AFP

Euro 2016 : L'Ukraine est allée chercher son billet Slovénie

L'Ukraine a pris le dernier billet pour la France

Le 17/11/2015 à 22:57Mis à jour Le 17/11/2015 à 23:44

BARRAGE RETOUR - Les Ukrainiens, pourtant dominateurs, ont concédé le nul en Slovénie (1-1). Suffisant cependant pour valider leur billet pour l'Euro 2016 après leur succès du match aller (2-0).

Cette fois, c'est fait. Malgré un match retour (1-1) pas forcément bien maîtrisé, l'Ukraine se qualifie enfin pour un Euro en passant par les barrages après 18 ans d'échecs successifs à ce niveau dans les compétitions majeurs.

Menés très vite par la Slovénie à la suite d'une reprise de la tête de César (11e), les joueurs de Fomenko ont dû attendre la 98e minute et un contre conclu par Yarmolenko pour assurer leur qualification. Mais sans un grand Handanovic, les Ukrainiens auraient sans doute pu se mettre à l'abri bien plus tôt. La Slovénie a, elle, tout tenté mais ce n'était encore pas assez…

Un destin à la Mamadou Sakho l'attendait au deuxième poteau après un corner d'Ilicic. Lui, l'ancien Marseillais pouvait imiter l'ex-Parisien. Un symbole dont est passé tout près Bojan César. Le capitaine slovène, déjà buteur à la 11e minute à la suite d'un centre de Birsa que Pyatov n'a pu capter et que Novakovic n'a pu pousser au fond, aurait pu offrir à son pays une prolongation lors de ce barrage retour. Sa reprise de la tête, à la 74e minute, semblait d'ailleurs filer au fond des filets ukrainiens. C'était sans compter sur la main gauche - ferme - de Pyatov.

A trop gâcher, l'Ukraine s'est fait peur

Le gardien du Chakhtar Donetsk n'aura pas eu grand-chose à faire après le but slovène mais il ne s'est pas raté sur les autres rares frappes cadrées slovènes (42e, 81e). Malgré la grosse activité de Birsa et le grand nombre de ballons récupérés par Khrin, la Slovénie a peiné à se montrer dangereuse, surtout au cours d'une seconde période globalement dominée par l'Ukraine. Visiblement tendus, les joueurs de Katanec ont multiplié les fautes et les avertissements ont plu des deux côtés (six cartons jaunes et un rouge direct pour Brecko à la 93e). Il faut dire que plus le temps avançait, plus la Slovénie pouvait y croire.

Car, de l'autre côté, les attaquants de la formation de Fomenko gâchaient des opportunités d'assurer leur qualification. Si la Slovénie n'est pas passée si loin de l'exploit, c'est en grande partie dû au match monstrueux dans les buts d'Handanovic, impeccable face à Konoplyanka (3e, 50e), Seleznyov (14e, 28e), Shevchuk (71e) ou encore Yarmolenko (72e) mais aussi à l'imprécision des Ukrainiens (18e, 31e, 73e).

En fait, il a fallu attendre une glissade de Kampl et un contre au fin fond des arrêts de jeu, où Kravets et Yarmolenko étaient seuls face à Handanovic, pour voir les joueurs de Fomenko et son numéro 7 trouver le fond des filets (98e). Un but définitivement libérateur pour des Ukrainiens qui iront bel et bien en France en juin prochain.

0
0