vus évoluer comme ça en première. Les choses auraient certainement été beaucoup plus compliquées pour les Français.

La stat : 4

Olivier Giroud est sur un rythme très élevé avec le maillot tricolore. En marquant face aux Pays-Bas, l'attaquant d'Arsenal a signé son 4e but lors des 4 derniers matches de l'équipe de France. Il a aussi inscrit 4 des 7 derniers buts de la France. S'il n'a pas été l'attaquant tricolore le plus en verve à Amsterdam, ses statistiques parlent pour lui cependant.

Olivier Giroud a encore marqué avec les Bleus
Olivier Giroud a encore marqué avec les Bleus - Panoramic

Le tweet en hommage à une légende

La décla : Didier Deschamps (sélectionneur de la France)

" Il y a eu de très bonnes choses. L'expression collective a été de bonne qualité. Nous avons bien fait les efforts, tous ensemble."

La question : L'attaque des Bleus a-t-elle montré qu'elle pouvait se passer de Benzema et Valbuena ?

Oui, mais il faut impérativement tenir compte de la prestation des Pays-Bas. Et notamment de la défense néerlandaise, dont les difficultés étaient assez prévisibles face à la vivacité de Griezmann et Payet. Mais dans la discipline tactique, dans le placement, et dans l'implication sur les duels, elle a vraiment facilité la tâche de l'attaque tricolore, surtout en première période. Ce n'était pas le test le plus difficile pour l'animation offensive de Deschamps.

Mais elle a eu le mérite de fonctionner, et très bien même. Avec un Payet très convaincant pour son retour en bleu dans sa faculté à prendre le jeu tricolore à son compte, avec un Griezmann qui a su être un leader décisif dans cette attaque, avec un Giroud dont le profil complète parfaitement celui des deux joueurs cités et avec un Martial capable d'apporter énormément par sa vitesse et sa technique. Dans un rôle de joker à Amsterdam, mais pourquoi pas comme titulaire plus tard.

Ce match face aux Pays-Bas a montré que Deschamps avait pas mal de cordes à son arc, même sans Benzema et Valbuena. Deux joueurs qui étaient des titulaires indiscutables de Deschamps et qui paraissent fatalement un peu moins indispensables aujourd'hui. Mais ce constat doit être relativisé. Les Bleus rencontreront des défenses plus solides que celle des Pays-Bas à l'avenir.

Didier Deschamps et Danny Blind
Didier Deschamps et Danny Blind - AFP
0 commentaire
Vous lisez :