Getty Images

Eriksen et le Danemark n'ont pas fait les choses à moitié pour se qualifier pour la Coupe du monde

Eriksen et le Danemark n'ont pas fait les choses à moitié

Le 14/11/2017 à 22:37Mis à jour Le 14/11/2017 à 23:01

BARRAGES COUPE DU MONDE - Un récital. Voilà ce que le Danemark d'un exceptionnel Christian Eriksen a proposé mardi soir pour s'offrir le dernier billet de la zone europe pour la Coupe du monde en Russie, au terme d'un barrage retour outrageusement dominé en Irlande (1-5). Les Danois disputeront à l'été prochain la cinquième phase finale de leur histoire.

L'Irlande a tenu le bon bout. Pendant 23 minutes. Shane Duffy a bien mis les siens dans le bon sens dès la première occasion en devançant de la tête Kasper Schmeichel (6e). Mais l'illusion n'a pas duré longtemps. Et quand les Danois ont mis la main sur le match, ils ne l'ont pas relâchée. Avec un but contre son camp de Christie, un triplé de Christian Eriksen et un penalty de Nicklas Bendtner, les Danois ont logiquement validé leur retour au Mondial, quatre ans après avoir manqué le rendez-vous brésilien.

En renversant le score en trois minutes, le Danemark a donné un gros coup au moral d'Irlandais dèjà inférieurs techniquement. Le premier est un coup du sort suite à un corner : Cyrus Christie a vu une reprise sur le poteau d'Andreas Christensen lui rebondir dessus (1-1, 29e). Puis, c'est un relais entre Youssuf Poulsen et Nicolai Jørgensen que s'est appliqué à concrétiser Christian Eriksen d'une belle frappe du pied droit sous la barre depuis l'entrée de la surface (1-2, 32e).

Eriksen a plané pour guider son pays en terre promise

A l'aise des deux pieds, le milieu de Tottenham a surclassé ce barrage retour. Car c'est de son pied gauche qu'il a enroulé dans le petit filet le but qui a définitivement mis à l'abri le Danemark (1-3, 63e). Et quand Stephen Ward s'est manqué sur un dégagement près du point de penalty, Eriksen s'est jeté sur le ballon pour envoyer un missile imparable pour Darren Randolph (1-4, 74e). Le penalty inscrit dans le temps additionnel aura eu le mérite d'offrir à Nicklas Bendtner sa première réalisation en sélection depuis mars 2015.

Il y a de la fierté dans la famille Schmeichel. 20 ans après, Kasper va succèder à son père Peter en participant au cinquième Mondial de l'histoire du Danemark. Si Eriksen continue de briller ainsi, le gardien de Leicester City pourra espérer égaler en Russie le quart de finale atteint par son paternel sur le sol français. A ce jour, ça reste la meilleure performance de la sélection.

0
0