AFP

Préparation Euro 2016 - L'Espagne arrache le match nul face à une Italie séduisante (1-1)

L'Italie concède un nul porteur d'espoir face à l'Espagne

Mis à jourLe 24/03/2016 à 23:59

Publiéle 24/03/2016 à 22:40

Mis à jourLe 24/03/2016 à 23:59

Publiéle 24/03/2016 à 22:40

Dans cet article

MATCH AMICAL - L'Italie n'a pas réussi à vaincre l'Espagne (1-1), lors d'une rencontre servant de préparation au prochain Euro, jeudi soir au stade d'Udine, mais les Transalpins se sont tout de même montré séduisants. Insigne a ouvert le score à la 68e minute, avant qu'Aduriz n'égalise deux minutes plus tard.

Antonio Conte peut avoir le sourire. La Squadra Azzurra a certes concédé le nul jeudi soir, à Udine, face à l'Espagne (1-1), mais elle a montré un bien meilleur visage que son adversaire. C'est d'ailleurs l'Italie qui avait ouvert le score au cœur de la seconde période par Lorenzo Insigne (68e) avant qu'Aritz Aduriz n'égalise moins de deux minutes plus tard (70e).

A un peu plus de deux mois du début de l'Euro, l'Italie savait que l'Espagne constituerait un test intéressant. Parfaitement organisés dans un 3-4-3 relativement innovant, les coéquipiers de Gianluigi Buffon, qui fêtait ce jeudi soir sa 155e sélection, ont abordé la rencontre avec le sérieux nécessaire. A l'aise tactiquement, ils ont affiché au cours de la partie une maîtrise collective rassurante tout en se montrant incisifs sur le plan offensif. En face, la Roja, notamment privée d'Andrés Iniesta et de Sergio Busquets au milieu de terrain, a, elle, eu bien plus de mal à s'exprimer.

De Gea a marqué des points

Dans le ton dès les premières minutes, l'Italie a réalisé une entame de match convaincante. Et il s'en est fallu de peu pour que Sergio Ramos ne marque contre son camp à la suite d'un centre puissant d'Antonio Candreva (6e). Particulièrement actif en première période, tout comme Alessandro Florenzi avec qui il a souvent combiné, le joueur de la Lazio s'est de nouveau montré dangereux en sollicitant David De Gea dix minutes plus tard via une frappe lointaine (16e). Titularisé à la place d'Iker Casillas, le gardien de Manchester United a incontestablement marqué des points dans son duel à distance avec le portier de Porto.

David De Gea
David De Gea - AFP

Car si Gianluigi Buffon a passé une soirée relativement tranquille, De Gea a dû s'employer à plusieurs reprises pour éviter l'ouverture du score. Face à Eder (40e), Insigne (59e) ou encore Florenzi (63e), l'ancien de l'Atlético a tenu bon, préservant pendant de longues minutes son but inviolé. Mais il a toutefois été obligé de s'avouer vaincu à l'issue d'une belle action collective italienne conclue par Insigne après une passe parfaite d'Emanuele Giaccherini (68e, 1-0).

De manière assez miraculeuse, l'Espagne a immédiatement recollé au score grâce au premier but en sélection d'Aduriz, qui, à 35 ans, célébrait à Udine sa deuxième apparition avec la Roja (70e, 1-1). Une belle histoire qui n'aurait pas dû avoir lieu car sur l'égalisation, l'attaquant de l'Athletic Bilbao a suivi un coup de tête de Morata, qui était lui hors-jeu au moment de son geste. Malgré une débauche d'énergie de part et d'autre en fin de partie, le score n'évoluera plus. Mais si le tableau d'affichage ne donne pas de vainqueur, sans Chiellini, Verratti et Marchisio, la Squadra Azzurra s'est rassurée jeudi soir. Pas sûr que l'Espagne puisse en dire autant.

Dans les autres rencontres de la soirée, la Turquie s’est imposée face à la Suède dans un duel d’équipes qualifiées pour l’Euro. Sans Zlatan Ibrahimovic ménagé, les Suédois se sont inclinés (1-2), avec un doublé de Cenk Tosun côté turc. Le match britannique entre Gallois et Nord-Irlandais s’est soldé sur un match nul, les partenaires de Gareth Bale, absent lui aussi, n’égalisant qu’à la 90e minute. Dans les autres rencontres concernant les qualifiés pour l’Euro, l’Ukraine a battu Chypre (1-0), l’Islande s’est incliné au Danemark (2-1), tout comme la République tchèque face à l’Ecosse (0-1).

0 commentaire
Vous lisez :