Getty Images

Après France - Angleterre (3-2) : Enfin, Ousmane Dembélé "s'est lâché"

Enfin, Dembélé "s'est lâché"

Le 14/06/2017 à 07:24Mis à jour Le 14/06/2017 à 15:59

MATCHES AMICAUX - Après six sélections, Ousmane Dembélé n'avait pas répondu à toutes les attentes en Bleu. Face à l'Angleterre (3-2), il a rectifié le tir.

Il courait après son match référence depuis le mois de novembre. Vu sa pointe de vitesse, Ousmane Dembélé arrive généralement très rapidement à bon port. Cette fois, il a dû attendre, patienter. Ce n'est pas dans ses habitudes mais cela valait le coup. Mardi, la fusée de Dortmund a fait des misères à l'Angleterre. Dembélé lui a d'abord fait mettre un genou à terre avant de l'achever d'une frappe croisée. Après plusieurs sorties en équipe de France oscillant entre le médiocre (Côte d'Ivoire) et l'encourageant (Paraguay), l'ancien Rennais tient sa référence en sélection. "J'ai un peu changé mon jeu ces derniers mois", a témoigné le joueur du match. "Je n'ai pas douté après ce match contre la Côte d'Ivoire. Je me suis dit que j'allais revenir en équipe de France. Je suis plus mature."

Ousmane Dembele of France celebrates with Kylian Mbappe of France after he scores his team's third goal during the international Friendly match between France and England at Stade de France, on June 13, 2017 in Paris, France.

Ousmane Dembele of France celebrates with Kylian Mbappe of France after he scores his team's third goal during the international Friendly match between France and England at Stade de France, on June 13, 2017 in Paris, France.Getty Images

Au compteur, des accélérations foudroyantes, une action décisive sur le but de Sidibé et sa première réalisation, celle qui a donné la victoire aux siens. "Il a eu un gros volume de jeu", a reconnu Didier Deschamps après la rencontre. "Il avait des jambes, l'allant offensif. Il était dans une position un peu hybride. Je ne voulais pas qu'il soit complètement sur le côté." Durant la première demi-heure, il a semé des promesses mais a cruellement manqué d'efficacité comme à chacune de ses sorties avec l'équipe de France. Il lui manquait cette inspiration qui fait basculer le match. Il fallait simplement se montrer patient.

" Je me suis lâché après la pause"

Sa seconde période, quand les Anglais ont baissé la garde et tiré la langue, fut un régal. "Je me suis lâché après la pause", a-t-il jugé. Dembélé a offert deux caviars non convertis par Mbappé et fini par trouver l'ouverture. Son entente avec le Monégasque dégouline de promesses. Le duo offre percussion et profondeur. Il se trouve surtout les yeux fermés. Deschamps toujours : "Quand on était à onze, il était comme un attaquant côté droit mais venait dans l'axe. A 10, il est venu aider Kylian (Mbappé) quand il en avait besoin. Ce sont deux joueurs qui ont la vitesse et la percussion, qui ont fait mal à cette défense anglaise rugueuse mais pas très rapide". "Avec Thomas et Kylian, on se lâche. On joue notre jeu comme en club", a simplement jugé Dembélé. Comme si tout coulait de source.

Vidéo - Deschamps : "Dembélé est venir soutenir Kylian quand on était à 10"

00:47

Forcément, sa prestation pleine d'audace tranche avec celle, beaucoup plus morose de Moussa Sissoko en Suède (2-1). Au sortir de ce triple rendez-vous international, la balance n'a jamais autant semblé pencher de son côté. A droite, Dembélé semble avoir un boulevard quand Lemar doit se défaire de la concurrence de Payet et Mbappé de celle de Giroud et Griezmann. "Il y a toujours des enseignements à tirer. Je vais avoir un été studieux avant la rentrée du mois d'août", a botté en touche Deschamps.

Le problème : sa discipline défensive

Les choses ne sont peut-être pas aussi limpides dans la tête du sélectionneur. Dembélé est un formidable dribbleur. Pour déstabiliser un bloc, il est d'un précieux recours. Mais sa discipline dans le repli reste très perfectible. Sur l'ouverture du score anglaise, Djibril Sidibé était livré à lui-même sur son côté droit. "Devant toi, tu as un joueur qui percute, qui rentre à l'intérieur, tu n'as qu'à dédoubler et ça facilite les choses", a savouré le latéral droit des Bleus. "C'est un régal de jouer avec ce genre de joueurs." Mais il ne cache pas que le goût pour l'offensive de Dembélé n'est pas sans risque : "C'est du 50-50, il faut trouver le juste milieu. Quand il attaque, il faut être vigilant." Deschamps prendra-t-il le risque le 31 août pour le rendez-vous crucial face aux Pays-Bas ? Difficile de faire autrement après la démonstration de mardi.

Ousmane Dembélé - 2017 - France

Ousmane Dembélé - 2017 - FranceGetty Images

0
0