Getty Images

Suède-France (2-1), l'antisèche : Sans génie(s), l'horizon s'assombrit

L'antisèche : Sans génie(s), l'horizon s'assombrit

Le 10/06/2017 à 00:20Mis à jour Le 10/06/2017 à 12:18

QUALIFICATIONS COUPE DU MONDE 2018 - Sans inspiration vendredi soir, la France voguait pourtant tranquillement vers un match nul important dans la course au Mondial 2018. Finalement, la Suède l'a emporté sur le fil (2-1) et a placé les Bleus dans une situation délicate. Notre antisèche.

Le jeu : Les Bleus se sont tirés une balle dans le pied

Giroud marque lors de Suède-France

Giroud marque lors de Suède-FranceGetty Images

Les joueurs : L'activité de Mendy, les cadres en difficulté

Il n'a pas tout bien fait, il est sans doute un peu fautif car aspiré dans l'axe, sur le premier but suédois, mais Benjamin Mendy est l'un des rares Français à n'avoir pas connu une baisse de rythme en fin de match. Après une énorme saison, le latéral monégasque avait du jus à revendre et ses centres ont apporté beaucoup de danger. Des centres sur lesquels Olivier Giroud a beaucoup tenté, même s'il a été bien muselé. Sur le côté droit, Sidibé et Sissoko ont multiplié les courses mais ils sont apparus trop empruntés.

La fatigue a touché les cadres de l'équipe de France. Griezmann et Payet et, à un degré moindre, Pogba n'ont pas eu leur rayonnement habituel et ceci s'est ressenti dans le jeu tricolore. Le Madrilène, bien que placé dans sa position favorite derrière Olivier Giroud, a peiné à trouver les espaces qu'il affectionne entre les lignes. Il a livré une partie sans saveur. Dimitri Payet a été plus en vue mais sans réussite. Le Marseillais a beaucoup dézoné mais le coup de patte s'est fait attendre pendant 75 minutes. Pour Pogba, le constat est sensiblement différent. Difficile de reprocher au Mancunien son abattage. Oui, Pogba a récupéré des ballons et non il n'a pas trop porté la balle comme il le fait parfois quand il n'est pas à l'aise. Seulement voilà, d'étincelles il n'y a pas eues. On aurait tant aimé le voir décocher la même frappe que face aux Pays-Bas pour sauver les siens...

Pogba lors de Suède France

Pogba lors de Suède FranceGetty Images

Le facteur X : la bourde d'Hugo Lloris

Frankreich-Keeper Hugo Lloris (l.) patzt schwer

Frankreich-Keeper Hugo Lloris (l.) patzt schwerGetty Images

La stat : 27

Dans le climat actuel, et permanent, de défiance à son encontre, ce chiffre va faire du bien à Olivier Giroud. En inscrivant un but - somptueux qui plus est - ce vendredi soir face à la Suède, son dix-septième en dix-sept titularisations en Bleu, Olivier Giroud a rejoint Karim Benzema à la huitième place du classement des meilleurs buteurs en équipe de France. Le Gunner devance désormais d'un but Sylvain Wiltord. Cerise sur le gâteau, si l'on ose dire, dans son duel à (très grande) distance avec le joueur du Real, Giroud a inscrit 27 buts en 63 sélections quand le Madrilène a eu besoin de 81 capes.

Le tweet qui fait mal :

La décla : Hugo Lloris (capitaine de l'équipe de France)

"Il faut garder la tête haute. Des erreurs, j'en ai fait avant et j'en ferai après, le moins possible j'espère. […] Il faut relativiser. J'assume totalement cette erreur."

La question : Pourquoi Deschamps a-t-il attendu si longtemps pour faire des changements ?

Un quart d'heure. Est-ce suffisant quand on a sur le banc des talents comme Kylian Mbappé, Thomas Lemar ou Ousmane Dembélé ? Si le second cité a eu le temps de se mettre en évidence trois fois, d'abord sur un bon service de l'infatigable Mendy - avec lequel il a l'habitude de combiner dans le couloir gauche à Monaco - puis par deux frappes à l'entrée de la surface, le premier a manqué de munitions alors que le troisième n'est même pas entré en jeu, et ce malgré son excellente prestation face au Paraguay. Alors que Griezmann et Payet manquait de jus et Sissoko de génie pour gêner une équipe suédoise globalement bien organisée et très disciplinée, Didier Deschamps est apparu frileux.

Et pourtant, quel risque y avait-il à changer un Payet par un Lemar ou un Sissoko ou un Griezmann par un Mbappé, même si cette entrée entraînait de fait un changement de système ? On l'a dit, il a manqué à cette équipe de France un zest de génie et/ou de folie pour remporter une victoire décisive pour la qualification au Mondial 2018. C'est souvent le reproche que l'on peut faire à ces Bleus, mais en plus ce soir ceux qui étaient censés amener cette folie étaient un ton en-dessous. Quitte à ne pas le gagner, Didier Deschamps espérait sans doute au moins ne pas perdre ce match. Hugo Lloris en a décidé autrement…

DESCHAMPS_DÉCU

DESCHAMPS_DÉCUEurosport

0
0