AFP

France - Pays-Bas : Les Bleus ont des doutes à lever

Les Bleus ont des doutes à lever

Le 30/08/2017 à 23:11Mis à jour Le 31/08/2017 à 20:42

QUALIFICATIONS COUPE DU MONDE 2018 - Deuxième du groupe A, l'équipe de France a un rendez-vous capital avec les Pays-Bas, son poursuivant direct au classement, ce soir au Stade de France (20h45). Soumise aux dangers d'un rendez-vous international de cette importance au mois d'août, elle ne l'aborde pas dans les meilleures conditions.

Le contexte

C'était il y a près de trois mois. Mais personne ne l'a oubliée. Cette erreur malheureuse d'Hugo Lloris qui a entraîné la défaite de la France en Suède (2-1) et donné une tout autre dimension à ce duel face aux Pays-Bas. Avant ce but, les Bleus tenaient la première place du groupe A, la seule qui assure une qualification directe pour la Coupe du monde 2018, et pouvaient aborder la suite de la campagne plus sereinement. Ce n'est plus le cas depuis qu'Ola Toivonen a marqué de son propre camp pour donner la victoire, et la tête de la poule par la même occasion, aux Suédois.

Devancés à la différence de buts, les hommes de Didier Deschamps n'ont désormais qu'un droit très limité à l'erreur. Encore moins face aux Pays-Bas. Les Néerlandais, troisièmes du groupe A à trois longueurs des Bleus, reviendraient à la hauteur de la France en cas de victoire au Stade de France. Et compliqueraient encore la tâche des Tricolores dans l'optique d'une qualification. Même si le leader suédois effectuera dans le même temps un déplacement délicat en Bulgarie, invaincue à domicile depuis le coup d'envoi de ces éliminatoires.

Hugo Lloris face à la Suède

Hugo Lloris face à la SuèdeGetty Images

S'il n'est pas encore décisif, c'est déjà un match capital pour l'équipe de France, comme cela lui est déjà arrivé d'en disputer au mois d'août par le passé. Avec les risques que cela implique. Un niveau physique aléatoire pour des joueurs encore en manque de rythme. Et le mercato a aussi ses répercussions sur ce phénomène. Ousmane Démbéle et Kylian Mbappé, si complices et brillants pour permettre aux Bleus de partir en vacances sur une bonne note face à l'Angleterre (3-2), n'ont que peu ou pas joué au mois d'août en raison des incertitudes entourant leur avenir.

Deschamps doit composer avec tous ces paramètres. Et les blessures, évidemment. Face aux Pays-Bas, il sera privé de Raphaël Varane, Benjamin Mendy et Dimitri Payet, trois titulaires en puissance. Il devra trouver la meilleure option pour animer le flanc droit de son attaque en l'absence de Dembélé et de Moussa Sissoko, ses solutions privilégiées jusqu'ici. Il lui faudra mettre en place une équipe bien plus compétitive que celle qui avait échoué en Suède, dans la manière et le résultat. La route qui mène à la Russie passe par là.

Le joueur à suivre : Antoine Griezmann

Le leader d'attaque des Bleus symbolise assez bien les doutes qui entourent l'état de forme du secteur offensif tricolore. Pas forcément au niveau attendu la saison passée, en club comme en sélection, le buteur de l'Atlético n'a pas démarré le nouvel exercice de la meilleure des manières avec son expulsion face à Gérone (2-2). Il est loin du sommet de la vague. Mais "Grizou" reste un élément clé du dispositif de Didier Deschamps, celui qui avait en grande partie justifié le passage au 4-4-2, la France a besoin de le voir assumer pleinement son statut pour ce rendez-vous face aux Pays-Bas.

Vidéo - Les chiffres de France - Pays-Bas

00:53

Trois stats à avoir en tête

3 : L'équipe de France connaît actuellement sa meilleure série de victoires face aux Néerlandais avec trois succès consécutifs : deux en amical (2-0 au Stade de France en mars 2014 et 2-3 à Amsterdam en mars 2016) et celui acquis lors du match aller de cette phase de qualifications pour la Coupe du monde 2018 aux Pays-Bas, sur un but de Paul Pogba (0-1).

7 : Olivier Giroud est l'homme fort de l'attaque des Bleus. Sur les 4 derniers buts inscrits par les Tricolores, l'attaquant d'Arsenal en a marqué 3. Il totalise 7 buts sur ses 9 derniers matches en équipe de France.

1 : L'équipe de France n'a joué qu'un seul match à domicile face aux Pays-Bas en compétition officielle. Un match couperet dans le cadre des qualifications pour la Coupe du monde 1982 que les Tricolores avaient remporté au Parc des Princes (2-0) avec des buts de Michel Platini et Didier Six.

Vidéo - En 1981 face aux Pays-Bas, un tournant dans l'histoire des Bleus

01:04

Ils ont dit

  • Dick Adovcaat (sélectionneur des Pays-Bas)
" L'équipe de France pourrait aligner trois bonnes équipes côte à côte, ce n'est pas notre cas."
  • Kingsley Coman (attaquant de la France)
" On parle davantage de l'enjeu du match de jeudi. Le mercato passe largement après ça."
  • Didier Deschamps (sélectionneur de la France)
" Je fais avec les impondérables qui peuvent arriver, certaines blessures, d'autres joueurs qui ne sont pas en état d'être là. Les adversaires sont confrontés aux mêmes problèmes."

Vidéo - VIDEO - Deschamps : "Le mercato est un peu trop long"

01:48

Notre avis

C'est le match imprévisible par excellence. Les écarts entre les joueurs sur le plan physique peuvent être très importants à ce stade de la saison et impacter le collectif en général. Pour la France comme pour les Pays-Bas. Les Tricolores semblent avoir plus d'arguments que les Néerlandais dans tous les secteurs du jeu, y compris sur le banc. Mais la question est de savoir s'ils sauront les exploiter. Et seul le terrain y répondra.

0
0