Panoramic

Pogba ne fait "plus lever les foules" et c'est tant mieux pour les Bleus

Pogba ne fait "plus lever les foules" et c'est tant mieux pour les Bleus

Le 12/11/2016 à 14:29

QUALIFICATIONS COUPE DU MONDE 2018 – En épurant son jeu, Paul Pogba a pris une nouvelle dimension en équipe de France lors de ces deux dernières sorties. Buteur face à la Suède (2-1), il semble enfin avoir pris la mesure du poste pour éclairer le jeu des Bleus.

Il aura donc fallu attendre 43 sélections mais ça valait le coup. Après un rapide coup d'œil dans nos archives, il semblerait que Paul Pogba ait signé une grande première ce vendredi au Stade de France : une deuxième prestation consécutive très aboutie en équipe de France. Son histoire avec la sélection s'est construite autour de prestations inachevées et de promesses non tenues. Mais à Amsterdam face aux Pays-Bas en octobre (0-1) et vendredi à Saint-Denis face à la Suède (2-1), Pogba a rappelé ce qu'il pouvait apporter aux Bleus. Comme à son habitude, il a esquivé les micros avec une désinvolture déconcertante, livrant son sourire éclatant aux journalistes frustrés par son mutisme. Mais sa bonne humeur en zone mixte laissait croire qu'il se satisfait de sa soirée. Comment pouvait-il en être autrement ?

Bien sûr, ses deux buts consécutifs viennent embellir l'affaire mais on aurait tort de s'arrêter à sa frappe lumineuse face aux Oranje ou son coup de casque du Stade de France. Ils ne sont que la partie immergée de l'iceberg. "Ce n'est pas un buteur. Je n'attends pas spécialement ça de lui", a assez justement rappelé Didier Deschamps après la victoire face aux Scandinaves. Il n'empêche, il lui a suffisamment été reproché de ne pas peser sur le scénario des rencontres pour ne pas saluer son efficacité actuelle. Mais si Pogba est si précieux, s'il a enfin pris l'épaisseur qu'exige son talent, c'est d'abord parce qu'il s'est facilité la vie. Ce sont ses "gestes qui ne font pas lever les foules", comme les avait définies Didier Deschamps avant la rencontre, qui le rendent désormais si précieux en Bleu.

Dimitri Payet et Paul Pogba

Dimitri Payet et Paul PogbaAFP

Simplicité et volume de jeu

Le milieu de Manchester United est le premier meneur des Bleus, devant la défense. Là où Payet a brillé par ses prises de risque et ses percussions, Pogba a déséquilibré les Suédois par une orientation simple mais efficace du jeu : des transversales pour Evra et Sidibé, quelques ouvertures dans la profondeur, des passes laser qui cassent les lignes et du jeu simple à une touche de balle avec Matuidi ou Griezmann. "Je suis beaucoup plus content du contenu, qui est à l'image de ce qu'il a fait aux Pays-Bas", a commenté un Deschamps qui n'a pas toujours été aussi tendre avec son joyau. "Il a mis beaucoup de fluidité et de volume dans le jeu et a récupéré beaucoup de ballons."

C'est le troisième étage de la fusée Pogba. Des buts certes, des orientations bien senties mais aussi un rôle de récupérateur dont il a pris la mesure. Ce vendredi, il a mis le pied là où il avait parfois tendance à esquiver. "C'est à lui de maintenir ce niveau de performance et d'exigence", a glissé Deschamps à propos de celui qui a pris une nouvelle dimension à Manchester depuis quelques semaines.

Partage des tâches avec Matuidi

En Bleu, il bénéficie aussi d'un partage des tâches très clair avec Blaise Matuidi. Le Parisien est nettement moins porté vers l'avant qu'avec le PSG. Il s'occupe des basses besognes et n'hésite jamais à protéger les montées de Pogba. Le volume de jeu de Matuidi est la soupape de sécurité qui permet au Mancunien de prendre plus de responsabilités offensives. Le début de rencontre face aux Suédois fut sur ce point exemplaire. Pogba a tenté sa chance à trois reprises quand Matuidi, en coéquipier exemplaire, couvrait ses arrières, posté juste devant la charnière. Le milieu a trouvé son équilibre et Pogba, sa vitesse de croisière.

0
0