Getty Images

Avant City-Liverpool : Le système de Guardiola est-il suicidaire face au Liverpool de Klopp ?

Le système de Guardiola est-il suicidaire face au Liverpool de Klopp ?

Le 09/09/2017 à 10:01

PREMIER LEAGUE - Choc de style ce samedi, en ouverture de la 4e journée de Premier League (13h30). Manchester City, 4e, reçoit Liverpool, 2e. Une opposition qui verra surtout Pep Guardiola et Jurgen Klopp s’affronter une nouvelle fois sur le terrain tactique. Et, à première vue, difficile de ne pas donner un petit avantage à l’Allemand.

Faut-il renoncer à ses idéaux en quête d’efficacité ? Non, ceci n’est pas le sujet du prochain bac de philo mais bel et bien une question qui doit chatouiller le cerveau de Pep Guardiola. Surtout cette semaine. Car après trois journées plus ou moins compliquées pour les Citizens, c’est une équipe d’un autre calibre qui se présente à l’Etihad Stadium : Liverpool. Autrement dit, le pire adversaire possible pour ce City cru 2017-2018.

Car, cela n’a échappé à personne, les Citizens sont repartis avec la même idée fixe cette saison : utiliser un trio au milieu composé de Fernandinho, Kevin De Bruyne et David Silva. Un seul récupérateur pour deux milieux axiaux créateurs et très offensifs. Quel que soit le système choisi (3-5-2 ou 4-3-3), c’est la constante dans le système Guardiola : privilégier l’animation offensive, et la sublime technique de ses milieux, à l’abattage défensif. Conséquence : le pauvre Fernandinho se retrouve à couvrir de tous les côtés.

Et les premiers matches de la saison ont confirmé la tendance. 3-5-2 lors des deux premières journées, 4-3-3 lors de la dernière et un même constat : quand City a le ballon, tout va bien. A l’inverse, quand il ne l’a plus…

Liverpool, spécialiste des contres

Contre Everton (1-1), lors de la 2e journée, le onze citizen a eu du mal à se débarasser du bloc bas d’Everton, marquant à la faveur d’un mauvais dégagement dans l’axe. Contre Bournemouth, c’est même un but miracle de Sterling au bout d’un interminable temps additionnel qui est venu sauver la troupe de Guardiola.

Et face à une équipe de Liverpool qui se régale en contre, cette tactique pourrait faire des dégâts. Arsenal l’a constaté assez violemment avant la trêve internationale (4-0) avec des buts venus d’erreurs individuelles parfaitement exploitées en contre. Demandez à Hector Bellerin, coupable d’une perte de balle à 70 mètres de son but et qui a vu filer le coyote Salah pour le but du 3-0.

C’est la raison principale qui devrait inquiéter l’entraîneur catalan : les Reds sauront parfaitement exploiter les faiblesses mancuniennes. A la moindre perte de balle, les affamés de Liverpool lanceront évidemment les flèches Salah, Mané ou Firmino et mettront l’équilibre précaire de City en grande difficulté. Alors, Guardiola doit-il changer ?

A dire vrai, il ne peut pas vraiment. Le recrutement estival de Manchester City a certes renforcé les ailes des Citizens, comme l’avait réclamé le cerveau catalan, mais a un peu oublié le milieu de terrain. Derrière le soldat Fernandinho, et en l’absence de Gundogan, seuls Fabian Delph et Yaya Touré peuvent occuper un poste dans ce milieu. Pas forcément des gratteurs de ballons hors pair.

Guardiola, an II

A croire que Guardiola n’a clairement pas l’intention de changer ses plans. Malgré sa première saison compliquée à City, achevée par une élimination en huitième de finale face à Monaco en Ligue des champions et une troisième place en Premier League avec six défaites, son "record" en carrière. Mais l’ancien maestro du Barça a des idées fixes.

Tout l’inverse de Liverpool qui, après quelques toussotements, a enfin trouvé son rythme de croisière sous Klopp. Surtout avec le recrutement de Mohamed Salah et la montée en puissance de Sadio Mané qui offrent aux Reds l’une des attaques les plus efficaces du Royaume. Alors, City ne devra pas faire de cadeaux. Car Liverpool saura parfaitement en profiter. Guardiola est prévenu.

Visuel : Pep Guardiola vs Jurgen Klopp en Premier League
0
0