AFP

Une Roja uniquement composée de talents méconnus de Liga ? Elle aurait fière allure…

Une Roja uniquement composée de talents méconnus de Liga ? Elle aurait fière allure…

Le 12/11/2016 à 09:11Mis à jour Le 12/11/2016 à 14:12

QUALIF COUPE DU MONDE 2018 - L'équipe d'Espagne ne manque pas de stars mondiales. Cela ne doit pas masquer l'incroyable vivier de joueurs dont dispose la péninsule ibérique. Voici une Roja composée uniquement de joueurs de Liga sans expérience du niveau international. Et elle ne manque pas de talent.

A quoi ressemblerait la Selección avec uniquement des joueurs du championnat espagnol peu ou jamais appelé ? Cette composition en 4-2-3-1 comporte seulement deux joueurs capés, soit 6 sélections en tout. Histoire de corser le problème, aucune promesse des U21 n’est mentionnée, raison pour laquelle Jorge Meré (Osasuna), Jesús Vallejo (Eintracht Francfort), Marcos Llorente (Alavés) et Marcos Asensio (Real Madrid) ne sont pas cités. Seul Mikel Oyarzabal (U19, déjà capé avec les A et appelé pour la première fois chez les U21) est sur le banc par manque de profondeur au poste. Aucun Espagnol de l’étranger n’a été choisi. Désolé pour les supporters de Borja Valero (Fiorentina) et d’Ayoze Pérez (Newcastle).

Gardien : Sergio Asenjo (Villarreal)
Remplaçant : Sergio Rico (Séville FC)

Difficile de choisir entre les deux Sergio, Asenjo de Villarreal et Rico de Séville. Tous les deux ont une cape avec la Roja. Le Sévillan a participé à l’Euro en tant que troisième gardien mais c’est l’ex de l’Atlético de Madrid qui a désormais les faveurs de Julen Lopetegui. Si les deux sont régulièrement décisifs, Asenjo a le mérite d’être revenu au top après une blessure au genou et il est actuellement le gardien de la meilleure défense de Liga.

Arrière droit : Mario Gaspar (Villarreal)
Remplaçant : Ander Capa (Éibar)

C’est l’exception de ce XI puisqu’il a déjà été sélectionné à 5 reprises par Vicente Del Bosque. A l’heure actuelle en Liga, il n’a pas de concurrent, hormis Dani Carvajal, et encore. S’il jouait dans un club plus huppé, sa présence au sein de la Roja ne ferait aucun doute. Propre défensivement, excellent offensivement, c’est une référence.

Benzema face à Mario Gaspar

Benzema face à Mario GasparEurosport

Arrière gauche : Mikel Balenziaga (Athletic Bilbao)
Remplaçant : Jaume Costa (Villarreal)

Il faut toujours un sécateur dans une équipe. Plus défensif que Mario Gaspar, Mikel Balenziaga n’est pas un tendre. Il a la grinta et il est fiable. Ce n’est pas le Basque le plus connu mais c’est un cadre de l’Athletic Bilbao.

Défense centrale : Hugo Mallo (Celta) – Victor Ruíz (Villarreal)
Remplaçants : Sergi Gómez (Celta) – Iñigo Martínez (Real Sociedad)

L’Espagne n’a pas un gros vivier de centraux, souvent des milieux et des latéraux replacés dans l’axe. Mallo est le défenseur référence d’Eduardo Berizzo, lui-même ancien défenseur axial. Travailleur et régulier, le capitaine du Celta vient d’être prolongé par son club. Pour faire la paire, Victor Ruíz semble le plus indiqué. Le gaucher a pris une autre dimension avec le maillot du sous-marin jaune. Nettement plus régulier qu’avec Valence, il est désormais titulaire dans la meilleure défense de Liga.

Hugo Mallo (Celta) à la lutte avec Neymar (Barça)

Hugo Mallo (Celta) à la lutte avec Neymar (Barça)Panoramic

Milieux devant la défense : Roque Mesa (Las Palmas) - David Zurutuza (Real Sociedad)
Remplaçant : Nacho Camacho (Málaga) - Asier Illarramendi (Real Sociedad)

Roque Mesa est le joueur le plus indiscutable de ce XI. Devant la défense, il rayonne. Interceptions, interventions à propos, relance : il a refusé Valence et Séville qui étaient prêts à mettre 10M€ sur la table pour continuer de s’épanouir dans les Canaries. Il doit encore gagner en calme, histoire d’éviter des cartons jaunes dispensables.

Sans faire de bruit, la Real Sociedad s’est installée dans le haut de tableau, notamment grâce à un milieu de terrain imposant. David Zurutuza est un excellent relayeur (88 interceptions depuis le début de saison). Le natif de Rochefort est éligible avec les Bleus et la Roja mais n’a jamais eu sa chance vu la surpopulation du secteur au sein des deux sélections.

Zurutuza face à Gabi

Zurutuza face à GabiPanoramic

Milieux offensifs : Pedro León (Éibar) - Manu Trigueros (Villarreal) - Jonathan Viera (Las Palmas)
Remplaçants : Xabi Prieto (Real Sociedad) - Dani Parejo (Valencia CF) - Oyarzabal (Real Sociedad)

Formé au Real Madrid, Pedro León est le fer de lance offensif d’Éibar. Plus dribbleur et provocateur que passeur, il n’hésite pas à prendre sa chance (25 tirs pour 4 buts en 11 matches).

Manu Trigueros est peut-être le milieu le plus sous-coté du moment. Jeu court, jeu long, accélération, frappe : il a tout. Ce n’est pas pour rien que Villarreal vient tout juste de le prolonger jusqu’en 2022.

Jonathan Viera a pas mal vadrouillé avant de trouver sa place à Las Palmas. Sous les ordres de Quique Setién, l’ancien Valencien démontre sa valeur, même s’il doit gagner en régularité. Il fait partie d’une des plus belles équipes de Liga.

Jonathan Viera

Jonathan VieraEurosport

Attaquant : Iago Aspas (Celta)
Remplaçant : Rubén Castro (Betis)

Buteur à 6 reprises cette saison, Iago Aspas vient d’être appelé par Julen Lopetegui pour la première fois afin de pallier le forfait de Diego Costa. Même si le Celta est irrégulier cette saison, c’est une récompense logique pour l’ex joueur de Liverpool.

Entraîneur : Quique Setién (Las Palmas)
Adjoint : Fran Escribà (Villarreal)

Son nom a été cité au moment de la succession de Vicente Del Bosque. Les joueurs canariens sont surnommés les Brésiliens d’Espagne et même si Setién est de Santander (Cantabrie), le jeu développé par Las Palmas fait honneur à la réputation de l’île. Si ça veut sourire, le club peut accrocher une place européenne en fin de saison.

0
0