AFP

Qualifications Coupe du monde 2018 : Pour la Suède, l'après-Zlatan ne fait encore que commencer

Pour la Suède, l'après-Zlatan ne fait encore que commencer
Par AFP

Le 10/11/2016 à 20:01Mis à jour Le 11/11/2016 à 07:19

QUALIFICATIONS COUPE DU MONDE 2018 - Adversaire de la France vendredi, la Suède tente tant bien que mal de tourner la page Zlatan Ibrahimovic. Si les résultats de la sélection sont plutôt satisfaisants, la retraite internationale de la plus grande star du foot suédois a quand même laissé un vide important.

Un stade national qui ne fait plus le plein, des conférences de presse moins animées, mais des résultats satisfaisants et des espoirs de relève: la vie suit son cours pour la sélection suédoise, même en l'absence du monstre sacré qu'était Zlatan Ibrahimovic. "Il y a un avenir après Zlatan", se persuade le ministre des Sports, Gabriel Wikström. "Je suis sûr qu'il va sortir de nouveaux joueurs fantastiques de Suède. On en a déjà eu".

Quand le meilleur buteur de l'histoire de la sélection (62 réalisations en 116 matches) a tiré sa révérence en juin, il a fallu tout revoir. Nouveau sélectionneur, nouvelle ossature avec la retraite internationale d'autres joueurs, nouvelle ligne d'attaque. Pour l'instant, un nul assez heureux contre les Pays-Bas (1-1), une victoire étriquée mais importante au Luxembourg (1-0) et une autre convaincante contre la Bulgarie (3-0) donnent l'impression qu'un groupe se met en place, lui épargnant la critique.

Vidéo - "Zlatan signifie beaucoup pour le foot suédois"

00:34

Loin des yeux, loin du coeur: l'actualité d'Ibrahimovic avec la Suède, ce sera sa venue attendue à la soirée annuelle des trophées du football le 21 novembre à Stockholm, où se prépare un hommage à sa carrière internationale. Il pourrait aussi recevoir son 11e Ballon d'or national. Mais l'équipe jaune et bleu ne peut se payer le luxe de la nostalgie, dans un groupe où elle doit devancer la France ou les Pays-Bas. Comme le répète régulièrement le sélectionneur Janne Andersson, pas très sentimental : "Le passé c'est le passé et maintenant c'est maintenant".

Finies les "bonnes tranches de rigolade"

De la part des journalistes, plus jamais une question sur le numéro 9 de Manchester United. Le sujet a été évacué très vite, quand Andersson a expliqué avoir eu au téléphone Ibrahimovic, qui lui a souhaité de réussir. Sans lui évidemment tout est plus lisse, car pour les bons mots l'attaquant n'avait pas de rival en conférence de presse. "Zlatan Ibrahimovic me manque presque. Il nous offrait de bonnes tranches de rigolade", avouait un journaliste d'Aftonbladet, Fredrik Jönsson, après celle de lundi.

Zlatan Ibrahimovic

Zlatan IbrahimovicAFP

Le public partage à l'évidence ce sentiment. Suède-Bulgarie n'a même pas attiré 22.000 spectateurs, moins qu'un Suède-Moldavie un an auparavant, et cela avec des milliers de places offertes... Un autre journaliste d'Aftonbladet, Erik Niva, décrivait avant ce match sa peur de voir la Friends Arena, l'antre que faisait rugir Ibra, prise par "un silence lourd et envahissant à la seconde où l'arbitre siffle le coup d'envoi". De fait, le stade était éteint, malgré la victoire.

"Sans lui ça ne vaut pas le coup"

Zlatan, c'est l'homme auquel on pense tout le temps, mais dont on ne parle jamais. Ou du moins toujours comme d'un attaquant de Premier League. Le moindre de ses matches est décortiqué avec attention, peut-être encore plus qu'à son époque parisienne. Mais on ne trouvera personne pour le prier de revenir: trop de respect pour lui et son choix, à 35 ans, de s'épargner les joutes internationales.

Dans le quartier de sa jeunesse, celui de Rosengård à Malmö, la vénération est toujours la même. "C'est Zlatan qui fait toute l'équipe. Sans lui ça ne vaut pas le coup de regarder" les matches de la Suède, estime Ahmad Ali, 17 ans. Il ne regardera pas la rencontre contre la France vendredi, mais "un résumé ou quelque chose". Massar Nazam, 29 ans, sera en revanche devant sa télé, persuadé que d'autres talents peuvent émerger. "Zlatan qui quitte l'équipe de Suède, ça veut dire que la Suède doit trouver des joueurs neufs, elle doit trouver une solution".

0
0