Gamiette : "Reims n'est pas correct"

Gamiette : "Reims n'est pas correct"
Par Eurosport

Le 17/08/2009 à 06:00Mis à jour

Considéré comme l'un des meilleurs joueurs de Reims la saison dernière, Thomas Gamiette ne souhaite pas évoluer au sein du championnat National cette saison. Le milieu de 23 ans veut partir et se confie sur sa situation.

THOMAS GAMIETTE, vous avez joué les deux premiers matchs de la saison avec Reims en National, pourquoi n'avez-vous pas pris part au déplacement à Gueugnon vendredi dernier ?

T.G : On va dire que je suis en repos. Pour être honnête je suis un peu fatigué en raison de ma participation à la Gold Cup durant l'été (NDLR : Il a participé à cette compétition avec la Guadeloupe). Mais il y a aussi ma situation. J'ai envie de partir et ça tarde donc le tout fait que c'est compliqué de jouer dans ces conditions. Donc j'ai eu le week-end pour me reposer.

Quelle est votre situation aujourd'hui ?

T.G : Je suis encore à Reims, c'est difficile. C'est pour ça que j'ai demandé à mon coach de me laisser au repos ce week-end. La situation tarde à évoluer, c'est vraiment de plus en plus compliqué d'être ici.

Quel est le discours de vos dirigeants ?

T.G : (dépité) C'est simple, ils ont fixé une somme (NDLR : Reims demande 500 000 euros) et ils ne changeront pas d'avis là-dessus. J'ai discuté avec Olivier Letang (le directeur sportif du club), je vais le revoir cette semaine. Voir comment ça se passe. Mais bon ils ne sont pas corrects.

Expliquez-vous...

T.G : C'est simple, j'ai fait plus de trente matchs la saison dernière et je ne me sens pas considéré comme étant un joueur important. Si je pars, ils disent que ce serait une grosse perte pour eux. Mais ils ne le prouvent pas. Déjà, rien qu'au niveau financier, je fais partie des plus bas salaires de mon équipe. Attention, je ne me plains pas, ce n'est pas dans ma nature, c'est juste que je trouve que c'est un manque de considération de leur part. Cela ne va pas dans le sens de leur discours. Après si je veux partir, il ne faut pas s'étonner.

Comprennent-ils votre discours ?

T.G : Oui et non. Ils ont fixé une somme pour me vendre qui est trop élevée. Ils ne fixent pas le prix par rapport à la situation, mais par rapport à la valeur du joueur.

Comptez-vous aller au bras de fer avec Reims ?

T.G : Non. Je ne veux pas en arriver là, et puis cela ne servirait vraiment à rien. Je ne vais pas aller au bras de fer pour rien. Je leur ai déjà dit que je ne voulais pas jouer en National cette saison. Après s'il me mette en CFA 2 jusqu'à la fin du mois d'août, ça peut les arranger aussi. Donc il ne faut pas en arriver à ce genre de situation. Il faut faire les choses dans les règles et trouver un arrangement avec eux, avec les clubs qui me veulent.

Dans le pire des cas, vous resterez une saison de plus à Reims...

T.G : Franchement, je vivrai ça comme une régression. J'ai galéré pour sortir de ce championnat quand j'étais à l'Entente Sannois-St-Gratien, et puis je pense avoir fait mes matchs en Ligue 2 la saison dernière. Donc je veux confirmer en L2 ou alors jouer plus haut si je peux.

Comment vivez-vous cette situation ?

T.G : En rentrant de la Gold Cup, j'ai vraiment essayé de faire abstraction de tout ça. Mais c'est clair que ça joue énormément dans la tête. Et à force d'y penser, ça se reflète sur mes performances. Dès le premier match j'ai senti que je n'étais pas motivé à 100%. Par rapport à l'équipe je ne voulais pas piquer la place de quelqu'un. Donc c'est pour ça que j'ai demandé de souffler ce week-end et le coach m'a bien compris.

Et vous avez des contacts avec certains clubs ?

T.G : Oui, il y a Tours, Guingamp, Charleroi.

Avez-vous une préférence entre la L2 et l'étranger ?

T.G : Franchement je préfère rester et confirmer en France. Je ne veux pas dénigrer la Belgique, mais je connais la Ligue 2 et ce n'est pas le moment de partir à l'étranger pour moi.

Avez-vous eu des échanges avec certains dirigeants ?

T.G : Oui, j'ai discuté avec les personnes concernées. Durant la Gold Cup j'ai eu l'entraîneur de Guingamp, Victor Zvunka au téléphone. Mais Reims a refusé leurs différentes offres, depuis il n'y a pas de nouvelles de leur part. Dernièrement j'ai eu Max Marty et Daniel Sanchez (NDLR : directeur sportif et entraîneur de Tours) également. On a bien discuté. Ils m'ont dit ce qu'ils attendaient de moi sur le terrain. Le discours m'a plu.

Tours vous tenterait ?

T.G : Bien entendu. Ils ont fait une bonne saison l'an dernier. Depuis qu'ils sont montés de National, ce club a l'air solide. Maintenant il faut voir si les deux clubs peuvent s'entendre.

Le club a fait des propositions à Reims ?

T.G : Tout ce qui concerne ce genre de détails, je ne suis pas au courant. Moi je ne m'occupe que du terrain, je laisse mes agents gérer tout ça.

Et la solution du prêt a été envisagée ?

T.G : Non, je ne pense pas que Reims me laissera partir en prêt. Soit il me garde, soit il récupère de l'argent avec mon transfert.

Vous voyez-vous rester ici ?

T.G : Non mais bon si au 31 août je n'ai rien, il n'y aura rien à dire. Après ils m'ont soi-disant délivré un bon de sortie à la fin de la saison dernière, mais avec la somme demandée... Donc on verra bien. Mais il faut que je sache rapidement ce qui va se passer.

0
0