AFP

Liverpool-Manchester United : Anthony Martial termine sa phase d'apprentissage

Contre Liverpool, Martial devra terminer sa phase d'apprentissage

Mis à jourLe 17/01/2016 à 09:51

Publiéle 16/01/2016 à 23:18

Mis à jourLe 17/01/2016 à 09:51

Publiéle 16/01/2016 à 23:18

Article de Cyril Morin

PREMIER LEAGUE - Alors que Liverpool reçoit Manchester United ce dimanche dans le cadre de la 22ème journée (15h05), Anthony Martial retrouve l’équipe contre laquelle il a débuté en Premier League. L’occasion de se pencher sur son expérience anglaise, débutée il y a cinq mois, après une première partie de saison mi-figue, mi-raisin.

C’est le genre de début qui ne passe pas inaperçu. Le 12 septembre dernier, pour la cinquième journée de Premier League, Anthony Martial commençait son idylle avec Manchester United en marquant contre Liverpool (3-1) pour son premier match de championnat. Arrivé quelques jours plus tôt contre 50 millions d’euros (et 30 de bonus divers), le jeune attaquant faisait chavirer Old Trafford d’un plat du pied que Thierry Henry, celui à qui il est tant comparé, n’aurait pas renié.

Cinq mois plus tard, la boucle est bouclée. En retrouvant Liverpool pour la 22è journée, le jeune attaquant (20 ans) aura l’occasion de se retourner sur sa première partie de saison outre-Manche. Ni bonne, ni mauvaise en somme. Avec une équipe de Manchester parfois hors de rythme, souvent lente et ennuyeuse, le jeune prodige n’a eu que peu d’occasions de briller. D’autant plus que Louis van Gaal, son coach, a décidé de l’aligner sur le côté gauche de l’attaque mancunienne ces derniers temps, lui préférant Wayne Rooney comme attaquant de pointe.

Anthony Martial (Manchester United)
Anthony Martial (Manchester United) - Panoramic

Des statistiques moyennes (comme celles de son club)

Dès lors, les statistiques du joueur ne sont pas ahurissantes. Sans être mauvaises non plus. En seize matches de Premier League, il a marqué à cinq reprises. Malgré ce faible total, il est le meilleur buteur du club aux côtés de Wayne Rooney, tout en ayant délivré deux passes décisives. Plus qu’Anthony Martial, c’est surtout les statistiques offensives du club mancunien qui sont critiquables.

Mi-décembre, son relatif manque de buts lui avait valu une première salve de critiques de la presse anglaise. À l’époque, Louis van Gaal avait soutenu publiquement son joueur. "C'est toujours difficile quand vous jouez pour une équipe comme Manchester United parce que les attentes sont très élevées. Vous avez besoin de temps. Mais je suis convaincu qu'il va progresser et se mettre à marquer. À 20 ans, pour votre première année en Premier League, vous ne pouvez pas être décisif chaque semaine" avait notamment expliqué le coach batave pour calmer l’impatience de certains.

Louis van Gaal gibt in Manchester noch nicht auf
Louis van Gaal gibt in Manchester noch nicht auf - AFP

Un Golden Boy en progrès

Élu "Golden Boy" (meilleur joueur de moins de 21 ans en Europe) en décembre dernier, l’ancienne pépite lyonnaise peut cependant se féliciter de progrès constants dans son jeu. Classé parmi les meilleurs dribbleurs de Premier League selon Whoscored.com, il est également dans le Top 10 des joueurs les plus touchés par les fautes adverses. Preuve que son jeu, fait de vitesse et de provocation, commence à faire des différences outre-Manche.

Si ses statistiques tardent à suivre, il ne faut pas oublier l’âge d’Anthony Martial. À 20 ans, il est titulaire indiscutable dans un des plus grand clubs du monde et côtoie au quotidien un des effectifs les plus riches d’Angleterre. Il s’est presque déjà fait une place dans le groupe France pour l’Euro, surtout depuis l’affaire Benzema-Valbuena et sa bonne prestation contre l’Allemagne (passe décisive pour Olivier Giroud).

À son arrivée dans le club mancunien, Louis van Gaal avait expliqué que Martial était une "recrue pour le prochain manager" des Red Devils. Preuve qu’Anthony Martial n’est pas en retard dans son adaptation anglaise. Il est même plutôt en avance tant les performances offensives de Manchester United semblent d’ores et déjà intimement liées aux siennes.

0 commentaire
Vous lisez :