Football > Serie A

Serie A : L'Italie attend Mario Balotelli (AC Milan)


Par Eurosport
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 02/02/2013 à 23:16 -
Par Eurosport - Le 02/02/2013 à 23:16
L'Italie attend BalotelliLe retour au pays de Mario Balotelli provoque de premières éruptions. Et ce n'est que le début pour l'enfant terrible du calcio, prêt à retrouver les terrains de Serie A contre l'Udinese.
 

Milan n'a pas oublié la folie qui peut entourer Mario Balotelli. Et si certains ont été touchés d'amnésie, le retour de l'attaquant formé à l'Inter a vite réveillé les mémoires. À peine arrivé à Milan, Mad Mario, à son insu, a déjà provoqué du grabuge. Mercredi soir, les célébrations des quelque 300 supporters venus l'accueillir ont vite dégénéré. Un incident mineur (un jet de bouteille en verre, semble-t-il) a tout fait basculer : les chants ont laissé l'espace sonore aux cris et au fracas des affrontements entre supporters et policiers anti-émeutes. Jets de projectiles et fumigènes d'un côté, coups de matraque et lacrymos de l'autre. La soirée, bien commencée, a ramené Balotelli vers les tourments que l'Italie connaît trop bien.

Près de trois ans après avoir quitté l'Italie, direction Manchester City, Balo replonge dans la gueule du loup. Comme il l'a affiché sans détours en conférence de presse, le flamboyant Italien ne s'est pas vraiment adapté à l'Angleterre et, notamment, sa presse à sensation. Du coup, retour à Milan, home sweet home. Pourtant, Super Mario y sera certainement autant épié qu'à Manchester. Alberto Polverosi, éditorialiste pour le Corriere dello Sport, prévient : "L'ex-attaquant de City a pris l'option la plus difficile : à partir de maintenant, il n'a plus le droit à l'erreur, la balotellata la plus vénielle ne lui sera pas pardonné, il ne peut plus se permettre le moindre manquement sur et en dehors du terrain."

" Évidemment, ils vont me siffler "

From Official Website

L'exil anglais et quelques performances de premier plan avec la Nazionale (notamment un doublé contre l'Allemagne en demi-finale de l'Euro) ont regonflé la cote d'amour de Mario Balotelli. Au point que le retour de l'enfant terrible du Calcio provoque un émoi rare, nourri par d'importants intérêts commerciaux autour d'une personnalité controversée. Mais tout peut exploser à la figure de l'AC Milan à tout moment. "Oui, toujours toi", s'amusait le club milanais au moment d'annoncer le recrutement de Balotelli. Un ton léger bien éloigné de celui que Silvio Berlusconi, président rossonero, employait quelques semaines plus tôt pour qualifier Mad Mario de "pomme pourrie".

Berlusconi a ravalé ses paroles désobligeantes, pas l'Italie. Avant qu'il ne rejoigne l'Angleterre, Balotelli était régulièrement escorté de chants appelant à sa mort, insultant sa mère et proclamant "il n'y a pas de noirs italiens". Déjà, les supporters de l'Inter préparent le retour du "traître". "Évidemment, ils vont me siffler mais ça ne fait rien", anticipe Balo, qui a déjà connu la vindicte de Giuseppe Meazza pour avoir jeté le maillot nerazzuri à terre un soir de défaite contre le Barça. Aujourd'hui, le ressentiment des supporters intéristes se partage entre le joueur et les dirigeants, coupables d'un mercato décevant. Fidèle à son habitude, Balotelli n'en a cure. "Si je marque dans le derby, je célèbrerai", annonce-t-il. Rendez-vous est pris pour le 24 février.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×