Panoramic

Dos au mur dans la course au Mondial 2018, l'Argentine se sépare d'Edgardo Bauza

Dos au mur, l'Argentine se sépare de Bauza
Par AFP

Le 11/04/2017 à 08:05Mis à jour Le 11/04/2017 à 10:00

Seulement cinquième des qualifications de l'Amérique du Sud pour le prochain Mondial, l'Argentine a limogé son entraîneur, Edgardo Bauza.

L'Argentine tente le tout pour le tout. Le sélectionneur Edgardo Bauza a été limogé, a annoncé lundi soir le nouveau président de la Fédération argentine de football, Claudio Tapia. L'Albiceleste, finaliste du Mondial 2014, n'a toujours pas décroché son billet pour la Russie. "J'ai annoncé (à Bauza) qu'il cesse d'être le sélectionneur de l'Argentine", a déclaré Tapia aux journalistes en sortant du siège de la Fédération argentine de football (AFA). Cinquième au classement des qualifications de la zone Amérique du Sud pour la Coupe du monde 2018, derrière le Brésil, la Colombie, l'Uruguay et le Chili, l'Argentine de Lionel Messi n'est toujours pas sûr d'être de la partie dans un an.

Ce limogeage est la première décision majeure de la nouvelle direction de l'AFA, arrivée mi-mars. Sous tutelle à la suite de graves détournements de fonds, la Fédération argentine (AFA) était présidée jusqu'à présent de façon temporaire par Armando Perez, qui avait été choisi en 2016 par le président argentin Mauricio Macri, avec l'appui de la Fifa. Claudio Tapia n'a pas annoncé qui remplacerait Bauza et a convoqué une conférence de presse mardi.

Sampaoli favori, mais...

L'entraîneur du FC Séville Jorge Sampaoli est le favori pour succéder à Bauza, mais il est également pressenti à Barcelone. C'est ce même Sampaoli qui avait remporté la Copa America en 2015 à la tête du Chili, face à l'Argentine. Bauza était arrivé à la tête de l'Albiceleste en juillet 2016 alors que l'AFA était en pleine tourmente et avait été placée sous la tutelle de la Fifa. Il avait pris la suite de Gerardo Martino, après deux finales perdues de la Copa America. Sa première mission avait été de convaincre Messi de continuer en sélection, le capitaine ayant annoncé sa retraite internationale deux mois plus tôt.

Le coach du FC Séville, Jorge Sampaoli, sur la touche à Leicester

Le coach du FC Séville, Jorge Sampaoli, sur la touche à LeicesterAFP

Mais depuis la déroute fin mars en Bolivie (2-0), le sélectionneur Edgardo Bauza avait le couteau sous la gorge et les demandes de démission s'accumulaient. Souvent dépourvue d'inspiration et de fond de jeu, l'Argentine de Bauza dépendait d'exploits individuels, généralement de son capitaine. L'annonce de la sanction de quatre matches pour le maître à jouer de la sélection argentine, cinq heures avant Bolivie-Argentine, avait scandalisé le pays, car sans Messi, l'Albiceleste est une équipe de second rang.

La vie sans Messi

Le successeur de Bauza aura fort à faire pour qualifier l'Argentine privée de son capitaine. Messi a purgé mardi à La Paz le premier de ses quatre matches de suspension. Sauf allègement de la sanction, il manquera les trois prochaines rencontres en Uruguay (31 août), à domicile face au Venezuela (5 septembre) et au Pérou (5 octobre). Le maître à jouer argentin fera son retour pour la dernière journée le 10 octobre en Equateur.

Depuis le décès de Grondona en 2014, ex-puissant bras droit de Sepp Blatter, l'AFA est passée par maintes luttes intestines pour le pouvoir, agrémentées de soucis judiciaires et de mauvaise gestion. Dernier épisode en date: une grève de plusieurs jours des footballeurs pour des retards de salaires. Pour y mettre fin, les chaînes de télévision et l'Etat ont dû mettre la main à la poche. Cette période troublée a eu des conséquences sur les performances de la sélection albiceleste.

Lionel Messi et les joueurs de l'Argentine ont refusé de parler à la presse après la victoire sur la Colombie

Lionel Messi et les joueurs de l'Argentine ont refusé de parler à la presse après la victoire sur la ColombieAFP

0
0