Getty Images

Espagne-Italie : Verratti doit-il passer les clés de l’Italie à Insigne ?

Verratti doit-il passer les clés de l’Italie à Insigne ?

Le 01/09/2017 à 20:48Mis à jour Le 02/09/2017 à 17:03

QUALIFICATIONS COUPE DU MONDE 2018 - Lorenzo Insigne continue d’impressionner avec le Napoli mais il peine à trouver sa place en sélection, principalement pour des raisons tactiques. A Ventura de décider s’il doit continuer de forger son onze de départ autour du milieu parisien.

Le temps passe, pour tout le monde, et personne n’y échappe. Marco Verratti fêtera ses 25 ans en novembre dont cinq déjà passés dans le giron de la Nazionale sans jamais en prendre réellement les rênes malgré plusieurs intronisations. Régulièrement indisponible et rarement à la hauteur des grandes attentes placées très légitimement en lui. On en a vu passer des papiers sur "l’Italie de Verratti", mais rien n’y fait, on reste sur notre faim, parait même que des supporters commencent à être lassés de lui. Il ne s’agit pas de déjà tourner la page ou de faire une croix sur le petit hibou, non, mais il faudrait commencer à voir ailleurs pour trouver le vrai leader technique de cette équipe d’Italie. Ça tombe bien, il y a un candidat sérieux.

La forme de sa vie ? Non, sa vitesse de croisière

"Je suis heureux d’avoir un joueur comme Insigne, cela fait un moment qu’il joue très bien, c'est important pour nous." Le sélectionneur transalpin n’est pas tombé dans le piège des journalistes qui ont insisté sur le sujet lors de la conférence de presse de la rentrée. Gian Piero Ventura a préféré rester mesuré, évitant de rajouter une pression inutile sur les frêles épaules du petit Napolitain. Insigne a débuté la nouvelle saison comme il avait conclu la précédente, tranchant et décisif avec la bande du Napoli. Un but et trois passes décisives parfaitement distribuées sur les quatre rencontres officielles disputées jusqu’à maintenant (Nice en barrages, le Hellas et l’Atalanta en championnat).

Lorenzo Insigne félicité après son but face à Nice

Lorenzo Insigne félicité après son but face à NiceGetty Images

L’homme en forme du moment diraient certains, mais c’est une expression erronée, d’une parce que l’ailier de poche maintient ce niveau depuis le début de l’année civile, et de deux, parce que cela induirait que son rendement est temporaire, or il est définitif. En tout cas, on l’espère, seule la régularité dans l’excellence ces cinq prochaines années feront de lui une référence mondiale. Plusieurs top clubs semblent y croire, notamment le Barca qui a tenté une approche en toute fin de mercato. Sans succès. Or, Insigne est un client de Raiola depuis quelques semaines, tout est donc envisageable d’ici un an malgré les déclarations "gomorresques" de son président Aurelio De Laurentiis ("Mino devra passer sur mon cadavre").

Black-listé tactiquement

Si la carrière en club a définitivement décollé, celle en sélection, à l’instar de son pote Verratti, bat de l’aile. 16 petites capes en cinq ans, seulement 6 titularisations pour 3 buts. Insigne n’a guère été aidé par les différents schémas tactiques utilisés par les trois derniers sélectionneurs. Prandelli, Conte et Ventura n’ont jamais adopté le 4-3-3 made in Sarri ou le 4-2-3-1 sauce Benitez. Un état de fait qui ne doit pas occulter les prestations trop souvent anonymes d’Insigne, lequel peine à compléter son registre.

Lorenzo Insigne et Daniele De Rossi

Lorenzo Insigne et Daniele De RossiGetty Images

Cela lui a valu d’être absent plusieurs fois des listes de convoqués malgré ses performances avec les Partenopei. "Conte l’avait utilisé milieu offensif axial une fois, mais il avait eu du mal et c’est normal. Il restait ainsi sur le banc car son poste n’existait pas dans le 3-5-2. On peut tout faire dans le foot, mais en sélection chacun doit évoluer à son poste", s’est défendu Ventura. Ce dernier l’a titularisé lors de 3 des 4 derniers matches de la Nazionale au poste d’ailier gauche dans l’ambitieux 4-2-4. Résultat des courses ? En difficulté face à l’accrocheuse Albanie, bien en vue face à un Uruguay décimé et homme du match face au… Liechtenstein. L’Espagne fait ainsi figure de banc d’essai ultime.

Et si Ventura allait au bout de ses idées ?

Et comment la Squadra Azzurra affrontera la Roja ? Personne n’a réussi à lever le doute, et pas certain que les créateurs de jeu soient mis dans les conditions idéales malgré les propos de l’ex-entraineur du Torino. Pourtant, Verratti et Insigne évoluent tous les deux dans un 4-3-3 en club, mais cette tactique n’a jamais été prise en considération, et pour deux raisons : elle archiverait une fois pour toutes la défense à 3 made in BBC et expédierait sur le banc de touche Belotti ou Immobile. Est-ce si regrettable de faire l’impasse sur ces deux aspects ? Ventura considère que oui. D'ailleurs, il n’y a pas qu’Insigne qui en paye les conséquences puisque Verratti pourrait être aligné en numéro 10 dans un 3-4-1-2, une position déjà occupée en amical face aux Pays-Bas mais loin de convaincre.

Marco Verratti (Italie)

Marco Verratti (Italie)Panoramic

En fait, tout dépendra du "courage" du sélectionneur italien. Ce choc face à l’Espagne est un barrage avant l’heure, celui qui l’emporte décroche virtuellement son billet pour le Mondial, tandis qu’un nul (ce serait alors le second après le 1-1 de l’aller) avantagerait les joueurs hispaniques grâce à leur bien meilleure différence de buts générale. Ventura a opté pour le 4-2-4 depuis quelques mois afin d’exploiter au mieux les points forts de son effectif, l’utiliser dans une rencontre aussi fondamentale serait un risque, mais si cela paye, c’est la consécration.

L’alternative plus soft est le retour à la fameuse défense à 3, ce qui n’exclut pas totalement l’utilisation d’Insigne puisque le 3-4-3 a été longuement testé ces derniers jours. Une façon de couper la poire en deux. Toutefois, le tableau noir a bon dos, peu importe quand et où Insigne sera aligné, il devra se montrer à son avantage. Idem pour Verratti. La sensation de gâchis n'a que trop duré. Il est temps que les deux meilleurs talents italiens soient enfin à leur niveau en Nazionale.

0
0