Getty Images

Contrarié par l'Inter (0-0), Naples s'arrête à 8 succès de suite

Contrarié par l'Inter, Naples voit sa folle série prendre fin

Le 21/10/2017 à 22:40Mis à jour Le 21/10/2017 à 23:46

SERIE A - Après huit victoires en autant de journées, Naples a concédé le nul (0-0) sur sa pelouse contre l'Inter Milan, son dauphin au classement. Avec 25 points glanés sur 27 possibles, les Napolitains conservent donc deux longueurs d'avance sur leur adversaire du soir.

Second choc de la semaine pour le Napoli et seconde déception. Après avoir perdu contre Manchester City (2-1) en Ligue des champions mercredi, le leader de Serie A a été tenu en échec chez lui, au San Paolo, par son dauphin, l'Inter Milan (0-0). Les Napolitains ont globalement eu la maîtrise du jeu et ils ont buté sur le bloc défensif proposé par les Nerazzurri. Chaque équipe a eu des munitions pour se détacher mais les deux gardiens, Pepe Reina et Samir Handanovic, avaient les gants chauds. Avec ce résultat, la Juventus Turin (3e) et la Lazio Rome (4e), qui jouent ce dimanche, sont susceptibles de revenir à un petit point de l'Inter et de recoller à trois unités de Naples.

D'un côté, le Napoli et son jeu chatoyant qui caracolent en tête du championnat avec huit victoires en autant de journées. De l'autre, l'Inter Milan, tapis dans l'ombre, qui trace son sillon et reste sur une victoire dans un derby renversant contre l'AC Milan (3-2) dimanche dernier. L'affiche était attendue mais elle a seulement accouché d'un match nul et vierge. Pourtant, comme à leur habitude, les joueurs de Maurizio Sarri ont mis en place leur jeu tout en redoublement de passes et en mouvement. Ce qui a donné lieu à quelques sorties de balles savoureuses mais pour les occasions franches, la copie rendue a plutôt été pauvre.

Les défenses ont pris le pas sur les attaques

Une double parade d'Handanovic face à José Callejon et Dries Mertens (20e), une tête pas assez appuyée de Lorenzo Insigne (35e) et c'est tout. Bien loin des standards d'une équipe qui possède la meilleure attaque de Serie A (26 réalisations) avec une moyenne de 3,25 buts par rencontre. En seconde période, après s'être régulièrement cassé les dents sur la défense, le troisième du dernier championnat a tenté de forcer la décision par des frappes lointaines mais Hamsik (55e), Insigne (75e) et Zielinski (84e) ont été mis en échec, soit par manque de précision ou par un arrêt d'Handanovic. Mertens a manqué la balle de match sur son face-à-face avec le gardien slovène dans les toutes dernières encablures du match (90e).

Si Naples a éprouvé autant de difficultés, c'est la faute à une Inter Milan qui a très bien défendu. Luciano Spaletti a confectionné un bloc hyper compact pour couper les lignes de passes napolitaines. Et le résultat a été probant. En contres, les Nerazzurri auraient même pu s'offrir une victoire de prestige sur des occasions manquées par Ivan Perisic (26e) puis Borja Valero (41e). Mais le principal regret sera ce sauvetage devant sa ligne de Raul Albiol sur un tir de Matias Vecino (47e). Ils se contenteront largement de ce point mettant un terme à la série de victoires de Naples.

Alors que son triplé lors du derby de Milan est encore dans toutes les mémoires, Mauro Icardi a vécu une rencontre frustrante. La preuve avec ce chiffre révélateur : à la mi-temps, l'attaquant argentin n'avait touché qu'un seul petit ballon dans la surface adverse… Au final, les défenses ont pris le pas sur les attaques, ce qui n'est pas très étonnant puisque Naples et l'Inter Milan possèdent deux des meilleures arrière-gardes d'Italie (avec la Roma) avec cinq buts encaissés. En plus du point gagné, les deux équipes peuvent se satisfaire d'être les deux seules toujours invaincues en Serie A.

Naples - Inter

Naples - InterGetty Images

0
0