Getty Images

Après le récital, la fausse note des Bleus face au Luxembourg (0-0)

Après le récital, la fausse note

Le 03/09/2017 à 22:34Mis à jour Le 04/09/2017 à 00:10

QUALIFICATIONS MONDIAL 2018 - Une improbable contre-performance trois jours après un match de rêve. Incapables de marquer contre le Luxembourg malgré une domination outrageuse, l'équipe de France a concédé un match nul et vierge (0-0), dimanche soir à Toulouse. Les Bleus conservent la tête de leur groupe mais ne comptent plus qu'un point d'avance sur la Suède.

Et dire que les Bleus ont failli perdre ce match… C’était à la 79e minute. Rodrigues, fraîchement entré en jeu, s’est joué de Koscielny et a envoyé sa frappe sur le poteau. Dire que l’équipe de France est passée au bord du précipice, dimanche au Stadium de Toulouse, est un euphémisme. Malgré une domination très nette, les hommes de Deschamps n’ont pas pu faire mieux qu’un nul décevant face à une équipe du Luxembourg solidaire, bien regroupée et incisive en contre (0-0).

34 tirs à 3

Pourtant, les Bleus ont essayé. A de nombreuses reprises. Mais l’efficacité, si chère à Didier Deschamps, a fui les attaquants tricolores. Des chiffres pour illustrer les propos ? 34 tirs à 3, 43 centres à 3 mais un tableau d'affichage finalement vierge. Bien sûr, les artificiers français ont manqué de réussite à l’image des barres de Griezmann (39e) et Pogba (77e). Mais la justesse technique a aussi manqué pour rentabiliser une possession monstre (75% contre 25% au Luxembourg).

Face à une défense héroïque, Mbappé, Griezmann, Giroud et consorts ont multiplié les mauvais choix, manqué de fluidité, de naturel et ont eu tendance à faire la touche ou la passe de trop. De loin, les Bleus ont beaucoup tenté, à l’image de Pogba (8e, 32e) sans jamais attraper le cadre. De près, ils sont tombés sur un très bon Joubert (22e, 37e, 63e, 70e). Et quand le but était grand ouvert, comme pour Griezmann après une offrande de Mbappé (12e), les attaquants français ont vendangé.

Un coaching inefficace et une timidité étrange

Alors, face à cette malchance, Deschamps a bien tenté de secouer le cocotier. Mbappé, pourtant l’attaquant le plus en jambes, et Giroud sont sortis au profit de Lacazette et Coman (59e). Pas de quoi renverser la table. Surtout que les Bleus se sont entêtés à centrer alors que leur meilleur joueur dans ce domaine n’était plus sur le terrain.

Et puis, Rodrigues est arrivé, a mis le feu à la défense française, relégué Koscielny à trois mètres derrière et a frappé sur le poteau (79e). De quoi refroidir un Stadium pas forcément enthousiaste et calmer les ardeurs offensives des Français. Car dans une fin de match qui aurait dû ressembler à un pilonnage de la surface luxembourgeoise, les hommes de Deschamps ont étrangement fait tourner et n’ont pas chercher à "balancer dans le paquet". Forcément, quand la balle est loin de la surface, difficile de marquer.

C’est un vrai coup d’arrêt pour les Tricolores qui vont donc aborder la dernière ligne droite de ces qualifications dans une position qui aurait pu être plus confortable. Et, histoire de raviver des fantômes pourtant bien loin, c’est en Bulgarie que les Bleus iront défendre leur leadership le 7 octobre prochain. Histoire de se faire encore un peu plus peur ?

Classement groupe France
0
0