Imago

Premier League - Tactique : Moins sexy mais plus équilibré et pragmatique, voici le nouvel Arsenal

Moins sexy mais plus équilibré et enfin pragmatique : voici le nouvel Arsenal

Le 07/02/2015 à 10:46

Arsenal vient de vivre un mois de janvier prolifique, sur la base d'un nouvel équilibre tactique. La méthode peut-elle durer et mener les Gunners vers de nouveaux sommets ?

Le 1er janvier dernier, Arsenal s'inclinait face à Southampton (0-2) dans un match qui s'annonçait très important dans la course à la Ligue des Champions. Bloqués aux portes du fameux Big Four à l'époque, les Gunners - certes pas aidés par un Szczesny peu inspiré ce jour-là - s'étaient fait surprendre par des Saints toujours solides en défense et efficaces en contre-attaque. Le mois de janvier ne s'annonçait en plus pas de tout repos pour eux, avec un déplacement sur la pelouse de Manchester City. Et pourtant... 

Les Londoniens semblent aujourd'hui complètement relancés. Le week-end dernier, ils ont pulvérisé Aston Villa (5-0) devant leur public de l'Emirates. Statistique-clé de ce match : la possession de balle. Comme lors de leur probant succès face aux Skyblues (2-0) deux semaines plus tôt, les hommes d'Arsène Wenger ont terminé la partie à moins de 50% de possession de balle. Beaucoup plus froids qu'auparavant, ces Gunners-là préfèrent attendre dans leur moitié de terrain pour faire mal en contre-attaque. Bref, après avoir souvent été les "beautiful losers", ils ont décidé de renvoyer la pareille à leurs adversaires en leur faisant goûter "a taste of their own medicine" pour reprendre une expression venant de l'autre côté de la Manche. 

Santi Cazorla après son but contre Aston Villa

Santi Cazorla après son but contre Aston VillaReuters

Coquelin, Ramsey, Cazorla : un milieu complémentaire

Prêté à Charlton en juin dernier et revenu après seulement 5 petits matches joués en Championship, Francis Coquelin est le symbole de ce beau mois de janvier des Gunners. Positionné devant la défense, le milieu de terrain français apporte toute son énergie à la récupération. Lorsque Cazorla ou Ramsey sortent au pressing, c'est lui qui est chargé de combler les espaces dans leur dos. De la même façon, il est le premier à revenir prêter main forte à sa défense centrale lorsque ses hommes de couloir sont pris dans leur dos. Face à City, il a ainsi coupé de nombreux centres venant des ailes, contribuant grandement à un "clean-sheet" plutôt inattendue pour les supporters londoniens. 

Délégué aux "basses oeuvres" défensives, Coquelin gratte, tacle et se bat sur tous les ballons... qu'il libère en plus rapidement à ses deux partenaires du milieu. Lorsqu'Arsenal se retrouve très bas dans sa moitié de terrain, l'homme-clé se nomme Santi Cazorla. Par sa capacité à éliminer un ou deux adversaires dans de petits espaces, il devient la première rampe de lancement de son équipe. Manchester City en sait quelque chose : alors que les Gunners étaient tous recroquevillés dans leurs 40 mètres, les Skyblues ont été incapables de récupérer le ballon haut, et ainsi prendre le bloc d'Arsenal à défaut avant qu'il ait le temps de se repositionner. Fernando et Fernandinho ont passé leur après-midi à courir derrière Cazorla sans jamais parvenir à l'arrêter. 

Chargé d'éliminer le "premier pressing" adverse, l'ancien joueur de Villarreal et de Malaga distribue ensuite le jeu, que ce soit vers l'avant (Giroud) ou sur les côtés (ailiers ou latéraux). C'est là que le 3e homme du milieu de terrain trouve sa fonction première : Aaron Ramsey occupe en effet le rôle 100% Premier League du "box-to-box". S'il participe évidemment aussi à l'effort défensif et à la remontée des ballons, le Gallois est le milieu censé se projeter vers les buts adverses afin d'accompagner ses attaquants. Sur ce mois de janvier, il est ainsi le milieu le plus en vue dans le dernier tiers adverse avec notamment plusieurs tentatives à mi-distance. 

Giroud : le point d'ancrage

Evidemment, cette complémentarité des milieux de terrain et leur capacité à se projeter rapidement ne serait rien sans relais aux avant-postes. Discret dans le jeu mais buteur - sur coup de pied arrêté - face à Manchester City, Olivier Giroud a enchaîné avec une grande performance face à Aston Villa. Sa présence dans les airs permet à ses partenaires de sortir rapidement de leur moitié de terrain, soit en profitant de ses déviations, soit en s'appuyant sur leur densité dans l'entrejeu pour mettre la pression sur les deuxièmes ballons. Qui plus est, lorsqu'une attaque se lance, le Français fait parler sa vision du jeu et l'oriente toujours intelligemment. Sa passe décisive pour Özil (second but face à Aston Villa) est d'ailleurs un bel exemple de la vista de la doublure de Karim Benzema chez les Bleus. 

Olivier Giroud (Arsenal) buteur contre Liverpool en Premier League, le 12 décember 2014

Olivier Giroud (Arsenal) buteur contre Liverpool en Premier League, le 12 décember 2014AFP

Revenu de blessure, à l'instar de Walcott, l'Allemand pourrait d'ailleurs profiter de cette nouvelle configuration tactique pour retrouver rapidement un niveau intéressant. Défensivement d'abord, le rôle défensif de l'ailier se limite à la protection du couloir en couvrant les montées du latéral adverse. Idéal pour lui qui n'a jamais brillé pour son implication défensive et a même été parfois un "boulet" pour les Gunners en raison de sa transparence dans ce registre. Par ailleurs, le jeu rapide développé par les Londoniens offre assez d'espaces à exploiter pour que lui et l'ailier adverse n'aient pas le temps de se marcher dessus. Une aubaine alors qu'Alexis Sanchez devrait rapidement faire son retour. 

Un modèle à éprouver

Si ce mois de janvier a été celui du sans-faute pour ce nouveau modèle des Gunners, celui-ci a encore beaucoup à accomplir pour totalement convaincre. Le premier test face à la "grosse écurie" a beau avoir été réussi avec brio face à City, cette équipe d'Arsenal "new look" n'a par exemple encore jamais été menée au score en Premier League. Que se passera-t-il quand elle devra de nouveau prendre l'initiative du jeu ? Ses points faibles historiques rejailliront-ils ou découvrira-t-on de nouvelles vertus aux nouveaux venus, Coquelin en tête ? Le North London Derby apportera peut-être un début de réponse. 

0
0