Getty Images

Bulgarie - France - Bleus : La victoire ou l'angoisse

La victoire ou l'angoisse

Le 06/10/2017 à 14:47Mis à jour Le 08/10/2017 à 09:16

QUALIFICATION COUPE DU MONDE 2018 - L'équipe de France joue samedi à Sofia son match le plus important depuis la finale de l'Euro. Une victoire lui ouvrirait la voie royale vers Moscou. Un nul ou une défaite et il faudra sans doute passer par les barrages.

Le contexte

Elle a un talent débordant. Un réservoir inépuisable. Un futur plein de promesses. Mais de quel bois est fait cette équipe de France ? Ce samedi va apporter une réponse limpide et éclairer (ou obscurcir, au choix) son avenir immédiat. C'est dans l'enfer de Sofia qu'elle va devoir se dépatouiller des fantômes de 1993. Enterrer son passé pour se construire un futur.

C'est au stade Vassil-Levski, face à une Bulgarie qui peut encore y croire, que cette bande de mômes, menée par un gamin de 18 ans, va devoir montrer tout son caractère et arracher une victoire cruciale sur la route de Moscou. Jusqu’ici, les Bleus ont soufflé le chaud et le froid dans ces éliminatoires. Les hommes de Deschamps sont capables de tout : signer quelques matches références face aux Pays-Bas (4-0) ou l’Angleterre (3-2) et se rendre coupable de l’une des pires contre-performances de leur histoire face au Luxembourg (0-0).

C’est cette fragilité qui les a mis dans de sales draps. Désormais, pour être certain d'être au Mondial, il faudra remporter leurs deux dernières rencontres. Dans le cas contraire, le mieux sera de croiser les doigts pour que la Suède trébuche face au Luxembourg samedi ou aux Pays-Bas mardi. Sinon, le billet pour la Russie passera par les barrages. Les Bleus ont encore un point d'avance sur les Suédois. Mais il pèsera sans doute bien peu de choses quand leurs principaux poursuivants auront terminé leur rencontre face au Luxembourg à 20h45.

Hugo Lloris et Laurent Koscielny après la défaite de la France en Suède (2-1)

Hugo Lloris et Laurent Koscielny après la défaite de la France en Suède (2-1)Getty Images

Au coup de sifflet, sauf victoire improbable du Grand-Duché à Solna, la France, qui possède une moins bonne différence de buts, sera deuxième. Il faudra des nerfs d'acier pour reprendre la main. La Bulgarie reste sur quatre victoires en autant de matches de qualifications sur ses terres. Ce serait une terrible erreur de comparer les deux effectifs et de croire que le talent va suffire. A l'aller (4-1), il n'y avait pas eu photo. Mais le contexte a bien changé et les jambes tricolores ont toutes les raisons de trembler.

D'autant que les Bleus n'abordent pas ce déplacement dans des conditions optimales. Ils seront privés de trois titulaires indiscutables (Paul Pogba suspendu, Laurent Koscielny et Benjamins Mendy, blessés) et d'un talent capable de changer le cours d'une rencontre (Ousmane Dembélé, blessé). Deschamps a de la marge sur certains postes mais pas sur les côtés de sa défense. Mauvaise nouvelle, Layvin Kurzawa est lui aussi sur le flanc et le couloir gauche sera confié à un Lucas Digne qui n'a plus joué la moindre minute depuis trois semaines. Alors oui, Sofia a des airs de traquenard.

  • L'équipe probable : Lloris - Sidibé, Varane, Umtiti, Digne - Tolisso, Kanté, Matuidi - Mbappé, Lacazette, Griezmann. Didier Deschamps pourrait revenir à un 4-3-3 plus sécurisant et faire confiance à un Lacazette performant à Arsenal.

Le joueur à suivre : Kylian Mbappé

Personne ne sait encore à quel poste il jouera mais Mbappé est indispensable. Entre un Olivier Giroud en manque de temps de jeu, un Antoine Griezmann à la recherche de son meilleur niveau, un Payet très moyen et un Lemar convalescent, le Parisien s'est affirmé ces dernières semaines comme l'attaquant des Bleus le plus en forme du moment. En Bulgarie, il faudra de la vitesse, de la spontanéité. Il faudra être audacieux et ingénieux. Kylian Mbappé semble le mieux taillé pour épouser les coutures du costume.

Vidéo - Deschamps : ''Mbappé est jeune, mais il ressent les choses comme les autres"

00:30

Les trois stats à avoir en tête :

  • 8. La France n'a gagné qu'un seul de ses huit déplacements en Bulgarie pour un nul et six défaites. Il s'agissait du tout premier, un match amical le 9 juin 1932 (3-5). Elle ne s'y est donc jamais imposée en compétition officielle.
  • 5/5. La Bulgarie a remporté ses quatre matches de qualification joués à domicile et reste même sur cinq victoires consécutives sur ses terres.
  • 2. La Bulgarie a déjà éliminé la France de la course à la Coupe du monde en 1961 (lors d'un match de barrages) et en 1993 (lors de l'ultime match de poule).

Ils ont dit :

  • Dider Deschamps (sélectionneur de la France)
" La Bulgarie a beaucoup d'agressivité, elle a cette qualité de bien jouer les attaques rapides, de contrer."
  • Petar Houbtchev (sélectionneur de la Bulgarie)
" La tâche est ardue. La Bulgarie n'est pas une puissance du foot comme la France, en aucune façon."

Notre avis :

Le piège est immense. Tous les ingrédients sont réunis. La France a le talent pour s'en sortir indemne. Va-t-il suffire ? Rien n'est moins sûr. Quelle sera son visage ? Si c'est celui affiché face aux Pays-Bas (4-0), elle n'a rien à craindre. Mais la disette face au Luxembourg trois jours plus tard (0-0) laisse craindre le pire. Ces Bleus manquent de constance pour bénéficier d'une confiance aveugle. S'ils veulent grandir, ils savent ce qu'il leur reste à faire. Ils en sont capables, c'est évident. Mais rien ne sera facile.

Payet (France), face à la Bulgarie au match aller

Payet (France), face à la Bulgarie au match allerGetty Images

0
0