Eurosport

Qui seront les "Schweini" et "Poldi" de l'Allemagne pour 2018 ?

Qui seront les "Schweini" et "Poldi" de l'Allemagne pour 2018 ?
Par AFP

Le 18/06/2017 à 18:20Mis à jour Le 24/06/2017 à 18:59

COUPE DES CONFEDERATIONS - L'Allemagne, a laissé tous ses cadres à la maison afin de tester de nouveaux joueurs. Comme elle l'avait fait en 2005, ce qui avait permis à Bastian Schweinsteiger et Lukas Podolski de se révéler. Y a-t-il dans la cuvée 2017 des successeurs potentiels à ces deux légendes e la Mannschaft ? Eléments de réponse.

Grand A mais équipe B pour l'Allemagne. La nation championne du monde dispute sans aucun cadre la Coupe des Confédérations en Russie, le sélectionneur Joachim Löw souhaitant faire comme en 2005 lorsque Bastian Schweinsteiger et Lukas Podolski s'étaient révélés, des essais en vue du Mondial 2018. Au Mondial-2006 en Allemagne, "Schweini" et "Poldi" étaient "super heureux, dans cette pression de la Coupe du monde, d'avoir affronté l'Argentine ou le Brésil lors de la Coupe des Confédérations. Ça les avait incroyablement aidés", s'est souvenu Löw.

De la même manière, le sélectionneur compte sur le tournoi russe de 2017 pour parfaire son futur groupe dans l'optique de la défense du titre suprême. Etat des lieux des 21 joueurs convoqués, avec leur pourcentage de chances de faire une "Schweini-Poldi", selon l'agence allemande SID, filiale sportive allemande de l'AFP.

Gardiens

Marc-André ter Stegen, Bernd Leno et Kevin Trapp se battent pour être la première doublure de Manuel Neuer, l'intouchable N.1. Si Leno va débuter face à l'Australie, comme l'a annoncé Löw, Ter Stegen, qui évolue au FC Barcelone, semble avoir une longueur d'avance - et pas seulement parce qu'il frappe aussi bien que Podolski.

  • Marc-André Ter Stegen : 100%
  • Bernd Leno : 50%
  • Kevin Trapp 40%
Marc-André ter Stegen

Marc-André ter StegenGetty Images

Défenseurs

  • Matthias Ginter : 20%

L'un des trois champions du monde du groupe, mais il n'avait quasiment pas joué au Brésil. Malheureux à Dortmund.

  • Jonas Hector : 100%

Arrière gauche serein, originaire de Cologne comme "Poldi". Décrété inapte par l'entraîneur de jeunes du Bayern Mehmet Scholl, il a depuis écarté toute concurrence en sélection.

  • Benjamin Henrichs : 30%

Le cadet du groupe (20 ans), comme Podolski en 2005. Il était attaquant dans sa prime jeunesse. Surveillé par de grands clubs. Mais encore un peu vert.

  • Joshua Kimmich : 100%

Son éclosion a participé à pousser "Schweini" hors du Bayern, où il a eu les faveurs de Pep Guardiola. Il a aussi pris à "Basti" sa place en sélection dans l'entrejeu, avant d'être replacé arrière droit.

Joshua Kimmich sous le maillot de l'Allemagne

Joshua Kimmich sous le maillot de l'AllemagneGetty Images

  • Shkodran Mustafi : 70%

Champion du monde, il avait parfois suppléé Mats Hummels au Brésil. "Musti" est déjà "incroyablement mûr pour son âge" (25 ans), dixit le manager de la sélection Oliver Bierhoff.

  • Marvin Plattenhardt : 20%

Alternative pour Hector côté gauche. Pêcheur invétéré comme les glorieux anciens Horst Hrubesch ou Miroslav Klose.

  • Antonio Rüdiger: 50%

Il a commencé à jouer au foot à 10 ans parce qu'il était trop gros, et est devenu longiligne. Blessé et absent lors de l'Euro-2016. Il surnomme son coéquipier romain Francesco Totti "Papy", ce qui plairait à "Poldi".

  • Niklas Süle : 40%

Avec son cou de taureau, il vient de signer au Bayern - une bonne façon de ressusciter la "défense des boeufs" du Bayern 2014. Peut encore améliorer son alimentation.

Milieux

  • Julian Brandt : 30%

Victime d'une concurrence énorme au poste d'ailier gauche (Reus, Schürrle, Sané, Bellarabi...), qualifie de "chantier" son efficacité, ce qui ne serait jamais arrivé à "Poldi".

  • Emre Can : 60%

Adoré par les enfants russes ("Cancan!"), une bonne copie de Schweinsteiger dans un profil "box to box" peaufiné à Liverpool.

Emre Can (Liverpool) auteur d'un but splendide à Watford

Emre Can (Liverpool) auteur d'un but splendide à WatfordGetty Images

  • Kerem Demirbay : 40%

Hambourg l'avait trouvé trop chétif, comme "Schweini" avant lui. Mais devenu assez costaud dans l'axe.

  • Julian Draxler : 100%

En vacances à Ibiza avant le tournoi, cela aurait plu à "Schweini". Champion du monde 2014, désigné capitaine pour la "Coupe des Conf'" 2017: installé.

  • Leon Goretzka : 80%

Très talentueux à Schalke, enfin débarrassé de ses pépins physiques, courtisé par le Bayern.

  • Sebastian Rudy : 70%

Recrue polyvalente du Bayern. "Un des meilleurs Allemands, le plus sous-estimé", selon le formateur bavarois Michael Reschke.

Attaquants

  • Lars Stindl : 40%

Romantique du foot à la "Poldi", porte-parole régulier des ultras, il revendique des horaires de matches adaptés aux familles. S'entend "avec tout le monde". Sauf avec ses statistiques, faiblardes à Mönchengladbach.

Lars Stindl sous le maillot de l'Allemagne

Lars Stindl sous le maillot de l'AllemagneGetty Images

  • Sandro Wagner : 60%

Fait figure de dinosaure avec ses 29 ans. Il était dans l'équipe championne d'Europe Espoirs en 2009 avec les Neuer, Özil etc. Se décrit comme "le meilleur attaquant allemand". Une telle confiance en soi ne plaît pas qu'à Podolski.

  • Timo Werner : 90%

Aussi critiqué par les supporters que "Poldi" et "Schweini" étaient appréciés. Très rapide. Et surtout meilleur buteur allemand de Bundesliga cette saison avec le RB Leipzig (21 buts en 31 matches).

  • Amin Younes : 60%

Tricoteur de ballon à l'Ajax Amsterdam. Intéressant comme joker pour mettre le feu.

0
0